Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marine iranienne tire sur un de ses navires
Publié dans Albayane le 13 - 05 - 2020

Dix-neuf marins tués, une quinzaine d'autres blessés et le «Konarak», un navire de soutien logistique de 447 tonnes et 47 mètres de long équipé de quatre missiles de croisière, sérieusement endommagé après avoir été atteint «accidentellement» par un missile tiré depuis la frégate «Jamaran», un des fleurons de la flotte iranienne déployé en mer depuis 2010 et le premier destroyer entièrement fait maison.
L'incident a eu lieu dans une zone de tensions récurrentes, au moment où, d'après un communiqué de l'état major des armées, le navire «déplaçait une cible d'exercice vers sa destination sans créer suffisamment de distance…». Tel est le résultat de l'exercice mené, ce dimanche, par la marine iranienne, au large de la ville de Bandar-e Jaskdans dans le Golfe d'Oman qui abrite une base navale et un aéroport militaire.
Mais si les causes exactes de cet accident demeurent encore inconnues, force est de reconnaître que les visées de l'exercice lui-même restent floues. Or, qu'il s'agisse d'un test effectué sur un nouveau missile de croisière anti-navire comme l'évoque certains médias iraniens ou du fameux missile «Nour» dont la frégate est déjà équipée, ceci est, sans conteste, un sérieux revers pour les forces armées iraniennes qui, après avoir connu certains succès opérationnels et technologiques, dont la récente mise en orbite d'un satellite militaire, semblent multiplier les échecs et les déboires au moment où les tensions avec Washington sont à leur paroxysme.
La plus grosse bourde a été effectuée le 8 Janvier dernier – cinq jours après l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par les forces américaines stationnées en Irak – lorsqu'un missile tiré par la force aérospatiale des Gardiens de la révolution avait détruit, juste après son décollage de l'aéroport de Téhéran, un Boeing 737 des lignes aériennes ukrainiennes ayant à son bord 176 passagers, pour la plupart de nationalité iranienne.
Peu auparavant, un sérieux affrontement avait failli dégénérer entre Washington et Téhéran lorsque les forces iraniennes avaient abattu un drone de surveillance américain au motif qu'il aurait violé leur espace aérien ; ce qu'à l'époque le Pentagone avait formellement démenti.
Plus récemment, le 15 Avril dernier, dénonçant le harcèlement que des bateaux iraniens avaient fait subir à des navires américains dans la voie navigable, le président américain Donald Trump avait, dans un Tweet, ordonné à l'US Navy de «tuer et détruire toutes les canonnières iraniennes si elles harcelaient des navires US en mer»; ce à quoi le président Hassan Rohani avait répondu que Washington «ne devrait pas comploter contre la nation iranienne (qui) protège cette voie navigable depuis des milliers d'années».
Mais au-delà des conséquences internes pour la marine iranienne qui s'est elle-même «sabordé», l'accident de ce dimanche préoccupe bon nombre de pays dans la mesure où plus d'un tiers du pétrole consommé dans le monde transite par la mer d'Oman qui constitue une porte de sortie du golfe Persique vers l'océan Indien et qu'à ce titre les forces navales de toutes les puissances y sont présentes. Ainsi, on peut y croiser des bâtiments américains, européens, britanniques, russes voire même chinois puisqu'en décembre dernier ceux-ci avaient participé à un exercice conjoint avec les forces armées iraniennes. L'endroit étant donc une véritable poudrière et une déflagration n'étant pas à écarter, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.