Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2020

Ayant jugé que le prêt de 5 millions d'euros que Thanatorn Juangroongruangkit, célèbre homme d'affaires thaïlandais et leader de «Nouvel Avenir», avait bien voulu accorder à son parti durant la campagne électorale de 2019 allait à l'encontre des stipulations de la loi sur le financement des partis, la Cour Constitutionnelle de Thaïlande a dissous, ce vendredi ce parti qui reste la principale formation d'opposition à la junte militaire au pouvoir à Bangkok et banni seize de ses dirigeants de la vie politique pour une durée de dix années.
Après avoir réuni 8 millions de voix lors des élections du printemps dernier, ce parti, fondé en 2018 et fortement plébiscité par la jeunesse thaïlandaise, est arrivé troisième aux élections de Mars 2019 en obtenant plus de 80 sièges au Parlement. Il est devenu une réelle menace pour la junte militaire qui, après être arrivée à la tête du pays à la faveur d'un coup d'Etat en 2014 et effectué un redécoupage de la carte électorale et une révision de la Constitution, n'avait pu s'y maintenir que de justesse en 2018 avec une majorité parlementaire négligeable de deux sièges. Mais, rapidement devenu l'ennemi public numéro un de la junte au pouvoir, «Nouvel Avenir» est immédiatement tombé sous le coup d'une vingtaine de procédures judiciaires.
Pour rappel, ce parti avait déjà échappé, en janvier dernier, à une première tentative de dissolution au motif – tellement «saugrenu» qu'il n'a pas tenu la route – que son logo, représentant un triangle inversé, indiquerait qu'il serait lié à la société secrète des «illuminatis». Mais si la dissolution de ce parti, décidée ce vendredi, reste inquiétante quant à l'évolution de la vie démocratique dans le pays, elle est, bien entendu, du pain béni pour les militaires au pouvoir sous la conduite du Premier Ministre, le général Prayuth Chan-ocha qui, en décembre dernier, avait déjà dû faire face à la plus grande manifestation que le pays ait connu depuis 2014 en réponse à une jeunesse qui, en étant avide de démocratie, réclame un «nouvel avenir».
Autant dire que, par la décision prise ce vendredi par la Cour Constitutionnelle, la junte militaire au pouvoir en Thailande se voit débarrassée, pour quelque temps, de son plus dangereux rival politique. Mais rien n'indique, toutefois, que la soldatesque thaïlandaise s'arrêtera là alors qu'elle pourrait emprisonner «pour financement illégal de parti politique» et pour de nombreuses années encore, celui qui était sur le point de créer une fondation pour l'Education et un Comité à l'effet de faire campagne pour des réformes politiques.
Ayant accueilli avec beaucoup d'amertume et une grande déception la décision prise par la Cour Constitutionnelle, les militants de «Nouvel Avenir» ont rapidement fait part de leur entière disposition à continuer le combat contre la junte militaire au pouvoir car si cette dernière peut dissoudre le parti, elle ne peut rien faire contre l'idéologie qu'il véhicule et contre ses militants.
Combien de temps encore va durer ce bras-de-fer entre une junte militaire éprise d'un ordre et d'un pouvoir absolus et une jeunesse thaïlandaise avide de liberté et prête à tout sacrifier pour l'émancipation et le progrès ? Attendons, pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.