Le DG de la Police brésilienne salue la coopération sécuritaire avec le Maroc    L'Enlèvement de l'opposant et blogueur algérien Amir à Paris : Une Affaire Sous Enquête    Le Maroc réélu à la vice-présidence du Comité exécutif du Centre Nord-Sud relevant du Conseil de l'Europe    Frais de visa Schengen : hausse et implications pour les voyageurs    Violences lors de la lecture du Coran à Chichaoua : Réponse des ministères des Habous et de l'Intérieur    L'irrigation de l'absurde : le Maroc, "voleur" d'eau du désert algérien !    Xi Jinping met l'accent sur l'amélioration des systèmes touristiques modernes et la construction d'un secteur du tourisme fort    Conjoncture : le gaz s'oppose à la détente inflationniste    Procédures administratives : Réduction de 45% des documents demandés aux investisseurs    Lancement du programme «She Industriel»    Climat au Maroc : les Etats-Unis lancent un nouveau programme    Saint-Gobain Maroc : 25 ans d'engagement envers la construction durable    La Bourse de Casablanca démarre en territoire positif    HPS étend sa présence mondiale avec un nouveau bureau en Inde    Cours des devises du mercredi 22 mai 2024    Crise diplomatique entre l'Argentine et l'Espagne : le fossé continue de se creuser entre les deux pays    Des officiels Algériens s'en prennent verbalement au Maroc    « African Lion 2024 » : Exercice de simulation au Centre des Opérations Combinées à Agadir    L'ONU préoccupée par la détérioration de la sécurité à Rafah    La France assure soutenir la CPI    Accord de Shadi Riad avec Crystal Palace    Bayer Leverkusen : Amine Adli s'exprime sur la saison parfaite de son club    Jeux Olympiques 2024 : Le PSG accepte de libérer Achraf Hakimi    Finale Europa League 2024 / Leverkusen vs Atalanta ce soir: Horaire ? Chaînes?    Premier League: Chelsea libère Pochettino !    Foot: Neymar ne débutera pas la saison avec Al-Hilal    CAN de football pour amputés (Egypte-2024): Le Maroc qualifié en quarts de finale    Banque mondiale : une délégation en visite au CHU Hassan II de Fès    Lutte contre l'analphabétisme : le ministère de l'Agriculture s'allie à l'ANLCA    Fès : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    Le temps qu'il fera ce mercredi 22 mai 2024    Les températures attendues ce mercredi 22 mai 2024    Lutte contre la cyberviolence : il faut attendre l'adoption du nouveau Code pénal    Défis hydriques dans la zone MENA : Cap sur la protection des écosystèmes d'eau douce ? [INTEGRAL]    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le parc historique Lahboul à Meknès après sa rénovation    Institutions et instances: Pavillon commun, bilan fructueux au SIEL 2024    Caftan marocain : L'Algérie prise la main dans le sac    Festival Mata : Une 12ème édition réussie sous le signe de la préservation du patrimoine    IKLYLE : Le 4e bouquet éducatif de la fondation Mohammed VI éclot à Fès    Essaouira : Des fusions inédites au programme de la 25e édition du Festival Gnaoua    La 6è édition de l'événement « Trophées Marocains du Monde », du 23 au 26 mai à Marrakech    « La République Sahraouie ».. Un Rêve Illusoire    SIEL : record d'affluence avec 316.000 visiteurs    Rabat: plus de 316 000 personnes ont visité le SIEL    Le site archéologique de Chellah rouvert au public après sa restauration    30 ans après l'apartheid, l'eau et l'électricité demeurent un luxe pour de nombreux Sud-africains    Ethiopie: Le Premier ministre Abiy Ahmed opère un léger remaniement ministériel    USA: Plus de 300 millions $ de pertes pour le groupe de médias de Trump au 1er trimestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohammed Bennis, le poète : La verve inventive
Publié dans Albayane le 04 - 01 - 2011

Né en 1948 à Fès, Mohammed Bennis est un poète qui contribue énergiquement à la modernité de la poésie arabe et à la présence active de la poésie dans notre vie. Ce poète, qui traverse les frontières de ses soixante ans, témoigne de son plein engagement pour une vision ouverte sur le beau et le libre. Conscient du rôle du poète dans la cité, il fonde en 1974 la revue Attakafa El Jadida (la culture nouvelle) qui a joué un rôle actif dans la vie culturelle marocaine et qui sera interdite en janvier 1984, pendant les émeutes de Casablanca. L'interdiction de la revue l'a amené à relever le défi et créer en 1985, avec des amis à lui écrivains et universitaires, les Editions Toubkal, dans le but de participer à la modernisation de la culture au Maroc. Mohammed Bennis est également membre fondateur et président de la Maison de la Poésie au Maroc (1996-2003). Il a adressé en 1998 un appel à Federico Mayor, Directeur Général de l'Unesco, en faveur d'une Journée mondiale de la poésie. La Journée, grâce à cette initiative, est déclarée en 15 novembre 1999. Membre d'honneur de l'Association Mondiale de Haïku.
