Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement
Publié dans Albayane le 13 - 09 - 2019

Après une crise politique qui aura duré un mois, voulant éviter des élections anticipées susceptibles de donner une très nette victoire à la Ligue (extrême-droite) de Matteo Salvini et de constituer, ainsi, une entorse à la démocratie italienne et à l'Union européenne, Giuseppe Conte, se disant soucieux de «rendre l'Italie meilleure dans l'intérêt de tous les citoyens», a présenté mercredi dernier au Président Sergio Mattarella sa nouvelle coalition gouvernementale regroupant les socio-démocrates du Parti Démocrate et les anti-système du Mouvement 5 Etoiles.
Mais, après avoir prêté serment le lendemain au Palais du Quirinal – le siège du gouvernement – Conte se devait d'aller chercher la confiance des deux chambres du Parlement.
Ainsi, en se présentant lundi soir devant les députés, après une journée de débats houleux à la chambre basse du Parlement, le nouveau gouvernement de Giuseppe Conte a pu obtenir la confiance de 343 des 606 députés qui ont voté.
Le lendemain, mardi, Giuseppe Conte et sa nouvelle équipe, alliant le Mouvement 5 Etoiles (M5S) qui rejette la vieille classe politique au Parti Démocrate (PD) qui constitue la première force de gauche, se sont présentés devant le Sénat.
Matteo Salvini, l'ancien homme fort du précédent gouvernement et patron de la Ligue (extrême-droite) a, alors, saisi cette occasion pour montrer toute sa hargne en vilipendant fortement le Premier ministre Giuseppe Conte qui, pour ne point donner site à son souhait d'organiser des élections anticipées en automne alors que la Ligue était créditée de 36 à 38% des intentions de vote, a préféré rester «cloué à son fauteuil» de chef du gouvernement «comme une vieille momie de la première république» malgré l'éclatement de l'ancienne coalition gouvernementale.
Mais, en évoquant, par ailleurs, les élections régionales italiennes qui auront lieu prochainement, Salvini a lancé à l'adresse de son ancien chef du gouvernement : «Vous êtes la minorité dans le pays (…) vous pouvez fuir pendant quelques mois mais pas à l'infini». Il ajoutera même, sous les applaudissements de ses troupes : «Si quelqu'un ne veut pas aller aux élections, cela signifie qu'il a mauvaise conscience. Pour vous l'important c'est de stopper (l'ascension) de la Ligue, pour nous c'est de faire repartir le pays».
Adoptant un ton modéré, Giuseppe Conte, habitué du prétoire et des longues plaidoiries d'avocat, a dénoncé, avec calme, «l'arrogance de celui qui réclamait les pleins pouvoirs» pour diriger le pays à l'instar d'un certain Benito Mussolini à une certaine époque et reproché, à son ancien ministre de l'intérieur, le fait de s'être «déresponsabilisé à vie» en ayant quitté le gouvernement sans être parvenu à obtenir des élections tant souhaitées.
Enfin, malgré la virulence des débats, le gouvernement Conte 2 a pu décrocher le dernier feu vert dont il avait besoin pour être opérationnel – celui de la chambre haute du Parlement – puisque 169 sénateurs lui ont accordé leur confiance alors que 133 ont voté contre et que 5 se sont abstenus.
Mais, après avoir réussi à obtenir la «confiance» parlementaire requise, le gouvernement Conte 2 va-t-il réussir à «durer» plus longtemps que le premier ? Les pronostics vont bon train alors attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.