cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Energie : une chercheuse marocaine remporte le prix ENI Award 2020 en Italie    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    IMME : les professionnels sont optimistes    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Y A-T-IL UNE OPPOSITION DANS L'HEMICYCLE ?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Joe Biden annonce de nouveaux dons de vaccins pour l'Afrique    Edito : Feu vert    Maroc: le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les lieux publics ?    Football / IRT : En attendant l'élection d'un nouveau président, une commission provisoire pour combler le vide    Football : Hors jeu automatisé au Mondial Qatar 2022    L'Agence marocaine antidopage tient son 3ème Conseil d'administration    Pseudo-révélations sur un projet d'attaques en Algérie : pour Anouar Malek, «les services de Tebboune ont sombré dans le ridicule»    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fronde des maires du «groupe de Visegrad»…
Publié dans Albayane le 19 - 12 - 2019

Comprenant la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, le «groupe de Visegrad», alliance régionale souverainiste en profond désaccord avec les orientations politiques de l'Union européenne, attire très souvent à lui les feux des projecteurs à l'occasion de ses multiples «dérives» en matière d'Etat de droit et de refus des valeurs «européennes».
Aussi, pour contrecarrer les visées populistes de leurs gouvernements respectifs, les maires des capitales des quatre pays précités, agissant en fervents défenseurs de la démocratie libérale, ont annoncé ce lundi 16 décembre, la naissance, à Budapest, d'une «alliance des villes libres» mise en place à l'effet de resserrer les liens avec l'Union européenne mais aussi et surtout de promouvoir «la liberté, la dignité humaine, la démocratie, l'égalité, l'Etat de droit, la justice sociale, la tolérance et la diversité culturelle».
L'initiative prise par les maires de Varsovie, Budapest, Prague et Bratislava est hautement symbolique dans la mesure où, comme l'observe Andras Biro-Nagy, analyste au groupe de réflexion Policy Solutions, elle «envoie le message, aux citoyens de ces pays comme à l'étranger, qu'il y a une alternative plus sociale». Et si Gergely Karacsony, le maire de Budapest, trouve «scandaleux que l'argent européen finance l'autocratie et les oligarques», la constitution de cette «alliance des villes libres» vise l'instauration d'un dialogue direct avec l'UE au titre de l'octroi des subventions européennes.
La décision prise ce lundi par les maires des capitales du «Groupe de Visegrad» montre, également, que bien qu'étant encore minoritaire au niveau national dans ces pays dirigés par des majorités ultra-conservatrices aux dérives anti-démocratiques, la résistance n'en est pas moins réelle au niveau local. Aussi, en marquant incontestablement des points dans les capitales précitées, l'initiative prise ce lundi met à nu le profond clivage entre les grandes villes et la campagne.
«Nous venons de différents partis politiques mais nous avons les mêmes valeurs (…) nos villes resteront ouvertes, tolérantes, progressistes et à l'avant-garde du changement» a déclaré, à cette occasion, Rafal Trzaskowski, le maire centriste de Varsovie qui, l'année dernière, a arraché haut la main la mairie de la capitale polonaise à un ultraconservateur du parti Droit et Justice (PiS) qui, depuis 2015, n'a eu de cesse de multiplier les atteintes à l'indépendance des médias et de la justice.
Il en va de même du côté de la capitale hongroise depuis que, le 13 Octobre dernier, Gergely Karacsony, président d'un petit parti de centre gauche, a réussi à enlever la mairie de Budapest au représentant du Fidesz, le parti du premier ministre nationaliste Viktor Orban, qui a perdu par la même occasion le contrôle de six autres grandes villes du pays.
Un autre signataire de cette «alliance des villes libres» est Zdenek Hrib, le maire de Prague, un personnage très critique envers le Premier ministre tchèque Andrej Babis et pour lequel «le populisme est une réponse erronée et simpliste aux problèmes» qui se posent au pays.
Le dernier signataire de ce document est Matus Vallo, le maire de Bratislava. Issu du militantisme local, l'intéressé n'a aucune affiliation partisane.
En scellant, enfin, ce «pacte des villes libres», les maires de Varsovie, Budapest, Prague et Bratislava parviendront-ils à resserrer les liens avec l'Union Européenne et à s'ériger en tant qu'interlocuteurs en dépit du populisme de leurs gouvernements nationaux ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.