Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Chili entre la faim et la pandémie…
Publié dans Albayane le 22 - 05 - 2020

Pour endiguer la propagation du Covid-19 sur leur territoire, et notamment à Santiago, la capitale, où sont concentrés 80% des 46.000 personnes contaminées, les autorités chiliennes n'avaient pas d'autre choix que celui d'imposer aux habitants un nouveau «confinement» à partir du vendredi 15 mai après les avoir libéré à la fin du mois de mars quand le pays ne comptait qu'une centaine de contaminations et aucun décès.
Mais, très mal accueillie par des chiliens qui étaient toujours dans l'attente de la réception des colis alimentaires promis alors qu'avant même cette pandémie, la capitale était en proie à une grogne sociale sans précédent à cause de la hausse qui, en Octobre dernier, avait affecté les prix des tickets de métro, cette décision donna lieu à de très violents affrontements avec les forces de l'ordre.
«C'est le retour des casseroles» pouvait-on lire à la Une d'«El Mostrador» après que les habitants d'El Bosque, un quartier pauvre du sud de la capitale chilienne manifestèrent leur colère en frappant sur des casseroles ; ce « concert » étant devenu, depuis les émeutes d'Octobre dernier, un moyen de protester contre le pouvoir.
Mais lundi les choses devinrent plus compliquées et les forces de l'ordre furent obligées de faire usage de bombes lacrymogènes pour contrecarrer les jets de pierres d'une population dont l'exaspération était à son comble du fait d'une absence de travail qui perdure depuis que, pour enrayer la propagation de la pandémie du Covid-19, les autorités chiliennes avaient déclenché l'alerte sanitaire le 7 février et ordonné, à ce titre, la fermeture des écoles et des entreprises ainsi que l'instauration d'un couvre-feu. Tous les hôpitaux avaient été mobilisés et des stocks de tests et de respirateurs furent constitués.
Mais, en voyant qu'à fin-mars, la propagation de la pandémie était contenue puisque seules 100 personnes avaient été contaminées et qu'aucune n'en était morte, le gouvernement chilien, persuadé que la pandémie était passée, commença alors à encourager la reprise de l'activité économique même si les autorités sanitaires étaient d'un autre avis. Erreur fatale car après une semaine, le nombre de contaminations a doublé et le re-confinement imposé de nouveau ; une situation qui irrite une population craignant de passer un hiver confinée avec la peur d'un côté et la faim de l'autre.
La municipalité d'El Bosque a, dans un communiqué, justifié le soulèvement des habitants de la capitale par la détérioration de leur « qualité de vie » et par le manque de considération de la part d'un pouvoir central qui ne leur a apporté aucune « mesure concrète » alors même qu'ils sont sans travail depuis plus d'un mois.
L'autre complication qui se profile à l'horizon a trait à l'arrivée prochaine de cet hiver austral qui, avec ses baisses de températures, va incontestablement provoquer une augmentation des maladies respiratoires, principalement dans les quartiers pauvres de cette agglomération de 7 millions d'habitants. Raison pour laquelle la brusque montée, la semaine dernière, des cas de Covid-19 et des maladies respiratoires classiques fait craindre le pire aux médecins chiliens qui redoutent un débordement du fait d'une arrivée massive des malades dans les hôpitaux.
« Les gens ont faim » titre un journal en ligne pour rappeler que le confinement n'est pas la solution car bien que le gouvernement avait promis de distribuer 2,5 millions de colis contenant des produits alimentaires et des produits de première nécessité, cette distribution n'a toujours pas eu lieu.
Qu'adviendra-t-il si l'aide alimentaire qu'attendent les chiliens n'est pas rapidement distribuée et que la pandémie du Covid-19 continue inexorablement sa progression ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.