Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie: Les «sardines» défient Salvini…
Publié dans Albayane le 22 - 01 - 2020

Voulant peser sur une élection régionale cruciale dont Matteo Salvini, le leader de la Ligue (extrême-droite), a voulu faire un enjeu national, plusieurs dizaines de milliers de sympathisants du nouveau mouvement anti-fasciste des «Sardines», né en réaction à la victoire inattendue en octobre dernier de la Ligue dans la région d'Ombrie – fief de la gauche depuis plus de 50 ans – ont investi ce dimanche, à Bologne, la Place du Huit-Août, pour une grande manifestation destinée à faire barrage à l'extrême-droite en ce moment où l'ex-ministre de l'Intérieur mène campagne pour s'emparer de l'Emilie-Romagne, cet autre bastion de la gauche, lors des élections régionales du 26 Janvier prochain.
Les manifestants, estimés à 40.000, brandissaient des banderoles colorées et des pancartes en forme de sardine. Sur l'une d'elles, on pouvait lire «S.A.R.D.I.N.A. (Solidarité, Accueil, Respect, Droits, Inclusion, Non-Violence, Antifascisme)» et sur une autre «Bologna non si lega» (Bologne ne s'attache pas).
Pour rappel, après avoir fait éclater, en Août dernier, son alliance avec le Mouvement 5 Etoiles (anti-système) et quitté le gouvernement de Giuseppe Conte, Matteo Salvini entend, cette fois-ci, conquérir les régions traditionnellement «à gauche» avec l'espoir de provoquer la chute de la coalition au pouvoir entre le M5S et le Parti Démocrate (centre-gauche) et d'obtenir, cette fois-ci, des élections législatives anticipées.
Mais qui sont donc ces «sardines» et que veulent-elles exactement ? Le mouvement des « sardines » est né à Bologne en novembre dernier, pendant la campagne pour les élections régionales de 2020 en Emilie-Romagne, en réaction contre le populisme et le souverainisme de l'extrême-droite italienne.
Fondé par quatre jeunes italiens et relayé par les réseaux sociaux, le mouvement a rapidement pris de l'ampleur et organisé des dizaines de manifestations à travers le pays durant lesquelles les « sardines » chantent à l'unisson « Bella Ciao», le célèbre chant des résistants anti-fascistes.
Le choix de la sardine comme emblème fait référence à l'expression «serrés comme des sardines dans une boîte» (stretti come sardine) pour remplir le plus possible toutes les places publiques mais aussi au fait que la sardine est un petit poisson sans défense qui, en ne se déplaçant jamais seul mais toujours en groupe, tire sa force de son regroupement en bans.
«Nous sommes là pour dire qu'une alternative existe (…) Notre espoir est que cela se traduise par une participation électorale et une prise de conscience » a expliqué à un groupe de journaliste, Mattia Santori, 32 ans, l'un des co-fondateurs du mouvement.
Lorenzo Donnoli, un autre co-fondateur et porte-parole du mouvement, espère, de son côté, que «Salvini va perdre et que ce sera finalement une défaite… qui fera revenir (les italiens) à une politique sérieuse, une approche différente sur la diffusion de l'information».
Bien que déclarant se tenir à distance des partis politiques, les Sardines restent, tout de même, écoutées avec bienveillance par la gauche notamment lorsqu'elles réclament l'abrogation pure et simple du décret sécurité pris par Matteo Salvini lorsqu'il était à la tête du ministère de l'Intérieur à l'effet de durcir la politique italienne en matière d'immigration.
Salvini parviendra-t-il encore une fois à faire éclater la coalition gouvernementale ? Obtiendra-t-il, cette fois-ci, ces élections anticipées qu'il appelle de tous ses vœux ? Rien n'est moins sûr au vu de la forte détermination des «Sardines» et des autres forces anti-fascistes mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.