Des centaines de voyageurs bloqués : Cafouillage à la gare ferroviaire Rabat-ville    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    US Round Up du lundi 3 août – Cannabis, Siri, Frelon meurtrier, New-York, Analphabétisme en santé,    Bank Al-Maghrib améliore son résultat net de 69%    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Voici pourquoi la gare Rabat-Ville a été fermée aux voyageurs (VIDEO)    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Gare à la sourde oreille !    Le Raja retrouve le podium et met la pression sur le WAC    Ces deux marocaines figurent dans "Women Behind Middle Eastern Brands" 2020 de Forbes    Un discours copieusement social!    Planète Mars. Le Marocain Kamal Oudrhiri participe à la mission « Persévérance »    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Avoirs à l'étranger: le délai des déclarations prorogé    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    France : Le Premier ministre brandit la menace du reconfinement généralisé    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Omar Hilale : Grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi, le Maroc poursuit son rayonnement à l'ONU    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Douzi lance son clip pour Afriquia    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

Dr Madiha Ouchamch, Pr Soulaymani Abdelmajid; Pr Hind Hammi
Le cancer du col utérin constitue un véritable problème de santé publique au Maroc. Il est considéré comme le 2e cancer le plus fréquent chez les femmes marocaines après le cancer du sein avec des taux les plus élevés dans le monde arabe.
Le Maroc connait une transition épidémiologique avec une augmentation du taux de morbidité et de mortalité des maladies non transmissibles comme les cancers. L'objectif principal de ce travail est d'améliorer les connaissances sur le cancer du col de l'utérus. Il s'agit de mettre en évidence les principaux facteurs de risque et la prise en charge.
Le col de l'utérus est la partie basse et étroite de l'utérus. Le cancer du col est une maladie qui se développe sur la muqueuse du col de l'utérus et sur le tissu qui le recouvre. La cause principale est une infection persistante par un virus qui se transmet par voie sexuelle, notamment le papillomavirus humain ou HPV. Lorsque ce virus s'installe, il peut provoquer des modifications de l'épithélium et des lésions précancéreuses. Cette évolution peut paraitre lente puisqu'un cancer peut se développer 10 à 15 ans après l'infection.
Les autres facteurs de risques sont l'activité sexuelle précoce, le tabagisme, l'infection au virus de l'immunodéficience humaine, les antécédents d'infection transmissibles sexuellement ITS, les contraceptifs oraux. On peut utiliser plusieurs tests pour dépister le cancer du col utérin, entre autres le frottis de papanicolaou qui est un test simple et indolore.
Une étude a été menée à l'Hôpital Moulay Abdellah, notamment à l'Institut national d'Oncologie (INO) de Rabat. L'étude rétrospective a été réalisée à partir des données des dossiers d'hospitalisation des patientes prises en charge pour cancer du col. Elle a été menée du mois de Janvier 2010 au mois de Septembre 2017 et a consisté en une description de la population
en fonction des caractéristiques sociodémographiques, des stades au diagnostic, la durée et le suivi des patientes.
Dans l'étude: 70% des patientes étaient des femmes au foyer, 70% étaient d'origine rurale, avec 80% ayant un niveau socioéconomique considéré comme bas. La durée du suivi médical de ces patientes était de 24 mois, la distance entre le lieu d'habitation et le lieu du diagnostic était de 200 Km (nord). Le diagnostic a été réalisé au stade 2 Figo. Cette étude a mis le doigt sur les problèmes de retard de diagnostic, de l'accessibilité aux soins et la distance aux hôpitaux.
Nos résultats confirment que l'infection HPV est un facteur de risque majeur du cancer du col. Les autres facteurs étaient, notamment les antécédents d'IST, le VIH, les contraceptifs oraux, le tabagisme…
L'étude réalisée a mis en œuvre les populations à risque de cancer du col. Elle pointe également du doigt les risques liés au retard de diagnostic vu les conditions sociodémographiques et la nécessité de mieux les cibler dans les programmes de dépistage d'information et d'éducation et de créer des campagnes de sensibilisation et d'information sur le cancer du col. D'ailleurs, la fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers a considérablement stimulé la prévention et le dépistage précoce du cancer au Maroc depuis sa création en 2005.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.