La Chambre des représentants adopte trois projets de loi sur la nomination aux fonctions supérieures et les échéances électorales    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Message du roi Mohammed VI au président bulgare     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Burundi: Pierre Nkurunziza, le maquisard qui veut s'introniser roi
Publié dans Albayane le 10 - 06 - 2018

S'adressant à la nation, ce jeudi 7 Juin, dans un discours télévisé dans lequel pour parler de lui-même il disait tantôt «je» tantôt «nous», le Président du Burundi, Pierre Nkurunziza, 54 ans, à la tête du pays depuis 2005, a pris tout le monde de court en annonçant son désir de vouloir «passer la main» en 2020 alors même qu'il vient à peine de promulguer, sans la faire adopter par l'Assemblée nationale et en se contentant seulement d'y apposer sa signature, une nouvelle constitution qui lui permet, certes, de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2034 mais, surtout – et toute la nouveauté est là – de rétablir la monarchie.
Mais s'il est vrai que cette Constitution, approuvée par 73% des électeurs, avait fait l'objet d'un référendum le 17 mai dernier, il n'en demeure pas moins vrai que c'est à coups de gourdins que les burundais avaient été appelés à voter «oui», qu'il leur était interdit de s'abstenir et que seules certaines formations politiques avaient été autorisées à prôner le «non».
Mais que s'est-il passé pour que Pierre Nkurunziza change d'avis subitement alors qu'il n'a pas encore terminé son troisième mandat ? Rêverait-il de devenir Roi ? Il semblerait que oui...
Arrivé au pouvoir à l'issue des accords de paix d'Arusha signés en 2005 et qui avaient mis fin à une guerre civile qui avait fait quelques 300.000 morts, cet ancien chef de guerre des Forces pour la Défense de la Démocratie (FDD) avait pris les rênes du pays après avoir été élu par le Parlement puis réélu, en 2010 pour un nouveau quinquennat, le dernier selon la Constitution en vigueur.
Mais l'amour de Pierre Nkurunziza pour le pouvoir étant sans limites, les «promesses de réconciliation» de ses débuts à la tête du pays vont rapidement laisser la place à la corruption, au népotisme, au clientélisme et, bien sûr, à la rapine et à la violence politique quand en 2015, il va décider d'annoncer sa candidature pour les nouvelles élections présidentielles et même, selon un de ses anciens compagnons du maquis aujourd'hui en exil, de s'introniser roi au cours d'une discrète cérémonie qui s'était déroulée au nord-ouest de Bujumbura.
Contestée par les burundais, cette élection qui s'était déroulée dans un climat de très grande violence avait poussé Adama Dieng, le conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide à dénoncer, dans les colonnes de l'Humanité, un «discours de haine» susceptible de «transformer un conflit politique en conflit interethnique». D'ailleurs, en l'espace de trois années, cette crise politique aurait fait, selon diverses ONG, 2.000 morts, 6.000 prisonniers et 20.000 disparus et poussé à l'exil près de 400.000 personnes.
Dans son rapport, en date du 4 Septembre dernier, une commission d'enquête onusienne avait déclaré que des crimes contre l'humanité auraient été commis dans le pays depuis Avril 2015 ; date à laquelle, pour faire éviter des poursuites au chef de l'Etat, le Burundi avait décidé de se retirer de la Cour Pénale Internationale.
Marqué par une soif de pouvoir absolu, le parcours de Pierre Nkurunziza, maquisard devenu président puis rêvant d'être roi, s'est toujours appuyé sur la violence politique et la prédation mettant la main sur tout si bien qu'aucun secteur de l'économie n'échappe au pillage, à la corruption et aux malversations du clan présidentiel car s'il a toujours clamé qu'il croit en Dieu et au Burundi, Pierre Nkurunziza «croit surtout à l'argent».
Maquisard devenu président du Burundi de 2005 à aujourd'hui, Pierre Nkurunziza parviendra-t-il à s'introniser roi envers et contre tous en suivant les pas d'un certain Jean-Bedel Bokassa le 4 Décembre 1977 en République Centrafricaine ? L'époque n'est plus la même quarante ans plus tard mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.