Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le projet de loi de finances rectificative vu par un chercheur    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Triche au Bac : 138 cas recensés au niveau de Casablanca-Settat    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Forte vague de chaleur mardi et mercredi dans plusieurs provinces marocaines    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    Le groupe BCP accélère son galop sur la transformation digitale    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    Casablanca: il a tout perdu à cause de l'incendie de sa chambre (VIDEO)    Exposition collective « L'art pour l'espoir »    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    L'actrice Aïcha Mahmah surprend ses fans (PHOTO)    Coronavirus : 186 nouveaux cas, 14.565 cas au total, mardi 7 juillet à 10h    Le Maroc en est membre : Une nouvelle édition du forum sino-arabe prévue la semaine prochaine    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Collectivités territoriales : Un excédent de 3,5 milliards DH enregistré à fin mai 2020    Loi de Finances rectificative : Vers un remake de 1990    La loi de finances rectificative au menu du Conseil de gouvernement    Coronavirus au Maroc: 186 cas supplémentaires, 14.565 au total    Fermeture des frontières: le nombre de MRE ayant rejoint leurs pays de résidence    Etat d'urgence sanitaire: adoption d'un nouveau projet de loi    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Nador: une cellule terroriste démantelée par le BCIJ    La Chambre des représentants réagit au dernier rapport d'Amnesty    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    Le CCSRS examine les risques systémiques pesant sur le système financier    Tarifs de stationnement : La Commune recadre les gardiens de voitures    Ramid-Amnesty. Le grand dilemme du ministre des droits de l'Homme    BCIJ : une cellule terroriste démantelée à Nador    Observations sur le dernier rapport annuel du Conseil national des droits de l'Homme    Nicolas Bay interroge Bruxelles sur les détournements de l'aide humanitaire européenne    Poursuite des opérations de rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger    La marocanité du Sahara ou l'obsession algérienne    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    Plaidoyer pour une culture intégrée dans l'offre touristique au Maroc    La série "H" débarque sur Netflix    France: Dupond-Moretti, nouveau ministre de la Justice    Le PPS, l'Istiqlal et le PJD ont rehaussé le niveau de la solidarité    La CAF, la FIFA, l'OMS et la SGSA réunies pour discuter de lasécurité et dela sûreté en Afrique    Le cyclisme national reprend de plus belle après trois mois de suspension    Foot féminin: Les sélections nationales U17 et U20 débutent les entraînements    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

Un retour en force de la comédienne et actrice Fatima Attif sur les planches nationales, mais aussi sur les grands écrans ! Après avoir remporté le Prix du premier rôle féminin pour son rôle «Mbraka» dans le film «La Guérisseuse» réalisé par Mohamed Zineddaine lors du Festival national du film de Tanger qui s'est déroulé du 1er au 9 mars 2019, l'actrice vient de décrocher le Prix de la «Meilleure Actrice» au Malmo Arab Film Festival en Suède pour le même rôle. Discrète, exigeante et engagée, Fatima Attif a un visage qui illumine le cinéma marocain. Entretien.
Al Bayane: Vous venez de décrocher le Prix de la «Meilleure Actrice» en Suède pour votre rôle «Mbraka» dans le film «La Guérisseuse» réalisé par Mohamed Zineddaine. Que représente cette consécration pour vous?
Fatima Attif : «Mbraka» est un rôle assez important pour moi parce qu'il m'a permis d'avoir un espace important dans un film. Une chance que je n'ai pas eue depuis longtemps. C'était aussi une occasion tant attendue pour moi. Par ailleurs, ce rôle et ce prix «flattent » mon ego de comédienne, d'interprète et d'actrice. Ça me permet aussi d'exploiter pas mal d'espaces émotionnel, physique et psychologique et d'aller creuser au plus profond de mon énergie. C'est ça d'ailleurs le challenge de l'acteur.
Vous êtes très exigeante dans vos choix dans le théâtre tout comme dans le cinéma. Est-ce l'une des raisons de votre absence dans le 7e art marocain ?
Je ne sais pas vraiment. Mais il fallait juste attendre parce qu'à mon époque, il n'y avait pas de vrais producteurs et de boites de production au vrai sens du terme. On m'a toujours «flattée» par rapport à ma présence, à mon jeu, mais ce qui manquait, je ne sais pas franchement. Peut être c'est moi aussi qui étais exigeante. Il faut ajouter aussi qu'il n'y avait pas un rôle qui m'avait fait rêver. C'est pour cette raison que j'ai «boudé», si j'ose dire pas mal de fois et même à la télévision.
Peut-on dire aussi que votre absence est liée au scénario et l'écriture, surtout pour la femme ?
Il n'y a pas beaucoup d'écriture surtout pour la femme dans le cinéma marocain. Elle est souvent stigmatisée, elle est dans le rôle un peu négatif, dans les clichés et les stéréotypes qui nuisent à son image. Il faut dire aussi qu'il n'y a que les hommes qui ont le premier rôle. Pour ce qui est du théâtre, je l'ai toujours exercé. J'étais toujours présente sur les planches. Une présence qui me réjouit beaucoup.
Quels sont vos projets artistiques et cinématographiques à venir?
Je travaille sur une pièce de théâtre avec d'autres comédiennes qui seront avec moi. Quant au cinéma, il y aura des films qui vont sortir prochainement. Dans ce cadre, nous venons de finir le long métrage d'Adil El Fadili «Mon père n'est pas mort» et un autre film du réalisateur Mohamed Nadif «Les femmes du pavillon J» qui traite du sort des femmes en dépression.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.