Programme Intelaka : Des financements de 1,25 milliard DH alloués par Attijariwafa Bank    La proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres de l'ONU    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Téhéran se réjouit du départ de Trump    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    Arrestation d' un pédophile français à Agadir    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Top 10 des applications les plus téléchargées en 2020    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    Le niveau de vie des ménages se dégrade    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    2020 : Année catastrophique pour le trafic aérien    Honorable distinction d'un militant amazigh    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Communiqué du bureau politique du PPS    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Burundi: Incertitudes quant au 4e mandat de Nkurunziza…
Publié dans Albayane le 29 - 12 - 2019

Soucieux de mettre fin aux allégations, de plus en plus persistantes depuis la révision constitutionnelle intervenue, par voie référendaire, en mai dernier et afférentes à son désir de se maintenir à la tête du Burundi, Pierre Nkurunziza a déclaré, au cours d'une cérémonie de vœux à l'adresse des corps de la défense, de la sécurité et du renseignement, dans un discours relayé par divers médias locaux, dont la radio d'Etat RTNB, que les rumeurs portant sur sa probable candidature aux élections présidentielles qui, en étant couplées aux élections législatives et communales, se tiendront le 20 mai 2020, n'ont «aucun fondement», qu'il ne sera «pas candidat» à cette élection présidentielle et que le «parti va présenter un autre militant».
Il ajoutera même que, «le moment venu, c'est au Congrès national du CNDD-FDD (Conseil National pour la défense de la démocratie – Forces de défense de la démocratie), la formation politique au pouvoir, de choisir celui qui le représentera aux présidentielles de 2020.
«Cette fête est ma dernière» dira-t-il à l'assistance, car «l'année prochaine, à la même période, ce n'est pas moi qui prendra la parole (mais) un nouveau chef de l'Etat (alors) multipliez par trois, auprès de mon successeur, l'engagement que vous m'avez manifesté au cours de ces 15 dernières années».
Ainsi, à cinq mois des prochaines élections présidentielles et à deux mois du dépôt des candidatures, le chef de l'Etat s'obstine toujours à ne point dévoiler le nom de son «dauphin» alors même que c'est lui-même qui, par l'entremise du parti qu'il dirige, contrôle tous les leviers du pouvoir.
Pour rappel, Pierre Nkurunziza, 54 ans, avait accédé à la magistrature suprême du Burundi à l'issue des accords de paix d'Arusha d'Août 2005 qui avaient mis fin à la décennie de guerre civile qui avait ravagé le pays.
Mais, après deux mandats successifs de 5 années chacun, l'intéressé avait décidé, en Août 2015, de briguer un 3e mandat. Cette décision, que l'opposition avait considérée comme étant illégale, avait replongé le pays dans une grave crise sécuritaire et politique qui, selon l'ONU et diverses organisations de défense des droits de l'Homme, aurait fait plusieurs centaines de morts et poussé à l'exil plus de 360.000 personnes.
Aussi, Pancrace Cimpaye, un des dirigeants du Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie (MSD), opposition, redoute-t-il une réédition des évènements de 2015 quand le président s'était maintenu au pouvoir pour ne pas se soustraire aux «exigences» des militants du parti qui étaient descendus dans la rue afin d'implorer «le Guide Suprême et Permanent Pierre Nkurunziza» de rester à la tête de l'Etat.
Or, pour tout observateur averti, le «silence» du président Pierre Nkurunziza ne résout point la question de sa succession mais, au contraire, soulève de nombreuses interrogations quant à l'avenir du pays. Alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.