Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le discours de la vérité!
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2019

Tout en valorisant, à juste titre, les acquis consentis durant le parcours des réformes que notre pays ne cesse de cumuler, on ne peut non plus occulter les déficits et les grabuges qui persistent encore aussi bien au sein de la haute sphère que la société.
Chez nous, c'est plutôt la lutte contre la dépravation multiforme, l'économie de rente, l'accaparement illicite, le monopole vorace… dont il est question. Sans nul conteste, on aspire à une vie meilleure. L'emploi et la dignité, entre autres, sont insistants. La cherté des denrées de consommation et la hausse des produits rudimentaires accablent les petites bourses. Les disparités sociales et spatiales, la privation, l'exclusion et la précarité exaspèrent le petit peuple.
Mais également, l'indignation devant les dépassements, les atteintes à la liberté et aux droits divers, les fraudes et les mafias de tous bords. Ils ne disent rien de mal, les manifestants qui rouspètent par-ci et par-là, sauf que certains opportunistes extrémistes, de droite et de gauche, ont la malveillance de s'approprier les sursauts de masses, inspirés des vagues de protestation qui s'opèrent autour d'eux.
Ces groupuscules, sortis de leurs tanières et tournant perpétuellement le dos au processus de long terme dont la Nation s'identifie à plein régime, ont toujours tenté de se faufiler dans les rangs des victimes en colère et cru bon de semer l'amalgame dans des rassemblements de civilité.
Même les jeunes, indignés par les soubassements perfides, fustigent les horreurs de la spoliation. Eux qui arborent leurs slogans revendicatifs et rêvent de lendemains roses, épris de stabilité et de concorde.
On ne saurait alors envenimer les desseins communs et hypothéquer les délivrances embaumées par les entrains de la révolte pacifique. Il va sans dire que le panache des jeunes, virevoltants de nature, est avide d'interlocuteurs adultes, prédisposés à l'écoute, au respect et à l'estime. On n'a pas le droit de laisser germer le spectre du nihilisme et du désespoir au sein des jeunes, fragilisés par les affres de la vie.
Quoique mitigée par les générations de nuisances, la scène politique nationale, région par région, localité par localité, devra se ressaisir en direction de cette jeunesse flamboyante par les beaux idéaux, mais terrassés par les souillures de la médisance. Le paysage politique a besoin d'être meublé de propos de la raison, de la sagesse et de la citoyenneté.
Ces discours, seules les forces de la démocratie, peuvent les tenir, loin de toute simulation malhonnête. Ces forces légitimes et responsables ont tout intérêt à chantonner encore de plus belle, ces sonnets envers les jeunes, somme toute désemparés par la frayeur de l'extrémisme béat. Plus que jamais, les jeunes cherchent les civets de la confiance et les duvets de la défiance.
A l'une des réformes de haute facture qui émaillent actuellement notre pays, les jeunes sont en quête de la main tendue. Celle qui ne les trahit pas. Celle de la confiance et de la vérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.