Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de cinéma à Agadir: du bluff!
Publié dans Albayane le 30 - 12 - 2019

Juste après le fastueux festival Cinéma et Migrations qui avait envoûté, de bout en bout, les cinéphiles du pays et ailleurs, on eut droit à deux partitions simultanées de cinéma et d'arts plastiques.
Comme on s'y était attendu auparavant, on était descendu de la cime de l'ingéniosité du festival migratoire à l'abîme de la médiocrité de son successeur. On savait déjà que le second allait décevoir aussi bien les résidents que les convives. On l'avait prédit, il y a un peu plus d'un mois, dans l'un des précédents écrits. Depuis, on était soumis à des propos injurieux voire des menaces de la part des initiateurs desdits festivals pour avoir mis en garde de ces fanfaronnades.
Aujourd'hui, quasiment rien ne fut fait dans cette édition du «film sur l'art» et de la «foire d'art». Il n'y a plus ni Yousra, ni Gad El Maleh, ni Majda Roumi, ni Touria Jabrane, ni Abdelouahab Doukkali tel qu'il a été cité dans le catalogue de sponsoring qui servait, sans doute, d'«appât» pour collecter le maximum de fonds des deniers publics. Après une soirée d'ouverture fanfaronne où on s'était donné libre court aux sons de la musique déchaînée, on débitait en vrac, des courts métrages, en une seule journée, le lendemain, dans une salle quasi-déserte.
A l'exception de cette projection expéditive des films court métrage devant un jury fort réduit, on aura constaté aussi l'annulation des films long métrage, du documentaire, des excursions, des ateliers, de la parade en ville, des conférences, du point de presse, initialement prévus. Rien de tout cela !
Bien évidement, on était persuadé que tout ce menu luxuriant, réparti en moins de deux jours, n'était qu'un bluff. D'autant qu'on adjoignait conjointement une autre activité consacrée aux arts plastiques baptisée Foire internationale d'art contemporain. Là encore, c'était une réelle tartuferie ! On conviait des plasticiens dont certains du Golf et de France auraient versé mille euros pour exposer, ainsi que nombre de leurs homologues marocains, alors que la salle de la CCIS d'Agadir était gracieusement mise à la disposition de la présumée foire.
En plus, ces artistes qui avaient joliment agrémenté ledit espace, furent complètement largués à leur sort, dans l'indifférence et l'ignorance totales. Lors du vernissage, l'organisatrice fit un tour dans les lieux sous les lumières des caméras pour s'éclipser par la suite, sans nul intérêt, pas même le protocole officiel des vernissages qui se respectent. Aucun geste à l'égard des plasticiens fort indignés de ce comportement avilissant, sauf une attestation dérisoire, remise sans mentionner le nom des participants, à l'image de cette jordanienne en larmes.
Voilà donc un événement qui passa inaperçu, sans éclat ni signe de reconnaissance envers les artistes ! On avait donc bien raison d'émettre des soupçons quant à sa véracité, au départ. On s'interrogera sur la réaction du CCM qui avait «soutenu» ce festival du film, selon un cahier de charges convenu, alors qu'il se serait, dans doute, rendu compte de la duperie dont il fut l'objet au niveau du contenu du dossier initial, copieusement chamboulé à l'exécution.
Même chose pour les autres partenaires qui se sont certainement aperçus de la carotte dont ils furent victimes. On ne peut donc se fier à des conduites mensongères qui se dévoilent au fil des ans. Se permettrait-on de les tolérer prochainement, lors de la troisième manche ? On verra bien!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.