Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2019

C'est une icône de la musique marocaine. Mohamed Benomar Ziani a consacré sa vie au chant et la musique de Chaâbi. Né à Rabat en 1938, Benomar Ziani a côtoyé les figures de proue de la musique de Melhoun, de Chgouri, de Gharnati et de la musique andalouse.
En outre, le chanteur a quitté son poste de fonctionnaire pour se consacrer entièrement à sa première passion : la musique. Après une longue expérience dans le domaine, le maître du Chaâbi avait créé son propre orchestre et se lance par la suite dans l'animation des soirées nocturnes dans de différents lieux des villes de Rabat et de Casablanca.
A l'époque, c'était le triomphe et l'âge d'or des orchestres qui constituent une partie de la mémoire culturelle et artistique du pays. Aujourd'hui, ces orchestres notamment nationaux ont disparu, et un bon des musiciens ont été proie de l'oubli.
«On avait des orchestres qui concurrençaient l'Orient entre autres l'orchestre national dirigé par Ahmed Bidaoui qui est un grand luthiste au Maroc. Il avait aussi Ismail Ahmed qui s'occupait du département de la musique à la radio ainsi que Mohamed Rayen qui nous présentait dans le temps.», nous confie Benomar Ziani qui a clôturé la 16ème Festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira en compagnie de la diva Raymonde El Bidaouia.
A l'époque, a-t-il dit, les musiciens travaillaient avec des cachés avant d'être recrutés à la radio. «Quand Ahmed Bidaoui et Ismail Ahmed sont partis, il n'y avait plus rien», a-t-il affirmé.
Pour les autres, poursuit-il, ils préfèrent travailler dans des soirées au lieu de travailler à la radio pour des raisons purement matérielles, car ils gagnaient plus en animant des soirées hors les murs de la radio.
Naturellement, le nombre des musiciens se dégradait petit à petit surtout avec la mort du violoniste Slam Lhajoui, Jilali Bemehdi, Saleh Charki. «Quand j'ai commencé ma carrière, je travaillais avec l'orchestre du Melhoun. On passait toute la soirée à jouer à 10dh la minute, donc 10 musiciens à 100 dh à l'époque. En outre, quand Mohamed Loufir qui dirigeait l'orchestre est parti, il n'en restait que l'orchestre de la musique andalouse de Mohamed Loukili. Lui aussi, quand il est mort, l'orchestre a perdu sa notoriété et son éclat. Aujourd'hui, il n'y a plus rien», a-t-il fait savoir.
«Je vous le dis, ceux qui sont restés aujourd'hui c'est moi, Abdelhadi Belkhayat et Abdelwahab Doukkali. Prenez soin de nous», a-t-il révélé avec un ton nostalgique. Violoniste de renommée, Benomar Ziani a hérité cet instrument de Mohamed Kibou, dit le maréchal. «Je faisais de la musique andalouse, Melhoun, Chgouri, la Aïta et la musique classique. Et le violon avec lequel je travaille est un instrument du maréchal Mohamed Kibou.
C'est lui en fait qui me l'avait donné avant sa mort. Je travaillais avec cet instrument depuis 55 ans», a-t-il affirmé. Un jour, confié-t-il, Kibou avait dit aux journalistes, que l'art de la Aïta entre de bonnes mains puisque Ziani est toujours en vie. Tout le monde se souvenait de sa fameuse chanson «Zaouia», un tube à succès.
Sur scène, et après toutes ces années qui se sont écoulées, le chanteur et musicien a gardé le même enthousiasme. Entre le judéo-maghrébin, le Melhaoun en passant par le Chgouri et le Chaâbi, Ziani a envoûté le public marocain avec des titres qu'il avait repris tels que «Dourbiha ya chibani», «Laâroussa», «Ya rabbi Lahnin», «Ajini, ajini» et autres chansons du répertoire musical national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.