Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»
Publié dans Albayane le 26 - 06 - 2019

Si l'on en croit le site américain «The Intercept», l'ancien président brésilien Lula qui, depuis Avril dernier, croupit derrière les barreaux à l'effet d'y purger une peine de huit ans et dix mois pour «corruption», aurait été victime d'une sordide machination, d'une affaire montée de toutes pièces par l'ancien juge Sergio Moro, cette figure de proue de l'opération anticorruption «Lava Jato» qui, après avoir dirigé l'accusation contre l'ancien chef de l'Etat au mépris des règles de justice, campe aujourd'hui à la tête du ministère de la justice du gouvernement du président Bolsonaro.
Les faits révélés par le site américain tendraient à prouver que le Monsieur Mains Propre d'alors et actuel ministre de la justice aurait sciemment «instrumentalisé» la lutte contre la corruption initiée par le géant du pétrole «Petrobras» pour baliser, au candidat d'extrême-droite, le chemin menant à la présidence de la république et barrer ainsi la voie vers un troisième mandat présidentiel à Luiz Inacio Lula da Silva, le candidat du Parti des Travailleurs et grand favori des sondages.
Pour arriver à ses fins, l'ancien juge «anticorruption» ne s'était pas privé d'orienter les travaux du ministère public, d'user de délation récompensée, d'exiger le remplacement d'une procureure qui ne le suivait pas dans son raisonnement de manière à diriger lui-même la stratégie de communication, de placer sur écoute les avocats de Lula et, enfin, de violer, purement et simplement, la loi en passant outre la décision d'un juge d'appel qui avait ordonné la mise en liberté de Lula.
Les responsables de l'opération anticorruption «Lava Jato» ont immédiatement rejeté toutes ces accusations et déploré le fait d'avoir été «victimes de l'action criminelle d'un pirate qui a mené des activités très grave contre le parquet, la vie privée et la sécurité de ses membres».
L'ancien juge Moro a, en outre, regretté que les messages obtenus aient été «sortis de leur contexte», «la non-identification de la source (…) responsable du piratage criminel des portables des procureurs» et le fait que le site en question «ne soit pas entré en contact (avec lui) avant la publication; ce qui est contraire aux règles de base du journalisme».
Mais Glenn Greenwald, le cofondateur du site The Intercept, qui ne l'entend pas de cette oreille, considère que les archives dont il dispose, désormais, «sont parmi les plus importantes de l'histoire du journalisme (car) elles contiennent des secrets explosifs» concernant Deltan Dallagnol, le procureur de «Lava Jato», Sergio Moro, le juge devenu ministre de la Justice dans le gouvernement de Jair Bolsonaro, ainsi qu'un «grand nombre de responsables qui continuent d'exercer une importante influence politique au Brésil et dans d'autres pays».
Enfin, Fernando Haddad, le candidat malheureux du Parti des Travailleurs réclame qu'une enquête approfondie soit effectuée sur la «farce Lava Jato» qui, en devenant «le plus grand scandale institutionnel de l'histoire du Brésil», va incontestablement envoyer un grand nombre de personnes derrière les barreaux et en réhabiliter de nombreux autres.
Ce flagrant détournement de procédure et tous les faits entachés d'irrégularité qui ont conduit à la condamnation injuste, illégale et pour des «faits indéterminés» – faute de preuves – de l'ancien président Lula mettent, aujourd'hui, la Cour Suprême du Brésil au-devant de l'obligation de réexaminer le dossier de l'ancien président du Brésil afin de le mettre en liberté, d'annuler sa condamnation et, enfin, d'identifier tous les responsables de cette conspiration politique pour pouvoir prendre, à leur encontre, toutes les mesures qui s'imposent.
Luiz Inacio Lula da Silva va-t-il renouer, très prochainement, avec la liberté et – pourquoi pas? – par la suite, avec le pouvoir? Rien, pour l'heure, n'interdit d'y croire alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.