Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CMPE lance une nouvelle unité de mortier de plâtre
Publié dans Albayane le 01 - 07 - 2019

Remplacer de plus en plus le mortier de ciment par le mortier en plâtre dans les constructions marocaines, c'est l'objectif visé par la Compagnie marocaine de plâtre et d'enduit (CMPE). L'industriel vient d'injecter 25 millions de dirhams pour la construction d'une nouvelle unité de production de mortier de plâtre sur son site de Safi. Il verra ainsi sa capacité de production passer de 50 000 tonnes à 300 000 tonnes, lui permettant ainsi d'accompagner la demande de plus en plus croissante en mortier de plâtre dans le secteur du bâtiment marocain.
Longtemps confinée au plâtre de moulage, la CMPE s'est lancée dans le mortier de plâtre il y'a une décennie. Introduit en 2007, le mortier de plâtre a vu sa demande annuelle évoluer en permanence. Elle se situe actuellement autour des 30%, explique Mohamed El Bajta, directeur général adjoint de la CMPE. L'objectif est de voir ce nouveau matériau constituer une part importante des enduits d'intérieur dans un futur proche. C'est d'ailleurs dans cette optique que s'inscrit la construction de la nouvelle unité de production dotée de technologies nouvelle génération. «Au début, puisqu'il n'existait pas de marché, nous avions une petite installation pour le mortier de plâtre. Nous avons été obligés depuis deux années d'investir pour construire une nouvelle unité pour accompagner la croissance du marché», explique-t-on.
Grâce à cet investissement de 25 millions de DH, la CMPE multiplie par 6 sa capacité de production du mortier de plâtre pour la fixer à 300 000 tonnes annuellement. La nouvelle unité implantée à Safi intègre des procédés automatiques pour le dosage, le mixage, l'ensachage et la palettisation du mortier de plâtre. Elle a une capacité de production de 1600 sacs de 25 kg par heure, confie le management. L'unité construite par des ingénieurs européens a été achevée en février dernier et a aussitôt démarré ses activités un mois plus tard.
S'il est vrai que la production de la CMPE en matière de mortier de plâtre est sur capacitaire comparée à la demande actuelle, l'industriel s'inscrit plutôt dans une logique à long terme. « Avec un taux de croissance de 30% qui va continuer sur les 5 prochaines années, le marché du mortier de plâtre sera saturé d'ici 3 à 4 ans. Voilà pourquoi, nous faisons des investissements massifs». D'ailleurs, pour le management de l'entreprise, l'objectif est clair. Il n'est pas question de combler le déficit actuel par l'export, mais plutôt d'accompagner la croissance du secteur national.
Le mortier de plâtre, des bienfaits
En construisant la nouvelle unité de production de mortier de plâtre, la CMPE ambitionne surtout de révolutionner les habitudes des professionnels du bâtiment. Si le plâtre est utilisé dans les enduits depuis plusieurs décennies en Europe, aux USA, son utilisation au Maroc ne date que d'une décennie. Le nouveau matériau est encore boudé par certains professionnels, comme l'a expliqué Mohamed El Bajta, lors d'une visite du site jeudi dernier. «Le mortier du plâtre rencontre toujours une réticence, surtout que le plâtre pour les Marocains sert essentiellement à la décoration. Il a fallu du temps pour convaincre les gens», souligne-t-il.
En effet, contrairement au traditionnel mortier de ciment, le mortier de plâtre regorge de nombreux bienfaits techniques, surtout au niveau phonique, isolation thermique, le gain de temps et d'argent pour la peinture, sa dimension environnementale, la propreté…, explique le management de l'entreprise.Il s'agit d'un matériau naturel qui respire, qui permet d'absorber l'humidité et réguler la chaleur. Constitué de 25% d'eau, le plâtre peut être un couvre-feu au moment des incendies, explique-t-on. «Le mortier de plâtre répond à plusieurs enjeux. Nous sommes dans un pays où il fait très froid en hiver et très chaud en été. Ce matériau apporte aujourd'hui toutes les propriétés pour améliorer le confort des utilisateurs. Il a une dimension environnementale, puisqu'il consomme beaucoup moins d'énergie et n'utilise pas de sable qui est une ressource surexploitée », souligne la compagnie. De quoi convaincre les plus réticents.
Le plâtre, un segment résilient
Dans un secteur du BTP en pleine morosité, le plâtre est le seul qui tire son épingle du jeu. Il enregistre aujourd'hui des taux de croissance de 2 chiffres, se situant à 15%, contrairement aux autres segments en recul ou en stagnation. En cause, le plâtre est un secteur contre-cyclique. Il intervient non seulement dans la construction, mais aussi la rénovation. « Avec un parc immobilier assez vieux comparé à d'autres pays, il y'a de plus en plus une demande en matière de rénovation », explique la compagnie. En outre, les produits du plâtre sont de plus en plus utilisés dans les logements sociaux. Le mortier de plâtre permet ainsi à plusieurs promoteurs immobiliers de se différencier. Sans oublier que le segment du mortier de plâtre est porté par des auto-entrepreneurs.En 2018, le chiffre d'affaires de l'entreprise s'est situé à 250 millions de dirhams, en croissance depuis 10 ans. La compagnie ambitionne aujourd'hui de conforter sa position de leader sur le marché du plâtre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.