Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Une «violation» du droit international    Le tourisme sort de sa coquille!    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Les Marocaines ont pris part activement à l'élan mondial de lutte contre la pandémie    Journée nationale de l'enfant    Néo-confinement ou déconfinement?    Maroc, de quoi avons-nous peur?    Coronavirus : 24 nouveaux cas, 7.556 au total, mardi 26 mai à 10h    Noussair Mazraoui toujours dans le viseur de la Lazio    Le géant indien SMG s'installe à Tanger Automotive City    Coronavirus: L'OMS suspend les essais cliniques de l'hydroxychloroquine    Ces activités qui profitent de la crise    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    Omar Elabdellaoui dans le viseur du Bétis et du Galatasaray    Amine Benchaib évoluera au Sporting de Charleroi    En pleine crise du Covid-19, les cerises marocaines se renforcent à l'export    Espagne/Foot : reprise du championnat prochainement    Article 1062390    Aides alimentaires: Un agent d'autorité épinglé pour détournement    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Officiel : La date du Aïd Al Fitr désormais connue    Les partis interpellés par l'après-Covid-19    Justice: L'agenda de l'après- confinement    La saison des best-sellers est ouverte    Sanaa Akroud: Dans "Myopia", j'ai donné la parole aux femmes    "Mon livre solidaire", une opération qui joint l'utile à l'agréable    Bundesliga : L'apprenti Haaland défie le maître Lewandowski    "El Mundo" salue les efforts du Maroc dans la lutte contre le Covid-19    Aide alimentaire aux nécessiteux de Béni Mellal    Levée du confinement des fonctionnaires de la DGAPR    Une carrière en Liga se précise pour Jawad El Yamiq    Les administrations publiques prochainement ouvertes au public    La FLDF appelle à la mise en place d'une approche genre du processus de soutien aux ménages    Pour Sapress et Sochepress, les conditions d'une reprise de la publication des journaux en papier ne sont pas réunies    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit à la TERRE !
Publié dans Albayane le 23 - 08 - 2019

Récemment, en plein centre ville de la capitale du Souss, un imposant parterre de l'élite locale, en grande partie des acteurs Amazigh, s'est manifesté hautement, en arborant des banderoles et des slogans de protestation! Son mot d'ordre s'articule autour d'un seul concept qu'est la TERRE, symbole d'essence et d'existence en parfaite connexité avec le legs ancestral, en termes d'expression et de patrimoine.
Dans le respect des exigences de la voix publique, les manifestants ont vomi leur souci qui ronge toute une communauté désabusée par la spoliation et l'injustice. Encore et surtout, ils ont condamné les formes d'exclusion et de privation dont la région fait l'objet, aux plans des investissements publics et des appuis sectoriels d'envergure, à la différence de nombre de ses homologues du royaume. Une autre occasion de d'exorciser, une fois n'est pas coutume et à titre d'exemple, le mal effroyable, causé par le sanglier qui massacre, depuis des lustres, les champs et les biens des populations. En dépit des doléances persistantes des ayant-droits, cette cruauté porcine continue à dévaster la terre sacrée et entraîner des ruines assassines.
Dans le même ordre d'idées, les plaignants n'ont pas manqué de fustiger, haut et fort, les invasions ravageurs des dromadaires qui ne font qu'anéantir les propriétés foncières des milliers de citoyens. De géantes caravanes qui se comptent par centaines agressent violemment les pâturages en culture, sous les yeux complices des chameliers. On déplorera vivement ces atrocités qui se produisent, au su et au vu de tout le monde, sans que personne ne pipe mot, du fait que ces bêtes appartiennent à de notabilités influentes des provinces récupérées, en flagrant traitement rentier et laxiste. D'autre part, lors de cette magistrale marche de AKAL (version Amazigh), on relèvera aussi la présence remarquée d'une flopée de contestataires des communes rurales environnantes, notamment du côté d'Aghroud relevant de l'espace territorial de Tamri, au nord d'Agadir.
Une opportunité également d'évoquer, non sans profonde amertume, l'expropriation arbitraire de leurs terres par des organismes de l'Etat, à savoir la SONABA, puis la SMIT, sans se conformer aux procédures légales de ces démarches et sous prétexte que ces mesures dictées par «l'utilité publique» allaient générer des édifices hôteliers sur le littoral atlantique prisé. Il s'est avéré que ce n'était, en fait, qu'un vil canular, puisque ni les projets de tourisme promis ne sont exécutés ni les terres dépossédées ne sont indemnisées, encore moins restituées à leurs propriétaires.
Bien d'autres thématiques ayant trait à la justice sociale et au développement pérenne équitable, ont été pareillement soulevées, sur une toile de fond marquée par une note de refus et d'indignation. Il convient de rappeler que cette manifestation qui lance, encore une fois, un cri de vive détresse en direction des responsables pour réparation de ces torts, n'est pas la première du genre et ne sera, sans doute pas, la dernière en circonstance. Il est alors fort judicieux, au niveau des instances centrales concernées, de se pencher sérieusement sur ces périlleux dossiers.
De tout temps, dans la tradition marocaine, la notion de la TERRE est intransigeante et ne peut, en aucun cas, être soumise à la violation voire la confiscation! A méditer longuement et à trancher, sinon on ne fait qu'hypothéquer la stabilité dans la région et, partant, dans tout le pays…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.