Fonds d'aide cinématographique : 19 projets retenus et plus de 24 MDH d'avances accordées    Croissance économique : Une régression de 5,8% anticipée par le HCP en 2020    Covid-19: 203 nouvelles contamination et 5 décés ces dernières 24H    Alerte météo : temps chaud et orages jusqu'à lundi au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs dimanche 12 juillet à 18 heures, 12.283 guérisons    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Préférence nationale : voici les mécanismes qui seront opérationnels    Bourse: le flou persiste pour Casablanca    Espoir, engagement et responsabilité    Youssef Zalal: «Je veux devenir le meilleur au Monde!»    Malheurs des ouvrières agricoles    Oppo A92 désormais disponible au Maroc    Test de dépistage pour le voyage... et pour la reprise du travail    8e réunion de la Commission ministérielle chargée des MRE et des Affaires de la Migration    Sit-in des robes noires en solidarité avec le sulfureux Me Ziane    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Le tourisme de demain sera celui de la Culture, de l'Ecologie et du Bien-être    Lkraimi, une vie à l'ombre...    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le dilemme Santé/Economie!    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise sanitaire; une opportunité ?
Publié dans Albayane le 01 - 06 - 2020

Ça peut paraître paradoxal, mais au vu des événements actuels et aussi de l'expérience historique de certains pays, ( les pays latino-américains lors de la crise de 1929), on peut espérer que la crise sanitaire avec ses différentes retombées, peut constituer une opportunité pour un certain renouveau de l'industrie Marocaine.
A cet égard, il est utile de rappeler que l'industrie nationale, bien qu'embryonnaire, a subi une certaine régression à la suite de la levée des différentes formes de protection et à l'engagement dans une voie d'ouverture sur l'extérieur et de remise en cause des politiques de substitution aux importations qui avaient , jusque là, permis un certain essor de cette industrie.
L'ouverture plus ou moins brutale avait entraîné dans le péril des pans entiers de l'industrie marocaine ainsi que le découragement de nouveaux investisseurs. Cette situation allait s'aggraver avec les différents accords de libre -échange(ALE) dont celui avec la Turquie a suscité beaucoup de réactions.
Seulement, dans le contexte actuel de crise sanitaire et économique, on voit qu'un peu partout, les pays et principalement, les grandes puissances (notamment les USA et la Chine) érigent des barrières au développement du libre des échanges, et de ce fait, ils renouent avec un certain souverainisme/patriotisme économique, qu'on croyait abandonner à jamais. Bien que l'inflexion ne soit pas totalement nouvelle (America first avec D.TRUMP), le phénomène prend des dimensions sans précédent avec la crise actuelle, ce qui menace même l'ordre établi depuis la deuxième guerre internationale, en rompant avec tout mécanisme multilatéral de traitement des questions internationales.
Tout cela est de nature à remettre en cause le dogme néolibéral, selon lequel, seule la libéralisation des marchés et l'ouverture des économies nationales, sans garde- fou, à la concurrence internationale peuvent constituer en soi une politique cohérente et suffisante. Plus que cela, on est en train de se rendre, de plus en plus compte, que dans la situation présente, les frontières se referment, même dans des espaces de libre échange (UE par ex) avec la généralisation des réflex nationalistes et la perturbation des flux conventionnels des échanges.
Dans ce contexte, il est non seulement possible, mais aussi extrêmement utile, de songer à réhabiliter les industries de substitution aux importations qu'on avait un peu abandonnées dans une certaine précipitation sous la pression des bailleurs de fonds étrangers dans un souci de remboursement de dette extérieure. Une démarche intelligente de substitution, en attendant peut-être celle de l'innovation, permettra de contribuer ,dans la, mesure du possible, à satisfaire non seulement les différents besoins du marché national, dans des conditions de sécurité et de disponibilité, mais aussi diversifier notre croissance et créer des emplois, tout en essayant d'éviter des coûts excessifs.
Cela nous semble plus ou moins, indispensable pour pouvoir assurer une part importante des besoins intérieurs par des produits locaux et renouer ainsi avec une certaine souveraineté économique dans une conjoncture internationale marquée de plus en plus par le retour du «patriotisme économique».
( ⃰ ) Université Mohamed V de Rabat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.