Auteur d'une trentaine de titres (poésie, prose, essai et traduction), il participe, depuis 1980, aux festivals en Europe, au Canada, aux Etats-Unis et en Amérique Latine. Á partir de 1995, des livres et des recueils de lui sont publiés en pays européens, dont la France, l'Italie et l'Espagne. Il écrit sur la peinture. Des œuvres sont réalisées en commun, sous forme de tableaux, de livres et de pote folio, en pays arabes, en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Des dossiers sur son œuvre sont parus aux revues : Ars plus, Albanian litterary Review, nr 8 (18) e diel, 31 gust 2003 ; Achoua'ra, Les poètes, revue culturelle trimestrielle de la Maison de la poésie, Ramallah, Palestine, n° 28-29, printemps -été 2006 ; et Banipal, Magazine of Modern Arab Litterature, n° 29, London, Summer, 2007.
Connu et reconnu, Mohammed Bennis se voit discerner le grand prix du Maroc du livre en 1993 pour son recueil « Le don du vide », dont la traduction française par Bernard Noël en collaboration avec l'auteur est parue en 1999 aux éditions l'Escampette, à Bordeaux, et la traduction espagnole en 2006, sous titre El Dono Del Vacio, dans une traduction de Luis Miguel de Canada avec un frontispice de Antonio Gamoneda, chez Ediciones del Oriente y del Mediterraneo à Madrid. Pour le même recueil, dans sa traduction italienne, le prix Calopezzati de la littérature méditerranéenne lui a été discerné, en 2006. Le grand prix Atlas de traduction (Rabat) lui est discerné en 2000 pour son recueil Fleuve entre deux funérailles, traduit en Français par Mostafa Nissabouri et publié aux Editions de L'Escampette à Bordeaux en 2003. En 2007, ses deux derniers ouvrages en arabe « Droit à la poésie » (essais) et « Là-bas tu restes » (poèmes) sont publiés. Il reçoit le prix international Feronia pour la littérature en 2007. Une traduction de Bernard Noël, en collaboration avec l'auteur de son recueil Le livre de l'amour, est parue en janvier 2008 aux Editions Al Manar à Paris. Le Grand prix Al Owais (Dubaï) pour l'ensemble de son œuvre poétique lui est discerné en 2008.
Tourné vers le dialogue et l'ouverture, Mohammed Bennis traduit des textes de langue française, parmi lesquels La blessure du nom propre de Abdelkabir Khatibi, Bruit de l'air (œuvres poétiques) de Bernard Noël, Tombeau d'Ibn Arabi suivi de 99 stations et La maladie de l'islam de Abdelwahab Meddeb, et le Un coup de Dés de Stéphane Mallarmé, publié dans une édition bilingue chez Ypsilon Editeur à Paris en 2007. Il participe dans nombreux journaux et revues du monde arabe. Des textes de lui sont traduits et publiés dans des livres collectifs, des revues et journaux en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Depuis 1995, des livres et des recueils de lui sont publiés en France, en Italie, en Espagne en Turquie et en Macédoine. Des traductions d'autres recueils sont en préparation en Espagnol, en Allemand, en Turc, en Italien et en Anglais.
Attaché à la rénovation de la langue, à la liberté d'expression et aux valeurs fondamentales de la modernité universelle, il suit depuis sa jeunesse les traces des grands poètes qui ont fait de la vie humaine, dans ses secrets comme dans ses angoisses et ses éclairs, leur espace d'écriture. Sa poésie reflète le penchant vers un lyrisme dynamique qui met l'expérience intérieure au centre d'un chant poétique. C'est une poésie alimentée par la culture arabe ancestrale, enracinée entre Bagdad, Cordoue et Fès, mais elle est également nourrie d'une connaissance si riche de la culture poétique de notre monde, à travers langues et cultures.
Les formes de ses poèmes et les horizons de sa vision poétique le prouvent, d'un recueil à un autre. Le poème, pour Mohammed Bennis, est un éclaireur, qui guide les solitaires dans leur départ sans fin vers le beau et le libre. Pour ce, il ne cesse de rappeler l'essentiel dans la poésie, à savoir le surgissement des voix pures que l'antériorité sauvegarde au moment où les destructions de l'humain se multiplient. Dans ce sens, le poème veille sur la langue pour donner à la parole, notre parole, sa force de continuer à vivre en nous et entre nous.
http://fr.wikipedia.org
Prix et distinctions
* 1993, Le Grand prix marocain du livre pour son recueil Le Don du vide.
* 2000, Le Grand prix Atlas (Ambassade de France à Rabat) de la traduction pour son recueil Fleuve entre deux funérailles.
* 2003, La France lui attribué la distinction de Chevalier des arts et des lettres.
* 2006, Le prix Calopezzati (Italie) de la littérature Méditerranéenne.
* 2006, Membre d'honneur de l'Association Mondiale de Haïku à Tokyo.
* 2007, Le Grand prix italien Feronia de la littérature internationale.
* 2007, Le Grand prix Al Oweiss (Dubayy) pour l'ensemble de son œuvre poétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.