Communiqué du Bureau Politique du PPS    Le capital humain!    Les recommandations de la Cour des Comptes    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    CFC s'allie à Barcelona Centre Financer Europeu    L'émission Kotbi Tonight suspendue pour trois semaines    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    BCP renforce son positionnement sur le segment des MRE    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Biennale de Luanda : La RAM transporteur officiel    Leçons tunisiennes    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit à la TERRE !
Publié dans Albayane le 23 - 08 - 2019

Récemment, en plein centre ville de la capitale du Souss, un imposant parterre de l'élite locale, en grande partie des acteurs Amazigh, s'est manifesté hautement, en arborant des banderoles et des slogans de protestation! Son mot d'ordre s'articule autour d'un seul concept qu'est la TERRE, symbole d'essence et d'existence en parfaite connexité avec le legs ancestral, en termes d'expression et de patrimoine.
Dans le respect des exigences de la voix publique, les manifestants ont vomi leur souci qui ronge toute une communauté désabusée par la spoliation et l'injustice. Encore et surtout, ils ont condamné les formes d'exclusion et de privation dont la région fait l'objet, aux plans des investissements publics et des appuis sectoriels d'envergure, à la différence de nombre de ses homologues du royaume. Une autre occasion de d'exorciser, une fois n'est pas coutume et à titre d'exemple, le mal effroyable, causé par le sanglier qui massacre, depuis des lustres, les champs et les biens des populations. En dépit des doléances persistantes des ayant-droits, cette cruauté porcine continue à dévaster la terre sacrée et entraîner des ruines assassines.
Dans le même ordre d'idées, les plaignants n'ont pas manqué de fustiger, haut et fort, les invasions ravageurs des dromadaires qui ne font qu'anéantir les propriétés foncières des milliers de citoyens. De géantes caravanes qui se comptent par centaines agressent violemment les pâturages en culture, sous les yeux complices des chameliers. On déplorera vivement ces atrocités qui se produisent, au su et au vu de tout le monde, sans que personne ne pipe mot, du fait que ces bêtes appartiennent à de notabilités influentes des provinces récupérées, en flagrant traitement rentier et laxiste. D'autre part, lors de cette magistrale marche de AKAL (version Amazigh), on relèvera aussi la présence remarquée d'une flopée de contestataires des communes rurales environnantes, notamment du côté d'Aghroud relevant de l'espace territorial de Tamri, au nord d'Agadir.
Une opportunité également d'évoquer, non sans profonde amertume, l'expropriation arbitraire de leurs terres par des organismes de l'Etat, à savoir la SONABA, puis la SMIT, sans se conformer aux procédures légales de ces démarches et sous prétexte que ces mesures dictées par «l'utilité publique» allaient générer des édifices hôteliers sur le littoral atlantique prisé. Il s'est avéré que ce n'était, en fait, qu'un vil canular, puisque ni les projets de tourisme promis ne sont exécutés ni les terres dépossédées ne sont indemnisées, encore moins restituées à leurs propriétaires.
Bien d'autres thématiques ayant trait à la justice sociale et au développement pérenne équitable, ont été pareillement soulevées, sur une toile de fond marquée par une note de refus et d'indignation. Il convient de rappeler que cette manifestation qui lance, encore une fois, un cri de vive détresse en direction des responsables pour réparation de ces torts, n'est pas la première du genre et ne sera, sans doute pas, la dernière en circonstance. Il est alors fort judicieux, au niveau des instances centrales concernées, de se pencher sérieusement sur ces périlleux dossiers.
De tout temps, dans la tradition marocaine, la notion de la TERRE est intransigeante et ne peut, en aucun cas, être soumise à la violation voire la confiscation! A méditer longuement et à trancher, sinon on ne fait qu'hypothéquer la stabilité dans la région et, partant, dans tout le pays…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.