S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Maliani, un créateur tout simplement!
Publié dans Albayane le 10 - 05 - 2020

L'homme habite en poète. En effet, il est des plumes sensibles, intelligentes, limpides et humanistes qui ont fait du langage leur propre demeure où la verve s'exprime et se dévoile. Tel le cas d'ailleurs du poète, traducteur et romancier marocain Driss Maliani qui a été l'invité de l'émission «Madarate» animée par le confrère Abdelilah Tahani, et qui a été diffusée mardi 5 mai sur les ondes de la radio nationale.
Cette rencontre était une occasion propice pour les amoureux des livres, de la poésie et des littératures universelles, surtout en ces temps de confinement pour découvrir ou redécouvrir le parcours à la fois riche et singulier de ce créateur modeste, humble et prolifique.
Ainsi, l'homme a consacré sa vie à l'écriture, à la lecture et surtout à la traduction des grands textes des noms connus et reconnus de la littérature et la poésie russes tels que Alexender Pouchkine, Fiodor Dostoievski, Boris Pasternak… pour ne citer que ceux-là parmi tant d'autres. Maliani n'est pas un poète de la dernière pluie parce que ses œuvres poétiques et son expérience en matière de prose remontant aux années soixante du Siècle dernier. Ses nombreuses publications en témoignent dont «Rose de neige», «Noces des arènes», «Des poésies pour les bonnes personnes» et bien d'autres.
De l'écriture avant tout chose…
On n'écrit pas uniquement pour devenir auteur ou écrivain. Parfois, c'est plus qu'une passion, c'est aussi une tâche difficile, une entreprise où chaque plume révèle sa vision du monde et celle des choses.
En effet, dans l'écriture romanesque,Maliania enrichi la bibliothèque nationale avec des romans tels que «Casaanfa», «La maison rouge» où il creuse dans la mémoire collective marocaine, mais aussi et surtout dans l'imaginaire, les mœurs et les traditions de sa culture millénaire.
C'est dans les années soixante, à l'image des autres jeunes créateurs de sa génération, que le poète a percé dans les puits profonds de la poésie d'ici et d'ailleurs.
C'était en 1962 qu'il avait écrit son premier poème commémoratif en hommage à sa grand-mère par l'intermédiaire de l'écriture poétique. A vrai dire, seuls les mots ont toujours cette capacité de tout dire, de tout extérioriser!
Or, les commencements sont toujours beaux ! Il fallait alors attendre une année environ pour que les textes du poète puissent voir le jour dans un recueil de poésies collectif avec les deux poètes Ahmed Henaoui et Meskini Sghir. A l'époque, ce florilège de textes poétiques a été édité par l'association «Les pionniers de la plume» créée en 1963 ; une année après la création de l'union des écrivains du Maroc dont Maliani était l'un des membres fondateurs. Pour lui, 1967 était une année si particulière notamment avec la parution de son premier recueil de poésie «Des poésies pour les bonnes personnes». Et l'aventure continue…
La traduction : une passerelle entre deux cultures, deux langues!
Traduire n'est pas toujours trahir. A vrai dire, il est des traductions qui ont donné une nouvelle vie aux textes originaux. En d'autres termes, la traduction voyage, elle défie les frontières physiques, linguistiques, ethniques et imaginaires pour s'ouvrir sur d'autres cultures et un autre lecteur.
Dans cet esprit, Driss Maliani a tissé une relation solide et poétique avec la langue et la culture russes. A travers ses traductions, il a fait découvrir à ses lecteurs une autre civilisation, une autre littérature et surtout un autre regard sur le monde. Militant de gauche, le poète et traducteur a toujours cru dans la capacité des mots, en la puissance de la parole pour transmettre ses convictions, ses lettres de noblesse et lutter pour une culture nationale progressiste, épanouie et universelle.
Toutefois, c'est en 2005 que l'une de ses premières traductions a vu le jour. Un voyage à l'autre rive de la création. Il faut le rappeler, les premiers textes ont toujours un goût singulier.
Un grand passionné de la traduction, Maliani a donné une nouvelle vie aux textes littéraires russes dans une autre langue ; arabe.
Un poète humaniste…
La poésie est la langue émotionnelle du poète. Elle est également son moyen de résistance et de confirmation de soi dans le monde. Aujourd'hui, il compte à son actif plus de 12 recueils de poésie faisant l'éloge de la beauté, du militantisme et de l'être humain dans toute sa splendeur. Un poète humaniste, Maliani est connu par son ouverture sur les autres écoles de la poésie. Il a toujours appelé à la traduction des poètes marocains notamment les pionniers ayant mis les jalons de la modernité poétique au Maroc. Un retour aux sources est désormais indispensable!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.