Rhamna Innovation Lab désormais fonctionnel    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2020

Fondatrice et présidente de l'association Enfance Maghreb Avenir (EMA)
Propos recueillis par Romuald Djabioh
Dans le cadre de l'exposition «LesYeuxOuVerts», organisée par l'association Enfance Maghreb Avenir (EMA) depuis le 16 janvier à l'Espace d'art Artorium de Casablanca, et qui prendra fin le 25 février, Najate Limet, fondatrice et présidente de l'association EMA, nous revient sur son parcours et l'action de son association. Entretien.
Al Bayane : Que dire de l'association EMA?
Najate LIMET: EMA est une association de solidarité internationale et française qui œuvre pour l'éducation au Maroc, dans tout ce qui concerne l'infrastructure. On s'est rendu compte de la complexité d'infrastructures dans notre pays. Ainsi, partant de ce constat, nous avons décidé de travailler sur ce côté afin d'apporter notre modeste contribution dans la société.
Depuis combien d'années votre association existe-t-elle? Bénéficie-t-elle d'un quelconque soutien pour mener à bien ses projets?
Nous existons depuis 14 ans déjà et notre siège se trouve à Paris. Nous avons une filiale au Maroc. L'association EMA est soutenue généralement à 80% par des entreprises françaises installées au Maroc. Depuis deux ans, nous avons essayé de mobiliser les gens sur cette problématique d'éducation. Toutefois, alors que la question porte sur l'école marocaine, nous souhaiterions sensibiliser des donateurs marocains pour participer à cette exposition aux côtés des donateurs européens.
Quelles sont les actions concrètes que vous avez déjà réalisées sur le territoire national?
L'année dernière, nous avons fait des levées de fonds qui ont servi pour la construction d'une école qui se trouve dans la commune de Noirceur. Nous avons détruit tout un préfabriqué et construit six salles de classe aux normes. C'est un travail non négligeable réalisé par notre association grâce à l'apport des différents donateurs. Cette année, l'association a ouvert ce qu'on appelle, les écoles de deuxième chance, pour accueillir des enfants qui ont quitté l'école depuis longtemps. Nous essayons de favoriser leur réinsertion sociale en leur donnant une base d'éducation et une formation professionnelle sur une durer de deux ans. Cette année nous faisons cette exposition pour lever des fonds, afin de soutenir une fois de plus ce projet ambitieux et humaniste.
Quid du choix du Maroc?
J'ai choisi le Maroc tout d'abord, parce que dans un premier temps, je suis franco-marocaine. Puis, dans une seconde approche, parce que j'ai fait mes études au Maroc, dans une école publique. Je viens d'une famille très pauvre, et ça n'a pas toujours été facile. Cependant, je suis parvenue à finir mes études en étant avocate. Quand je suis allée en France, je n'ai pas rencontré des problèmes liés à la culture, à la langue, encore moins à l'intégration. L'éducation reçue m'a également permis d'intégrer un autre pays et de partir de moi-même…L'école publique de nos jours se trouve dans une situation complexe. Je me suis dite, ayant fréquenté dans cet endroit, aujourd'hui avec des idées innovantes, pourquoi ne pas faire quelque chose pour mon pays. Ainsi, privilégiée de l'école publique marocaine, je me devais de rendre l'ascenseur.
Quel est l'objectif de cette exposition ? Quid de l'apport des différents artistes et des œuvres qui embellissent les lieux?
L'objectif de cette exposition est de pouvoir récolter des fonds qui iront au profit de l'école de la deuxième chance. Nous avons demandé cette année à quinze artistes internationaux et nationaux de travailler sur la thématique de la transition écologique. C'est un sujet brûlant de nos jours et nous pensions avoir un besoin humaniste d'agir en conséquence. Les artistes ont bien voulu jouer le jeu en se ralliant à la cause. Ce sont des personnes qui pour nous, avaient déjà une réflexion sur la société, la nature, l'environnement, une dimension très éthique. Ces artistes se sont de fait impliqués pour donner vie à l'évènement afin de soutenir la cause. Une quarantaine d'œuvres réalisées par ces derniers sont exposées sur les lieux jusqu'au 25 février(…).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.