Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hezbollah libanais entre en guerre contre la pandémie…
Publié dans Albayane le 10 - 04 - 2020

Dans un discours prononcé lundi dernier devant les ambassadeurs du Groupe International de Soutien au Liban (GIS) réunissant plusieurs pays européens et arabes, le président libanais Michel Aoun a signalé à l'assistance qu'au moment où «le plan (de sauvetage) financier et économique était sur le point d'être finalisé (et que) le Liban s'apprêtait à lancer un vaste chantier pour résoudre sa crise économique, financière et sociale» la pandémie du Covid-19 a aggravé la situation. Aussi, les autorités libanaises se sont-elles trouvées dans l'obligation de demander au GIS d'accélérer le déblocage de l'aide internationale convenue.
Deux jours plus tard et dans un communiqué en date de mercredi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités du Pays du Cèdre à établir un plan d'assistance urgent pour faire face à la menace d'insécurité alimentaire qui risque de toucher plusieurs millions de libanais.
Aussi, bien qu'aucune demande ne lui ait été adressée directement, le Hezbollah libanais, souvent présenté comme étant « un Etat dans l'Etat » et soucieux, par ailleurs, de redorer un blason terni par son trop grand rapprochement avec Téhéran et par son soutien inconditionnel aux forces de Bachar Al-Assad que le monde occidental ne porte pas dans son coeur, a immédiatement volé au secours du pays que la pandémie du coronavirus a mis complètement à l'arrêt en l'obligeant à décréter, dès la mi-mars, un état d'urgence sanitaire et un confinement général alors même qu'il était déjà plongé dans une assez grave crise économique.
«Notre objectif est de soulager les hôpitaux publics et le gouvernement» dira Hussein Fadlallah, un responsable du Hezbollah pour la région de Beyrouth.
Ainsi, pour combattre cet ennemi invisible qu'est le Covid-19 qui a déjà affecté plus de 575 personnes et ôté la vie à plus d'une vingtaine d'autres, le mouvement de Hassan Nasrallah a déployé beaucoup plus de moyens que ceux qu'il avait coutume de mobiliser pour lutter contre l'ennemi historique « bien visible » qu'est l'Etat d'Israël, mais en « blouses blanches » cette fois-ci.
Le mouvement chiite a ainsi déployé plus de 20.000 personnes dont quelques 1.500 médecins et près de 3.000 infirmiers et secouristes, ouvert un hôpital déjà fonctionnel, rénové et équipé quatre autres hôpitaux désaffectés, créé 32 centres médicaux, deux centres de dépistage et 3 hôpitaux de campagne, mobilisé une flotte de 25 ambulances et, enfin, loué des hôtels entiers pour y loger les personnes à mettre en quarantaine.
Et si, par ailleurs, le Hezbollah a mené une très vaste campagne de désinfection des rues dans ses fiefs électoraux que sont la banlieue sud de la capitale libanaise et la partie méridionale du pays, il en a fait de même dans les villages chrétiens et dans les quartiers de Saïda – une ville à dominante sunnite – pour ne point être accusé de favoritisme et saisir cette occasion pour rappeler à tous les libanais qu'en un moment pareil, l'heure est à l'union.
Disons pour terminer que s'il répond, sans le dire, aussi bien à la demande du président libanais qu'à celle de l'ONG Human Rights Watch, l'important déploiement de moyens humains et matériels entrepris par le Hezbollah est, avant tout, consécutif au discours prononcé à la mi-mars par le Secrétaire général du mouvement chiite lorsqu'il avait assimilé la lutte que le Liban est contraint de mener contre la pandémie du Covid-19 à « une guerre mondiale » qui va nécessiter une très grande mobilisation. Se drapant donc du costume d'homme d'Etat, Hassan Nasrallah a mobilisé ses troupes pour sauver le Liban. Quelle sera la suite ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.