Rhamna Innovation Lab désormais fonctionnel    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2020

Les tribus des Senhajas Sraïr, qui peuplent les montagnes du Rif situées entre les provinces d'Al Hoceima et Chefchaouen, célèbrent lors du nouvel An amazigh qui coïncide avec le début de la campagne agricole, le personnage « Bachikh », demandant la fertilité de la terre et des femmes.
Ce rituel, connu ailleurs au Maroc sous les appellations « Belmaoune » ou « Boujloude », est un élément du patrimoine de la région, les habitants ayant pris le temps de célébrer ce rituel durant des semaines, avant qu'il ne commence à disparaître durant les années soixante du siècle dernier.
L'Association Amazighs Sanhaja du Rif tente de faire revivre ce rituel à travers un festival qui en est aujourd'hui à sa 8ème édition, organisé chaque année dans une des villes de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, et ce afin de raviver ce patrimoine culturel populaire et le rapprocher des habitants de la région.
Dans ce sens, le président de l'Association Charif Adardak a déclaré à la MAP que ce festival vise à contribuer à faire connaitre le patrimoine culturel de la région Sanhaja du Rif et également à réunir l'ensemble des personnes issues de cette région afin de célébrer le nouvel An amazigh, devenue actuellement une fête populaire.
Ces célébrations du patrimoine culturel tournent autour du personnage de « Bachikh », l'homme au visage noir, couvert de peaux de moutons ou de chèvres et au chapeau à deux cornes, qui bouge au rythme des percussions musicales.
Les célébrations se déroulent en deux phases, la première comprenant des performances musicales interprétées par des troupes se déplaçant dans les campagnes des tribus des Sanhajas avec leurs tambours et leurs « ghitas », tandis que la deuxième est marquée par des pièces théâtrales à caractère comique et critique des conditions sociales.
Selon le document de présentation du festival, des familles de la région de Sanhaja Sraïr célébraient « Bachikh » également lors des fêtes de mariages, le considérant comme un rituel joyeux et ancré du patrimoine, qui suscite l'intérêt des grands comme des petits.
S'agissant des origines de ces célébrations, le professeur de l'histoire des civilisations anciennes à l'Université Ibn Tofail de Kénitra, Said El Bouzidi, a expliqué que le personnage de « Bachikh » remonte à la pensée grecque, et plus exactement le dieu Bacchus, connu également sous le nom de Dionysos, dieu de la fécondité célébré anciennement par les peuples du bassin méditerranéen chaque année.
Avec le début de la disparition des civilisations anciennes, ce personnage s'est dissipé, demeurant uniquement dans quelques régions du nord de l'Afrique, dont la région des Senhajas Sraïr qui a gardé cette célébration en tant que patrimoine populaire commémoré chaque année en janvier, a-t-il ajouté, précisant que ces célébrations interviennent pour implorer la fertilité après « la mort de la terre », et également la fécondité des femmes.
La célébration de ce rituel prend généralement cinq formes, à savoir « Bachikh », « Lafqih », « Souna », « Boufiout » et la femme de « Boufiout », a relevé le professeur, soulignant que raviver ce patrimoine culturel témoigne de l'attachement à cet héritage considéré comme composante de l'identité marocaine.
Selon Charif Adardak, faire renaître ce patrimoine a pour but de mettre en lumière les valeurs civilisationnelles et humaines de l'amazighité, pour la présenter non seulement en tant que langue et identité mais également en tant qu'un ensemble de valeurs qui accompagnent la culture amazighe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.