Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Ce qui s'est passé ce mardi à Kénitra (DGSN)    Covid-19 au Maroc: le tourisme accuse des pertes colossales    Nouvelles mesures restrictives dans une province du Maroc    Tanger: le fqih pédophile passe aux aveux    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Pour faire face aux effets de la Covid-19: Min Ajliki lance un programme d'accompagnement des femmes    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Kénitra: un repris de justice ayant menacé des policiers interpellé    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    Le Maroc de l'ancien monde    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Hausse de 1,4% de l'indice des prix à la consommation en août    inwi money : Nouveau service de transfert d'argent ultra rapide    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Ghita Mouttaqi-Allah, présidente du Rotary Club Casablanca La Sqala : « On veut vulgariser et partager des expériences touchant la maladie d'Alzheimer »    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    La chaîne française M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire au vitriol    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    Elections : La bataille des jeunes a commencé    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Casablanca: gigantesque incendie à Sidi Bernoussi    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Le rythme de progression de la masse monétaire poursuit son accélération    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza
Publié dans Albayane le 15 - 11 - 2019


Netanyahou, la puissance du mal
Encore une triste journée qui s'ajoute à celles innombrables qui ont marqué l'histoire des Palestiniens et de la terreur du colonialisme israélien.
Mardi 12 novembre restera gravé, comme les interminables massacres israéliens, dans la mémoire et la conscience internationale. Cette fois-ci, c'est Baha Abou Al Ata, un commandant du Jihad palestinien qui tombera, ainsi que son épouse, sous une frappe aérienne israélienne ciblée. Ce martyr était dans le collimateur de Tsahal et du Shin Bet (le renseignement intérieur israélien), en tant que combattant «radical et incontrôlable» auquel Netanyahu attribuait les principaux tirs aux roquettes, depuis le nord de Gaza.
L'attaque aérienne de mardi a ciblé également un autre dirigeant politique du Jihad islamique, Akram Ajouri, taxé, au même titre que le commandant assassiné malgré sa présentation comme «solitaire», d'agent de Damas et de Téhéran, et a couté la vie à son fils et à un autre Palestinien.
Mais les frappes sionistes, en fait des assassinats ciblés, sont devenues régulières, face au manque de condamnation claire et nette de la part de la communauté internationale, prise en otage par le veto américain à l'ONU. Et pourtant, elles n'épargnent pas la population palestinienne désarmée, notamment l'environnement immédiat des habitations ciblées. Et rares sont les jours ou les nuits quand elles ne causent pas morts et désolation dans les rangs des Palestiniens, notamment parmi les jeunes, les femmes et les personnes âgées…
Ces frappes ciblent, volontairement, les populations qui manifestent pacifiquement contre l'usurpation de la terre et de la patrie et pour le droit à une patrie et à une paix durable.
Fait marquant, est que l'attaque de mardi intervient dans une conjoncture politique et électorale particulière en Israël. Le premier ministre, Benyamin Netanyahou, est le véritable initiateur, avec l'appui du Shin Bet, de cette opération-massacre, pour détourner l'attention de l'opinion publique israélienne et tenter de reprendre le pouvoir, après ses échecs cuisants, depuis septembre, étant sans majorité législative et sous les menaces d'une inculpation et d'une condamnation judiciaires pour des faits avérés de corruption.
Cerné de toutes parts, Netanyahu joue avec le feu et espère un retournement de situation en gagnant la sympathie des électeurs extrémistes et conservateurs religieux pour maintenir et protéger son fonds de commerce politique qui consiste à choisir la guerre comme moyen de parvenir à une « paix à genoux ». A une extermination du peuple palestinien.
Cette opération est destinée aussi à remettre e cause la trêve, en cours avec le Hamas, obtenue grâce à une forte implication de l'ONU, de l'Egypte et du Qatar.
Dans cette triste et dangereuse voie, Netanyahu table sur l'Amérique de Trump et les hésitations de l'Union européenne pour échapper aux sanctions de la communauté internationale.
Symbolique de l'Histoire ou simple coïncidence ? L'on pourra parler de «Novembre noir» en Israël… C'est le mois de novembre qui aura la réputation assassine. C'est le 11 novembre 2004 que Yasser Arafat a été assassiné par Israël. Par empoisonnement, malgré sa reconnaissance de l'Etat d'Israël. Avant lui, exactement le 4 novembre 1995, c'était l'ex premier ministre israélien Ishak Rabin, Prix Nobel de la paix avec le leader historique de l'OLP, tous deux artisans des accords d'Oslo, fut assassiné, à l'issue d'une manifestation en soutien à la paix et aux accords signés avec les Palestiniens. Une œuvre qui déshonore et continue à déshonorer les mêmes extrémistes et assassins qui gouvernent encore à Tel Aviv. Ils ont trop de sang dans les main!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.