Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation
Publié dans Albayane le 09 - 04 - 2020


Session printanière du Parlement
Les représentants de la Nation retrouvent ce vendredi 10 avril le chemin de l'hémicycle dans un contexte sans précédent, dominé par l'état d'urgence sanitaire.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la session du printemps sera différente de ses précédentes, au vu des enjeux et des défis économiques et sociaux auxquels les députés doivent apporter les réponses adaptées.
L'heure est ainsi à la mobilisation de toutes les composantes du Parlement et l'élan de la solidarité nationale doit se poursuivre, a souligné, au journal Al Bayane, Aïcha Lablak, présidente du Groupement parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (GPPS) à la chambre des représentants.
Ceci dit, «les députés sont appelés à mettre de côté leurs différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation, et ce loin de toute surenchère politicienne», a-t-elle déclaré avec insistance.
Il est, certes, vrai que le moment n'est pas à exiger des comptes du gouvernement, a-t-elle poursuivi, mais cela ne dispense nullement les élus de s'acquitter de leurs attributions constitutionnelles, celles de légiférer et de contrôler de l'action de l'Eexécutif notamment en ce qui concerne sa gestion de la crise actuelle, a-t-elle précisé.
«Le Parlement doit continuer à assumer son rôle comme le dispose l'article 65 de la Constitution, tout en se mettant au diapason de la réalité actuelle», a-t-elle noté en substance.
Abondant dans le même ordre d'idées, Aicha Lablak a rappelé dans ce sens la position de son parti quant au décret-loi relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs.
«Notre Parti tout en faisant preuve d'une compréhension de la décision prise par le gouvernement, au regard de la situation actuelle, a mis l'accent sur le fait que cette mesure doit être exceptionnelle et doit être appliquée exclusivement dans le contexte qu'impose la gestion de cette crise».
En termes plus clairs, «les décideurs des politiques publiques sont appelés à trouver les moyens pour renforcer la solidarité nationale sur la base d'une large contribution des classes sociales aisées», a-t-elle insisté.
Scénarii de sortie du crise ?
Pour sa part, Mustapha Ibrahimi, président du Groupe parlementaire du Parti de la justice et du développement (PJD) a souligné la nécessité de poursuivre les travaux du Parlement conformément aux dispositions de la Constitution. «Il serait aberrant que toutes les institutions constitutionnelles tournent à plein régime alors que le Parlement cesse ses travaux. Une telle action relève de l'illogique et va certainement handicaper le bon fonctionnement des rouages de l'Etat», a-t-il noté.
Pour le chef du groupe du PJD, l'agenda parlementaire sera entièrement consacré à la gestion de la pandémie et ses effets économiques et sociaux. Et d'ajouter que les Députés ne doivent point se défaire de leurs rôles relatifs au contrôle de l'action gouvernementale en matière de dépenses publiques et se positionner en tant qu'acteurs incontournables dans le débat national tout en jouant aussi un rôle influent dans les décisions portant sur les secteurs sociaux, à savoir la santé et la distribution des aides, entre autre.
Pour notre interlocuteur, la grande question qui taraude les esprits consiste à envisager des solutions optimales pour faire tourner l'économie nationale et prévoir des scenarii de sortie du confinement. Mais cela n'est point aisé, a-t-il laissé entendre, car pour ce faire, «il faut avoir une vision claire et des données précises en vue de ne pas saper les efforts et mesures préventifs déployés par les autorités publiques», a-t-il indiqué.
Même son de cloche chez Abdellatif Ouahbi, député et Secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM) , qui a mis l'accent sur la nécessité de réunir toutes les conditions pour faciliter la tâche au gouvernement tout en mettant en garde contre les guéguerres et les calculs politiciens étroits.
Le chef de file du PAM a souligné que le recours à l'emprunt extérieur a été dicté par des considérations qui relèvent d'un cas de force majeure, en faisant remarquer que son Parti a toujours provoqué une levée de boucliers contre cette mesure. Or, ce ne sera pas le cas dans l'état actuel des choses. D'ailleurs, a-t-il ajouté, «sa formation n'hésiterait point à rappeler à l'ordre le gouvernement au cas où des défaillances viennent à être enregistrées».
Notons qu'au final, le Chef du gouvernement fera le déplacement au Parlement lundi 13 avril pour répondre aux questions des députés dans le cadre de la session mensuelle consacrée aux politiques publiques, comme le dispose l'article 100 de la Constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.