« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

Un retour en force de la comédienne et actrice Fatima Attif sur les planches nationales, mais aussi sur les grands écrans ! Après avoir remporté le Prix du premier rôle féminin pour son rôle «Mbraka» dans le film «La Guérisseuse» réalisé par Mohamed Zineddaine lors du Festival national du film de Tanger qui s'est déroulé du 1er au 9 mars 2019, l'actrice vient de décrocher le Prix de la «Meilleure Actrice» au Malmo Arab Film Festival en Suède pour le même rôle. Discrète, exigeante et engagée, Fatima Attif a un visage qui illumine le cinéma marocain. Entretien.
Al Bayane: Vous venez de décrocher le Prix de la «Meilleure Actrice» en Suède pour votre rôle «Mbraka» dans le film «La Guérisseuse» réalisé par Mohamed Zineddaine. Que représente cette consécration pour vous?
Fatima Attif : «Mbraka» est un rôle assez important pour moi parce qu'il m'a permis d'avoir un espace important dans un film. Une chance que je n'ai pas eue depuis longtemps. C'était aussi une occasion tant attendue pour moi. Par ailleurs, ce rôle et ce prix «flattent » mon ego de comédienne, d'interprète et d'actrice. Ça me permet aussi d'exploiter pas mal d'espaces émotionnel, physique et psychologique et d'aller creuser au plus profond de mon énergie. C'est ça d'ailleurs le challenge de l'acteur.
Vous êtes très exigeante dans vos choix dans le théâtre tout comme dans le cinéma. Est-ce l'une des raisons de votre absence dans le 7e art marocain ?
Je ne sais pas vraiment. Mais il fallait juste attendre parce qu'à mon époque, il n'y avait pas de vrais producteurs et de boites de production au vrai sens du terme. On m'a toujours «flattée» par rapport à ma présence, à mon jeu, mais ce qui manquait, je ne sais pas franchement. Peut être c'est moi aussi qui étais exigeante. Il faut ajouter aussi qu'il n'y avait pas un rôle qui m'avait fait rêver. C'est pour cette raison que j'ai «boudé», si j'ose dire pas mal de fois et même à la télévision.
Peut-on dire aussi que votre absence est liée au scénario et l'écriture, surtout pour la femme ?
Il n'y a pas beaucoup d'écriture surtout pour la femme dans le cinéma marocain. Elle est souvent stigmatisée, elle est dans le rôle un peu négatif, dans les clichés et les stéréotypes qui nuisent à son image. Il faut dire aussi qu'il n'y a que les hommes qui ont le premier rôle. Pour ce qui est du théâtre, je l'ai toujours exercé. J'étais toujours présente sur les planches. Une présence qui me réjouit beaucoup.
Quels sont vos projets artistiques et cinématographiques à venir?
Je travaille sur une pièce de théâtre avec d'autres comédiennes qui seront avec moi. Quant au cinéma, il y aura des films qui vont sortir prochainement. Dans ce cadre, nous venons de finir le long métrage d'Adil El Fadili «Mon père n'est pas mort» et un autre film du réalisateur Mohamed Nadif «Les femmes du pavillon J» qui traite du sort des femmes en dépression.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.