Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2019

Dr Madiha Ouchamch, Pr Soulaymani Abdelmajid; Pr Hind Hammi
Le cancer du col utérin constitue un véritable problème de santé publique au Maroc. Il est considéré comme le 2e cancer le plus fréquent chez les femmes marocaines après le cancer du sein avec des taux les plus élevés dans le monde arabe.
Le Maroc connait une transition épidémiologique avec une augmentation du taux de morbidité et de mortalité des maladies non transmissibles comme les cancers. L'objectif principal de ce travail est d'améliorer les connaissances sur le cancer du col de l'utérus. Il s'agit de mettre en évidence les principaux facteurs de risque et la prise en charge.
Le col de l'utérus est la partie basse et étroite de l'utérus. Le cancer du col est une maladie qui se développe sur la muqueuse du col de l'utérus et sur le tissu qui le recouvre. La cause principale est une infection persistante par un virus qui se transmet par voie sexuelle, notamment le papillomavirus humain ou HPV. Lorsque ce virus s'installe, il peut provoquer des modifications de l'épithélium et des lésions précancéreuses. Cette évolution peut paraitre lente puisqu'un cancer peut se développer 10 à 15 ans après l'infection.
Les autres facteurs de risques sont l'activité sexuelle précoce, le tabagisme, l'infection au virus de l'immunodéficience humaine, les antécédents d'infection transmissibles sexuellement ITS, les contraceptifs oraux. On peut utiliser plusieurs tests pour dépister le cancer du col utérin, entre autres le frottis de papanicolaou qui est un test simple et indolore.
Une étude a été menée à l'Hôpital Moulay Abdellah, notamment à l'Institut national d'Oncologie (INO) de Rabat. L'étude rétrospective a été réalisée à partir des données des dossiers d'hospitalisation des patientes prises en charge pour cancer du col. Elle a été menée du mois de Janvier 2010 au mois de Septembre 2017 et a consisté en une description de la population
en fonction des caractéristiques sociodémographiques, des stades au diagnostic, la durée et le suivi des patientes.
Dans l'étude: 70% des patientes étaient des femmes au foyer, 70% étaient d'origine rurale, avec 80% ayant un niveau socioéconomique considéré comme bas. La durée du suivi médical de ces patientes était de 24 mois, la distance entre le lieu d'habitation et le lieu du diagnostic était de 200 Km (nord). Le diagnostic a été réalisé au stade 2 Figo. Cette étude a mis le doigt sur les problèmes de retard de diagnostic, de l'accessibilité aux soins et la distance aux hôpitaux.
Nos résultats confirment que l'infection HPV est un facteur de risque majeur du cancer du col. Les autres facteurs étaient, notamment les antécédents d'IST, le VIH, les contraceptifs oraux, le tabagisme…
L'étude réalisée a mis en œuvre les populations à risque de cancer du col. Elle pointe également du doigt les risques liés au retard de diagnostic vu les conditions sociodémographiques et la nécessité de mieux les cibler dans les programmes de dépistage d'information et d'éducation et de créer des campagnes de sensibilisation et d'information sur le cancer du col. D'ailleurs, la fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers a considérablement stimulé la prévention et le dépistage précoce du cancer au Maroc depuis sa création en 2005.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.