Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Nasser Bourita : Le Maroc s'est engagé à tout mettre en œuvre au service d' une paix sincère au Proche-Orient    Session extraordinaire du Parlement: Voici les projets de lois à caractère urgent    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    HCR/JICA : 275.000 dollars en faveur des réfugiés résidant au Maroc    Tanger Med : Chiffre d'affaires consolidé de 2,42 MMDH du pôle portuaire en 2020    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Involys réalise un chiffre d' affaires de 33,4 MDH l' année dernière    Prolongation du couvre-feu : Un coup dur pour les TPME    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Compteur coronavirus : 480 cas testés positifs et 3.327.858 personnes vaccinées    DGAPR : Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus    Percevoir le cannabis tout autrement    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CIH : Un produit net bancaire en hausse de 10,3% en 2020    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    VIH : Baisse drastique des dépistages à cause de la Covid-19    L'Algérie, à la traîne, reçoit 200 000 doses de vaccin chinois, le variant anglais du coronavirus détecté    Marrakech : un projet contre les violences à l'égard des femmes dans les espaces publics voit le jour    Fès : Les étudiants de l'UPF échangent avec Kamal Oudrhiri    Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires    Algérie : le Hirak du vendredi est de retour    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    OMC : le Maroc plaide pour un TSD des pays en développement    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anasse Bari, l'expert marocain à la traque du COVID-19
Publié dans Albayane le 20 - 04 - 2020


Intelligence artificielle
Par Naoufal Enhari (MAP)
En ces temps incertains de pandémie où la science conventionnelle semble être à la traine face à la maladie du COVID-19, quoi de plus ingénieux que de déployer les gros moyens scientifiques, en l'occurrence l'intelligence artificielle (IA), pour aider les médecins et les hôpitaux à prendre une longueur d'avance sur le virus.
C'est l'idée ingénieuse que le Marocain Anasse Bari et son équipe de recherche au sein de la prestigieuse université de New York (NYU) s'activent actuellement à traduire en réalité sur le terrain pour donner plus de visibilité aux médecins et aux hôpitaux face à la maladie du siècle.
Professeur d'informatique et d'analyses prédictives – une forme d'IA – au "Courant Institute" de la NYU, qui est classé n°1 dans le monde en recherche mathématique appliquée, Anasse Bari a pu développer un outil permettant de signaler la gravité clinique des malades du COVID-19 afin d'aider les médecins à déterminer quels patients ont réellement besoin de lits dans les hôpitaux et ceux qui peuvent rentrer chez eux afin de mieux gérer les capacités hospitalières déjà limitées.
"Lorsque l'épidémie du nouveau coronavirus est apparue en Chine, j'avais prédit qu'elle allait émerger comme une pandémie qui aura un impact sur l'économie mondiale et entraînera de multiples décès dans le monde, pour la simple raison que nous vivons dans un monde interconnecté", confie ce natif de Tanger dans une interview à la MAP, à New York, où il dirige un groupe de recherche sur le développement de l'IA pour lutter contre les épidémies et prédire les marchés financiers.
"Au début du mois de janvier dernier, j'ai réuni et dirigé une équipe composée de médecins et d'informaticiens, et ensemble, nous avons établi un partenariat avec deux hôpitaux chinois pour travailler sur des prédictions sur le coronavirus", raconte le Marocain de 35 ans, expliquant que l'objectif était de concevoir et de déployer des outils d'aide à la décision en utilisant des capacités d'IA, principalement des analyses prédictives, pour prédire les résultats futurs chez les patients atteints de COVID-19.
"Nous espérons que cet outil d'IA, lorsqu'il sera entièrement opérationnel, sera utile aux médecins au moment où ils prédisent les résultats des patients à un stade précoce et évaluent la gravité des cas parmi eux", fait valoir Anasse Bari, qui a été recruté, par ailleurs, comme conseiller par les Nations-Unis pour l'élaboration d'une stratégie mondiale de l'IA pour l'organisation internationale et des conseils sur la façon dont l'IA peut être appliquée pour le bien social.
La finalité, explique-t-il, est d'aider le médecin à prendre des décisions basées sur les données sur la manière d'allouer les ressources au sein des hôpitaux. "Notre objectif est d'aider les médecins et de les doter d'outils d'IA qu'ils peuvent utiliser pour prendre rapidement des décisions basées sur les données".
A cet effet, l'analyse prédictive utilisée par Anasse Bari et son équipe est une technologie qui apprend des expériences passées. "Il s'agit d'un ensemble d'algorithmes qui apprennent des données historiques (expérience) afin de faire des prédictions", explique ce co-auteur d'un best-seller sur l'IA, intitulé "Predictive Analytics for Dummies" (Les analyses prédictives pour les nuls), ouvrage qui fut traduit en espagnol, allemand et chinois.
"Ce que nous concevons en matière de soins de santé est une technologie d'analyse prédictive qui apprend des cas de patients testés positifs pour le coronavirus afin de prédire le comportement futur de nouveaux cas. Ainsi, les médecins auraient une vision de l'avenir de ce qui pourrait arriver à ces patients, et sur la base de ces prédictions, les médecins prendront une décision dans le présent (allocation des ressources, qui reçoit des soins immédiats, autres développements cliniques…)", fait-il valoir.
Anasse Bari, qui a également travaillé auparavant pour la Banque Mondiale et comme conseiller sur des projets de recherche pour des fonds d'investissement (Hedge funds) à Wall Street sur la création d'une nouvelle stratégie d'intelligence artificielle pour la finance, se dit fier de diriger une équipe multidisciplinaires à l'Université de New York composée de chercheurs de différentes nationalités et avec diverses expertises en médecine, en intelligence artificielle et en informatique.
"Notre objectif est vraiment de contribuer à sauver des vies en aidant les médecins", affirme-t-il, précisant que son équipe de recherche se concentre désormais sur le travail et la collaboration avec les principaux hôpitaux de la ville de New York, épicentre de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis.
"Il reste encore du travail et des recherches à faire en termes de déploiement, de validation et d'affinage de l'outil", concède-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.