Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages
Publié dans Albayane le 21 - 07 - 2019

La terre marocaine regorge de mystères, de traces des temps passés et des civilisations qui ont marqué son patrimoine et sa culture. En effet, beaucoup d'artistes ont en fait une source d'inspiration pour leurs travaux et œuvres artistiques.
L'artiste peintre maroco-espagnol Samir Belhaouss en fait partie. Par ailleurs, actuellement et jusqu'au 10 août 2019, les cimaises de l'Espace Rivages la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l'Etranger à Rabat accueillent ses toiles et son univers artistique placés sous le thème «Le Maroc, terre d'inspiration». C'est en Espagne que l'artiste vit et travail, mais il garde un attachement très particulier à sa terre natale, la terre de ses ancêtres.
Samir Belhaouss a vu le jour à Ben Slimane, en 1967. Il est autodidacte certes, mais sculptures et peintures sont marquées par une maîtrise picturale et artistique à la fois denses, diverses, homogènes et hétérogènes. Belhaouss déclare «L'influence et la diversité des deux cultures sur mon inspiration sont d'une grande utilité et richesse». Lumineuses, gaies et débordant d'une énergie éclatante, les peintures de Samir Belhaouss, écrit à son propos Noureddine Fahmi, professeur et poète marocain. En outre, ce sont l'imagination créatrice et l'inspiration révélatrice qui guident l'artiste dans son processus de création.
Entre les deux rives, le Maroc et l'Espagne, les œuvres de l'artiste s'enrichissent des deux cultures et terres. «Chez Samir Belhaouss, la plénitude créatrice atteint son apogée dans l'harmonie des couleurs spectrales et dans la finesse des touches. Enfin, à travers ses travaux artistiques, Samir Belhaouss nous interpelle pour que nous laissions nos émotions s'épanouir et le soleil nous unir…», ajoute Fahmi.
Amoureux de la peinture depuis son jeune âge, l'artiste s'inspire de son environnement, de sa terre. «Depuis mon enfance, je vis en contact permanent avec la forêt de la charmante ville de Ben Slimane, puisque je vivais avec ma famille juste à côté. J'y jouais tout le temps en créant des jouets avec la terre, les branches d'arbres et les pierres… ce furent les premières découvertes de la matière et des couleurs qui sont dans la nature. Comme disait Victor Hugo : «L'art c'est l'homme ajouté à la nature», a-t-il souligné. Par ailleurs, sa peinture regorge de signes puisés dans sa culture et son patrimoine, mais aussi de son imaginaire créatif.
«La plupart des signes sont imaginaires, mais quelques uns sont inspirés du Tifinagh qui signifie : la liberté, la paix et l'amour. La spirale par exemple signifie pour moi la vie et la mort : elle commence par un point, elle grandit puis elle s'arrête à la fin de la spirale», a-t-il fait savoir. Autrement dit, la culture marocaine est une source d'inspiration inépuisable.
En effet, malgré son séjour en Espagne et même ailleurs, l'artiste puise dans la terre marocaine plurielle et riche. «Je suis très influencé par ma culture d'origine ; pour moi, le Maroc est un grand musée à ciel ouvert, et ce musée il faut lui donner la vraie valeur qu'il mérite. C'est pour cela d'ailleurs que j'ai intitulé mon exposition : «Le Maroc, terre d'inspiration…», a-t-il affirmé. Ses tableaux sont denses, et ses toiles et ses sculptures reflètent ses états d'âme, ses inspirations et non seulement choix esthétiques et artistiques.
«Ce n'est pas un choix, tout dépend de l'inspiration et de l'imagination qui est le reflet de l'état d'âme. Oui, mes premiers tableaux étaient denses parce que quand on est jeune on a beaucoup d'idées qui se bousculent dans notre imaginaire, mais, avec le temps et l'expérience les tableaux et les sculptures sont devenues épurés», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.