Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    ADM : 500 millions de recettes en moins à cause de la Covid    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    Etats-Unis : L'équipe de communication de la Maison Blanche entièrement féminine    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Covid-19: le Maroc s'approche des 6.000 décès    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Mission française au Maroc : le port du masque désormais obligatoire à partir du CP    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Fonds Mohammed VI d'investissement, fer de lance de la relance économique    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Engagement et citoyenneté    Appel à la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Rokhas: une plateforme au service du citoyen    Fès: L'ENCG s'allie au groupe français ESC Clermont    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Le Salon des Etudes en France revient    Véhicules électriques. Rachid Yazami révolutionne les batteries    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle leçon nous apprend l'Histoire!
Publié dans Albayane le 06 - 04 - 2020

Depuis l'aube de l'humanité, les pandémies ont été le point de bascule dans le cours de l'Histoire; elles ont causé des changements radicaux et des transformations géopolitiques indéniables.
Pour remonter un peu plus loin dans l'histoire des pandémies, et pour ne citer que celles qui ont martyrisé l'humanité, on peut commencer par la peste d'Athènes au Ve Siècle Av. JC, qui emporta le célèbre orateur et homme d'Etat Périclès et annonça les prémisses du déclin de l'âge d'or athénien.
Vient ensuite la peste de Justinien, entre les VI et VIIIe Siècle. Puis la grande peste du Moyen-âge de 1347 à 1353, qui a massacré près de 35 millions de personnes (soit 40% de la population) dans une Europe en pleine explosion démographique et économique. Et la pandémie espagnole qui a duré un an (de 1918 à 1919), considérée comme la pandémie la plus dévastatrice, vu qu'elle a tué presque un quart de la population mondiale (25 à 100 millions de morts), dépassant ainsi la boucherie de la première guerre mondiale selon l'historien français Roland Lombardi.
Aujourd'hui, alors que nous sommes dans l'âge de l'insécurité, pour reprendre une expression de Hassan Ourid, le monde est en train de vivre la même expérience de la peste mais avec plus d'ampleur et d'expansion notamment dans le vieux continent, qui serait réduit à une peau de chagrin si le Covid-19 continue de faucher les âmes à tors et à travers.
Pour le philosophe marxiste Slavoj Žižek, le monde est tiraillé entre deux logiques : soit laisser la loi de la sélection faire son travail, sacrifier les vulnérables. Ainsi, les âgés, les malades, et les moins immunisés seront les victimes expiatoires, les souffre-douleurs, bref on revient, dans ce sens, à la théorie du bouc émissaire de René Girard. Laquelle théorie se basant sur une logique bestiale et barbare; ou bien s'orienter à ce qu'il appelle le communisme inventé.
C'est-à-dire, les humains se trouvent dans l'obligation de s'entraider et faire preuve de solidarité pour que tout le monde survive. Ce qui est la chose la plus «égoïste et rationnelle» à faire en ce moment d'adversité comme disait Žižek. Et c'est ce qui explique aussi la panique des gens à sauver leurs peaux et échapper à la grande faucheuse qui rode autour d'eux, tout en sensibilisant et aidant l'autre, parce que cet autre auquel je suis « corrélé», aussi dupe et indifférent soit-il, participe en quelque sorte à ma destinée. «Il est donc d'une grande dangerosité, continuait Slavoj Žižek dans l'une de ses conversations, de gaspiller le temps dans la terreur et la peur».
Michel Onfray, fidèle à sa position, n'a pas manqué de fustiger l'union européenne, qu'il considère dorénavant comme le nouveau tiers-monde. Le déclin de cette dernière sera accentué par cette pandémie avançant comme une boule de neige, car les dirigeants, soumis aux diktats de la haute finance et ancrés dans la mondialisation, n'ont pas pris les bonnes mesures pour endiguer cette crise.
Cette pandémie a dévoilé aussi la fragilité de l'Europe maastrichtienne (voir le traité de Maastricht) qui est à bout de souffle. À en croire Michel Onfray, ce déclin s'inscrit dans le cadre de la déconfiture de la civilisation judéo-chrétienne comme il l'a bien expliqué dans son livre «La Décadence». Il y a presque deux décennies, le déclin de l'union soviétique a révélé que le bloc de l'Est a vécu, la moitié d'un siècle, dans l'illusion maintenue par l'empire marxiste-léniniste qui s'est effilochée et fanée.
De la même façon, l'Europe maastrichtienne qui s'est présentée depuis une dizaine d'années comme un titan, au niveau économique, capable de marcher sur les brisées des grandes puissances mondiales, on la voit aujourd'hui, dans un spectacle cynique, agenouillé, déboussolée et incapable d'avoir un stock suffisant de bavettes et de masques pour ses médecins et infirmiers.
Qui aurait cru que l'Europe, oh combien glorifiée par ses thuriféraires, finirait un jour par quémander des aides, et quelles aides ? Des masques et des bavettes ! De qui ? De la Chine communiste ! Quelle leçon nous apprend l'Histoire!? N'est-ce pas cela la manifestation de la ruse de l'Histoire dont parlait Hegel? Quant au vrai tiers-monde dont nous faisons partie, j'aimerais bien être superstitieux que d'en parler parce que ça craint, ça dépasse la raison!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.