Casablanca accueille l'assemblée générale de l'Union mondiale des professions libérales    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Textile : Les deux salons ont connu un beau succès, selon l'AMITH    Barid Al Maghrib étoffe son offre digitale    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…
Publié dans Albayane le 19 - 09 - 2019

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a reçu, ce lundi à Ankara, son homologue russe Vladimir Poutine et le chef de l'Etat iranien Hassan Rohani à l'effet d'arrêter une position commune visant la résolution rapide du conflit syrien.
Au cours de la conférence de presse conjointe donnée à l'issue de leurs entretiens, les trois dirigeants ont annoncé avoir convenu de la mise en place d'un «Conseil constitutionnel» qui sera chargé de la rédaction de la nouvelle constitution syrienne et dont les membres pourraient, incessamment, commencer leur travail à Genève (Suisse).
Pour rappel, si la création de ce «Conseil constitutionnel» avait été décidée par les trois chefs d'Etat lors de leur rencontre à Sotchi (Russie) en Janvier 2018, force est de reconnaître, toutefois, que ces derniers s'étaient longtemps opposé sur sa composition avant de convenir qu'il devra comprendre 50 membres choisis par le pouvoir, 50 désignés par l'opposition alors que les 50 autres seront des «délégués indépendants» représentant la société civile à choisir par l'émissaire de l'ONU.
Les trois chefs d'Etat ont souligné, par ailleurs, «la nécessité de faire respecter le calme sur le terrain avec la pleine mise en œuvre de tous les accords relatifs à Idleb» principalement celui qui avait permis à la Russie et à la Turquie d'éviter «l'assaut final» que les forces de Bachar Al-Assad, appuyées par Moscou, entendaient lancer sur la province.
Craignant, néanmoins, une nouvelle détérioration de la situation humanitaire dans la région et ne cachant point leur «sérieuse préoccupation» face à la «présence accrue» du groupe «Hayat Tahrir Al-Sham» (HTS), l'ancienne branche syrienne d'Al Qaïda, les trois dirigeants ont convenu de «prendre des mesures concrètes afin de réduire les violations» et «d'éliminer» le groupe terroriste précité.
Mais malgré l'apparente convergence de leurs points de vue, les trois dirigeants n'appréhendent pas de la même manière la présence des troupes américaines dans la région. Si pour la Russie et l'Iran, l'Etat syrien ne pourra pas retrouver sa pleine souveraineté et son intégrité territoriale avant le désengagement total des troupes américaines qui n'ont ni mandat onusien ni autorisation des autorités de Damas pour intervenir en Syrie mais dont le retrait avait, tout de même, été envisagé en décembre 2018 par le président Donald Trump à la faveur de «sa victoire» sur le groupe Etat islamique, la position turque reste très ambigüe du fait même de la présence des troupes d'Ankara au sein de l'OTAN.
Aussi, en pointant du doigt l'«influence délétère» de Washington, le président iranien Hassan Rohani a notamment déclaré : «Nous nous prononçons contre la présence de puissances étrangères (qui n'ont pas) été invitées par les autorités syriennes. Il s'agit notamment des Américains qui, tout au long de cette crise syrienne, n'ont pas contribué à sa résolution. Bien au contraire, ils ont une influence particulièrement délétère sur la situation. Cela contribue à diviser encore plus (la Syrie). Et nos trois pays considèrent cela comme inacceptable. Les mauvaises intentions des Américains sont évidentes».
En qualifiant d'«illégale» la présence américaine en Syrie et en considérant qu'il va falloir poursuivre «une lutte sans compromis contre les terroristes en Syrie», Vladimir Poutine a, de son côté, déclaré que cette «rencontre a été très productive et s'est soldée par un succès» et formulé le souhait de voir Donald Trump appliquer sa promesse relative au retrait des forces américaines de Syrie.
Enfin, au moment où la victoire de Bachar Al-Assad semble imminente, la priorité pour Erdogan est, bien entendu, de se prémunir d'un nouvel afflux massif de réfugiés en provenance d'Idleb. Aussi, espère-t-il percevoir davantage de moyens financiers de la part de l'UE ainsi que la rapide mise en place, par les Etats-Unis, de la fameuse «zone de sécurité» large d'une trentaine de kilomètres que le Président Trump avait cherché, en 2016, à établir au nord-ouest de la Syrie pour la mettre sous le contrôle d'Ankara qui escompte y réinstaller au moins le tiers des réfugiés syriens présents sur le sol turc.
S'achemine-t-on vraiment, cette fois-ci, vers la fin d'un conflit qui, en huit années, a fait plus de 560.000 morts, 7 millions de déplacés et 6 millions de réfugiés ? Il n'est pas interdit d'espérer mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.