Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    Météo : temps chaud, averses et passages nuageux ce dimanche    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tensions sino-américaines en mer de Chine
Publié dans Albayane le 07 - 07 - 2020

On croyait que ça relevait du passé mais il n'en est rien. La «guerre froide» est toujours là même si, cette fois-ci, ses protagonistes ne sont plus uniquement les Etats-Unis et l'ancienne U.R.S.S. redevenue Russie mais, également, la Chine avec, très souvent, pour «théâtre des opérations», la Mer de Chine méridionale.
Erigé au rang de très grande puissance économique mondiale, l'Empire du milieu ne s'empêche plus, désormais, de bomber le torse face à ses voisins et de revendiquer « un droit de regard » sur la Mer de Chine ; ce qui met à mal ses relations avec ses proches voisins que sont la Corée du Sud, le Japon, le Vietnam et les Philippines mais aussi ses rapports avec ces « gendarmes du monde » que sont les Etats-Unis.
Profitant de la pandémie du Covid-19 qui a obligé aussi bien la Maison Blanche que les pays de l'Asie du Sud-Est à se concentrer sur les effets que pourrait avoir la crise sanitaire sur leurs populations, la Chine a renforcé ses positions en mer de Chine méridionale quand bien même cette dernière est également revendiquée par les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Taïwan et le Sultanat de Brunei. Tournant le dos à toutes ces convoitises, Pékin en était même arrivé jusqu'à envoyer, le 3 mars dernier, un bâtiment des garde-côtes chinois éperonner et couler un bateau de pêche vietnamien qui opérait dans le secteur des îles «Paracels».
A la même période, Pékin avait procédé à l'installation de deux «centres d'études» dédiés officiellement à la recherche écologique, minérale et géologique sur les récifs de Fiery Cross et de Subi qui se trouvent dans les îles Spratleys, une zone revendiquée à la fois par les Philippines et par le Vietnam et rattaché ceux-ci à son Académie des Sciences.
Mais, si l'on en croit certains experts, l'ouverture de ces «centres» sur ces récifs qui sont, en réalité des îles artificielles «poldérisées» sur lesquelles Pékin avait déjà construit des pistes d'atterrissage pour bombardiers et avions de chasse, aurait pour objet des recherches «stratégiques» afférentes à la présence de pétrole et de métaux rares dans les fonds sous-marins.
Mais, en entreprenant, entre le 1er et le 5 juillet dernier, des manœuvres en mer de Chine autour des îles «Paracels», Pékin a provoqué la colère du Vietnam et des Philippines qui y voient une «grave provocation» mais aussi celle de Washington. Aussi, après avoir déclaré, dans un communiqué de son département d'Etat aux Affaires étrangères, en date du 3 juillet 2020, que « les actions de la République populaire de Chine contredisent son engagement de ne pas militariser la mer de Chine du Sud et la vision des Etats-Unis d'une région indo-pacifique libre et ouverte», Washington s'est empressé de dépêcher, dans la zone et pour une démonstration de force «inhabituelle par son ampleur», ses deux importants porte-avions que sont le «Ronald Reagan» et le «Nimitz».
Pour rappel, si les îles «Paracels» sont occupées, depuis 1974, par la Chine, elles sont toujours revendiquées par le Vietnam qui, en considérant que les manœuvres entreprises, la semaine dernière, par Pékin «violent sérieusement (sa) souveraineté», n'exclut pas de déposer une requête auprès des tribunaux internationaux comme l'avaient fait les Philippines, en 2013, et ce, à l'effet de faire condamner la prétention de la Chine à revendiquer des «droits historiques» sur la totalité de la mer de Chine méridionale.
La mer de Chine méridionale est-elle, désormais, le théâtre de la nouvelle «guerre froide» à laquelle se livrent Pékin et Washington ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.