Programme Intelaka : Des financements de 1,25 milliard DH alloués par Attijariwafa Bank    La proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres de l'ONU    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Téhéran se réjouit du départ de Trump    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    Arrestation d' un pédophile français à Agadir    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Top 10 des applications les plus téléchargées en 2020    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    Le niveau de vie des ménages se dégrade    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    2020 : Année catastrophique pour le trafic aérien    Honorable distinction d'un militant amazigh    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Communiqué du bureau politique du PPS    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Angola: Le scandale Isabel dos Santos…
Publié dans Albayane le 28 - 01 - 2020

Isabel dos Santos par-ci, Isabel dos Santos par-là… Ces derniers jours, ce nom est évoqué par les médias du monde entier. Mais de qui s'agit-il, au juste, et que lui veut-on?
Isabel dos Santos, 47 ans, fille de Jose Eduardo dos Santos qui dirigea l'Angola de 1979 à 2017 est la femme la plus riche d'Afrique puisque sa fortune avait été estimée, en 2013, à plus de 2 milliards de dollars par le Magazine Forbes. Son charme naturel et son discours bien rôdé auraient pu, une fois encore, faire sensation s'il lui avait été permis, la semaine dernière, d'être à Davos au milieu des grands et des puissants de ce monde et de leur faire part de sa «success story» et de ses nombreux investissements en Afrique notamment. Mais ce ne fut pas le cas car l'intéressée avait été rayée de la liste des invités après que la justice angolaise ait ouvert une enquête la concernant, à l'issue de laquelle il avait été décidé de geler ses avoirs pour blanchiment et détournement de fonds ainsi que ceux de son époux congolais Sindika Dokolo; une attitude que l'intéressée avait dénoncée comme étant «une attaque politique».
Surnommée «La princesse» et vivant, essentiellement, entre Londres et Dubaï, Isabel dos Santos, dont le pays réclame l'extradition, est accusée d'avoir «siphonné l'économie angolaise» en accumulant frauduleusement une fortune estimée à 2,1 milliards de dollars selon les conclusions d'une enquête effectuée par le Consortium International des Journalistes d'Investigation (ICIJ) qui, en «épluchant» les 715.000 documents formant ce qu'il a été convenu d'appeler les «Luanda Leaks», a levé le voile sur des opérations financières opaques dont se serait rendue coupable l'intéressée et sur la manière avec laquelle plusieurs sociétés financières occidentales l'avaient aidé à échapper au fisc.
Cette grande affaire de détournement de fonds constitue un test majeur pour le président angolais Joao Lourenço qui a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille car malgré la production, en 2018, de quelques 2 millions de barils de pétrole par jour – ce qui lui confère le 16ème rang mondial parmi les producteurs d'or noir – l'Angola voit un tiers de sa population vivre encore sous le seuil de pauvreté.
Plombé par la chute des prix du pétrole en 2014, l'Angola, second producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne mais dont le sous-sol est, également, riche en diamants, est empêtré dans une grave crise car les revenus procurés par ces ressources sont largement détournés et que la population n'en profite guère. Cette malencontreuse situation met le chef de l'Etat au-devant de l'obligation de créer de l'emploi et de la croissance et de la nécessité de faire appel, pour cela, à des investisseurs étrangers. Or ces derniers ne pourront répondre à cette demande que s'ils ont l'assurance de pouvoir évoluer dans un climat «sain» et de pouvoir collaborer avec des institutions propres et transparentes.
En poursuivant Isabel dos Santos, le président angolais veut faire un pas très important dans sa lutte contre la corruption et donner un signal très fort, tant à ses compatriotes qu'à la communauté internationale, signifiant que, désormais, en Angola – qui occupe la 146ème place sur 180 dans le classement des pays les plus corrompus établi par Transparency International – plus personne ne pourrait se soustraire à la justice.
Ce serait merveilleux si la vérité était ce que le pouvoir angolais veut bien nous faire croire. Or, il n'en est rien lorsqu'en y regardant d'assez près, on remarque que, depuis son élection, le président Joao Lourenço ne s'est pas privé d'écarter des institutions, des entreprises publiques et de l'appareil sécuritaire du pays, tous les proches de son prédécesseur dans une vigoureuse opération que certains ont assimilé à une réelle «vendetta» dès lors qu'elle a sciemment exclu des proches du chef de l'Etat «mouillés jusqu'aux os».
Les poursuites engagées contre Isabel dos Santos ne rentreraient-elles que dans le cadre d'un processus de réforme sélectif ? Ne seraient-elles, en somme, que l'arbre qui cache la forêt ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.