Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2020

Les tribus des Senhajas Sraïr, qui peuplent les montagnes du Rif situées entre les provinces d'Al Hoceima et Chefchaouen, célèbrent lors du nouvel An amazigh qui coïncide avec le début de la campagne agricole, le personnage « Bachikh », demandant la fertilité de la terre et des femmes.
Ce rituel, connu ailleurs au Maroc sous les appellations « Belmaoune » ou « Boujloude », est un élément du patrimoine de la région, les habitants ayant pris le temps de célébrer ce rituel durant des semaines, avant qu'il ne commence à disparaître durant les années soixante du siècle dernier.
L'Association Amazighs Sanhaja du Rif tente de faire revivre ce rituel à travers un festival qui en est aujourd'hui à sa 8ème édition, organisé chaque année dans une des villes de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, et ce afin de raviver ce patrimoine culturel populaire et le rapprocher des habitants de la région.
Dans ce sens, le président de l'Association Charif Adardak a déclaré à la MAP que ce festival vise à contribuer à faire connaitre le patrimoine culturel de la région Sanhaja du Rif et également à réunir l'ensemble des personnes issues de cette région afin de célébrer le nouvel An amazigh, devenue actuellement une fête populaire.
Ces célébrations du patrimoine culturel tournent autour du personnage de « Bachikh », l'homme au visage noir, couvert de peaux de moutons ou de chèvres et au chapeau à deux cornes, qui bouge au rythme des percussions musicales.
Les célébrations se déroulent en deux phases, la première comprenant des performances musicales interprétées par des troupes se déplaçant dans les campagnes des tribus des Sanhajas avec leurs tambours et leurs « ghitas », tandis que la deuxième est marquée par des pièces théâtrales à caractère comique et critique des conditions sociales.
Selon le document de présentation du festival, des familles de la région de Sanhaja Sraïr célébraient « Bachikh » également lors des fêtes de mariages, le considérant comme un rituel joyeux et ancré du patrimoine, qui suscite l'intérêt des grands comme des petits.
S'agissant des origines de ces célébrations, le professeur de l'histoire des civilisations anciennes à l'Université Ibn Tofail de Kénitra, Said El Bouzidi, a expliqué que le personnage de « Bachikh » remonte à la pensée grecque, et plus exactement le dieu Bacchus, connu également sous le nom de Dionysos, dieu de la fécondité célébré anciennement par les peuples du bassin méditerranéen chaque année.
Avec le début de la disparition des civilisations anciennes, ce personnage s'est dissipé, demeurant uniquement dans quelques régions du nord de l'Afrique, dont la région des Senhajas Sraïr qui a gardé cette célébration en tant que patrimoine populaire commémoré chaque année en janvier, a-t-il ajouté, précisant que ces célébrations interviennent pour implorer la fertilité après « la mort de la terre », et également la fécondité des femmes.
La célébration de ce rituel prend généralement cinq formes, à savoir « Bachikh », « Lafqih », « Souna », « Boufiout » et la femme de « Boufiout », a relevé le professeur, soulignant que raviver ce patrimoine culturel témoigne de l'attachement à cet héritage considéré comme composante de l'identité marocaine.
Selon Charif Adardak, faire renaître ce patrimoine a pour but de mettre en lumière les valeurs civilisationnelles et humaines de l'amazighité, pour la présenter non seulement en tant que langue et identité mais également en tant qu'un ensemble de valeurs qui accompagnent la culture amazighe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.