Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Le nouvel album de Rihanna vaudra l'attente    Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce    Taylor Swift fait de nouveau un tabac    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    USA : Trump promulgue par décret un nouveau plan d'aide économique    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Responsabilité et démission    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    Au bord du naufrage!    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Les femmes plus que les hommes?    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Beyrouth : l'initiative royale vue par un journaliste libanais    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2019

C'est une icône de la musique marocaine. Mohamed Benomar Ziani a consacré sa vie au chant et la musique de Chaâbi. Né à Rabat en 1938, Benomar Ziani a côtoyé les figures de proue de la musique de Melhoun, de Chgouri, de Gharnati et de la musique andalouse.
En outre, le chanteur a quitté son poste de fonctionnaire pour se consacrer entièrement à sa première passion : la musique. Après une longue expérience dans le domaine, le maître du Chaâbi avait créé son propre orchestre et se lance par la suite dans l'animation des soirées nocturnes dans de différents lieux des villes de Rabat et de Casablanca.
A l'époque, c'était le triomphe et l'âge d'or des orchestres qui constituent une partie de la mémoire culturelle et artistique du pays. Aujourd'hui, ces orchestres notamment nationaux ont disparu, et un bon des musiciens ont été proie de l'oubli.
«On avait des orchestres qui concurrençaient l'Orient entre autres l'orchestre national dirigé par Ahmed Bidaoui qui est un grand luthiste au Maroc. Il avait aussi Ismail Ahmed qui s'occupait du département de la musique à la radio ainsi que Mohamed Rayen qui nous présentait dans le temps.», nous confie Benomar Ziani qui a clôturé la 16ème Festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira en compagnie de la diva Raymonde El Bidaouia.
A l'époque, a-t-il dit, les musiciens travaillaient avec des cachés avant d'être recrutés à la radio. «Quand Ahmed Bidaoui et Ismail Ahmed sont partis, il n'y avait plus rien», a-t-il affirmé.
Pour les autres, poursuit-il, ils préfèrent travailler dans des soirées au lieu de travailler à la radio pour des raisons purement matérielles, car ils gagnaient plus en animant des soirées hors les murs de la radio.
Naturellement, le nombre des musiciens se dégradait petit à petit surtout avec la mort du violoniste Slam Lhajoui, Jilali Bemehdi, Saleh Charki. «Quand j'ai commencé ma carrière, je travaillais avec l'orchestre du Melhoun. On passait toute la soirée à jouer à 10dh la minute, donc 10 musiciens à 100 dh à l'époque. En outre, quand Mohamed Loufir qui dirigeait l'orchestre est parti, il n'en restait que l'orchestre de la musique andalouse de Mohamed Loukili. Lui aussi, quand il est mort, l'orchestre a perdu sa notoriété et son éclat. Aujourd'hui, il n'y a plus rien», a-t-il fait savoir.
«Je vous le dis, ceux qui sont restés aujourd'hui c'est moi, Abdelhadi Belkhayat et Abdelwahab Doukkali. Prenez soin de nous», a-t-il révélé avec un ton nostalgique. Violoniste de renommée, Benomar Ziani a hérité cet instrument de Mohamed Kibou, dit le maréchal. «Je faisais de la musique andalouse, Melhoun, Chgouri, la Aïta et la musique classique. Et le violon avec lequel je travaille est un instrument du maréchal Mohamed Kibou.
C'est lui en fait qui me l'avait donné avant sa mort. Je travaillais avec cet instrument depuis 55 ans», a-t-il affirmé. Un jour, confié-t-il, Kibou avait dit aux journalistes, que l'art de la Aïta entre de bonnes mains puisque Ziani est toujours en vie. Tout le monde se souvenait de sa fameuse chanson «Zaouia», un tube à succès.
Sur scène, et après toutes ces années qui se sont écoulées, le chanteur et musicien a gardé le même enthousiasme. Entre le judéo-maghrébin, le Melhaoun en passant par le Chgouri et le Chaâbi, Ziani a envoûté le public marocain avec des titres qu'il avait repris tels que «Dourbiha ya chibani», «Laâroussa», «Ya rabbi Lahnin», «Ajini, ajini» et autres chansons du répertoire musical national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.