Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2020

Fondatrice et présidente de l'association Enfance Maghreb Avenir (EMA)
Propos recueillis par Romuald Djabioh
Dans le cadre de l'exposition «LesYeuxOuVerts», organisée par l'association Enfance Maghreb Avenir (EMA) depuis le 16 janvier à l'Espace d'art Artorium de Casablanca, et qui prendra fin le 25 février, Najate Limet, fondatrice et présidente de l'association EMA, nous revient sur son parcours et l'action de son association. Entretien.
Al Bayane : Que dire de l'association EMA?
Najate LIMET: EMA est une association de solidarité internationale et française qui œuvre pour l'éducation au Maroc, dans tout ce qui concerne l'infrastructure. On s'est rendu compte de la complexité d'infrastructures dans notre pays. Ainsi, partant de ce constat, nous avons décidé de travailler sur ce côté afin d'apporter notre modeste contribution dans la société.
Depuis combien d'années votre association existe-t-elle? Bénéficie-t-elle d'un quelconque soutien pour mener à bien ses projets?
Nous existons depuis 14 ans déjà et notre siège se trouve à Paris. Nous avons une filiale au Maroc. L'association EMA est soutenue généralement à 80% par des entreprises françaises installées au Maroc. Depuis deux ans, nous avons essayé de mobiliser les gens sur cette problématique d'éducation. Toutefois, alors que la question porte sur l'école marocaine, nous souhaiterions sensibiliser des donateurs marocains pour participer à cette exposition aux côtés des donateurs européens.
Quelles sont les actions concrètes que vous avez déjà réalisées sur le territoire national?
L'année dernière, nous avons fait des levées de fonds qui ont servi pour la construction d'une école qui se trouve dans la commune de Noirceur. Nous avons détruit tout un préfabriqué et construit six salles de classe aux normes. C'est un travail non négligeable réalisé par notre association grâce à l'apport des différents donateurs. Cette année, l'association a ouvert ce qu'on appelle, les écoles de deuxième chance, pour accueillir des enfants qui ont quitté l'école depuis longtemps. Nous essayons de favoriser leur réinsertion sociale en leur donnant une base d'éducation et une formation professionnelle sur une durer de deux ans. Cette année nous faisons cette exposition pour lever des fonds, afin de soutenir une fois de plus ce projet ambitieux et humaniste.
Quid du choix du Maroc?
J'ai choisi le Maroc tout d'abord, parce que dans un premier temps, je suis franco-marocaine. Puis, dans une seconde approche, parce que j'ai fait mes études au Maroc, dans une école publique. Je viens d'une famille très pauvre, et ça n'a pas toujours été facile. Cependant, je suis parvenue à finir mes études en étant avocate. Quand je suis allée en France, je n'ai pas rencontré des problèmes liés à la culture, à la langue, encore moins à l'intégration. L'éducation reçue m'a également permis d'intégrer un autre pays et de partir de moi-même…L'école publique de nos jours se trouve dans une situation complexe. Je me suis dite, ayant fréquenté dans cet endroit, aujourd'hui avec des idées innovantes, pourquoi ne pas faire quelque chose pour mon pays. Ainsi, privilégiée de l'école publique marocaine, je me devais de rendre l'ascenseur.
Quel est l'objectif de cette exposition ? Quid de l'apport des différents artistes et des œuvres qui embellissent les lieux?
L'objectif de cette exposition est de pouvoir récolter des fonds qui iront au profit de l'école de la deuxième chance. Nous avons demandé cette année à quinze artistes internationaux et nationaux de travailler sur la thématique de la transition écologique. C'est un sujet brûlant de nos jours et nous pensions avoir un besoin humaniste d'agir en conséquence. Les artistes ont bien voulu jouer le jeu en se ralliant à la cause. Ce sont des personnes qui pour nous, avaient déjà une réflexion sur la société, la nature, l'environnement, une dimension très éthique. Ces artistes se sont de fait impliqués pour donner vie à l'évènement afin de soutenir la cause. Une quarantaine d'œuvres réalisées par ces derniers sont exposées sur les lieux jusqu'au 25 février(…).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.