Les villes doivent impérativement maintenir des systèmes alimentaires durables, affirme la FAO    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    Le Raja de Casablanca retrouve la tête du classement de Botola Pro D1    Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet d'Akon en Afrique
Publié dans Albayane le 10 - 08 - 2020


Une ville écologique en perspective
Romuald Djabioh
L'artiste Akon met en place un projet pharaonique : la création d'une ville verte au Sénégal, son pays d'origine. Elle sera écoresponsable avec son propre modèle économique basé sur la cryptomonnaie: Akoin. Répondant aux multiples interrogations dernièrement de l'un de nos confrères de la presse internationale Afrique Hebdo, le natif du Sénégal a expliqué sa vision.
L'artiste Akon compte bâtir une ville futuriste entièrement verte et durable. A la question de savoir à quoi ressemblera-t-elle, il livre sa vision en ces termes : «L'idée générale est de prendre nos structures, nos statues, notre histoire afin de créer nos édifices. Je veux que l'Afrique ait son propre style car lorsque vous allez aux Etats-Unis ou à Londres, ces villes ont leur propre style. Lorsque vous allez à Dubaï, vous vous sentez à Dubaï. Et je voulais que le Sénégal et l'Afrique aient leurs propres architectures. Lorsqu'on verra les bâtiments de cette nouvelle ville, ça ne ressemblera à rien d'autre au monde».
Dans le même ordre d'idées, la ville voulue par Akon sera dotée d'un ensemble de structures répondant aux besoins fondamentaux du plus grand nombre. «La structure de la ville est basée sur sa propre structure économie à 360°. Nous avons un centre éducationnel, un centre médical qui sera géré par Money Medical. Nous avons un centre digital où l'on pourra développer des nouvelles technologies et des applications : des composantes numériques du futur. Nous avons aussi un commissariat de police et une caserne de pompiers. Enfin de compte, il s'agit de construire tout ce dont on a besoin dans une ville à la phase d'une économie qui permettra d'avancer», explique-t-il. Et d'ajouter, «Nous aurons aussi des complexes touristiques, des hôtels, des parcs d'attractions. On pourra produire des films au Sénégal. Il y aura des plateformes numériques. Nous aurons des grands noms de l'industrie, les hubs comme Alibaba, Amazone ainsi que les acteurs du E-Commerce Sénégalais. Avec l'emplacement de la ville au Sénégal, ils se trouveront au centre des livraisons commerciales dans le monde. Au final, ce sera un grand centre économique mondial».
Par ailleurs, s'agissant du choix du pays pour la réalisation de ce projet ambitieux, le natif du Sénégal a été on ne peut plus clair. Il a évoqué plusieurs raisons, entre autres, le fait qu'il soit originaire du Sénégal dans un premier temps, le fait que le Sénégal soit l'un des rares pays si ce n'est le seul en Afrique qui n'a connu aucune guerre, et pour finir, il considère ce pays comme une destination future à faire valoir. D'ailleurs à ce titre, dit-t-il : «Le Sénégal est environ à 6h de vol de Paris, 6h de Londres, 6h de Dubaï, 6h du Maroc : c'est facile d'y accéder de n'importe où dans le monde où des Etats-Unis. On peut y aller depuis New York, lorsqu'il s'agit d'Afrique, c'est une destination de premier choix...Je me suis dit que n'importe quel grande entreprise serait intéressée pour venir s'installer au Sénégal et offrir ses services au reste de l'Afrique», étaye-t-il.
Outre ce qui précède, Akon ambitionne également de lancer sa propre monnaie numérique appelée Akoin. Comment compte-t-il la faire fonctionner ? A cette interrogation parmi tant d'autres, tels a été ses propos: «Akoin a été créé car nous voulions proposer une devise alternative et stable pour l'ensemble de l'Afrique. Et comme vous pouvez l'observer, le monde entier est entrain de se tourner vers le numérique y compris dans le domaine des moyens de paiement. Lorsqu'on regarde le bitcoin et tout ces autres crypto monnaies qui sont déjà là, on s'aperçoit que les gens leur font confiance. Le but de ma cryptomonnaie, c'est d'unir les africains. Nous voulons qu'elle puisse être utilisée pour donner plus de pouvoirs aux entrepreneurs à travers le continent...Vous savez, les jeunes de moins de 21 ans représentent 65% de la population africaine et ils ont tous naturellement, cette mentalité de l'entreprenariat. Lui créer une plateforme solide pour qu'il puisse avoir de la transparence et aussi avoir un système qui ne fluctuera pas constamment avec des hauts et des bas, comme le font ceux qui sont basés sur le dollar», explique-t-il davantage à notre confrère.
Akon multiplie également des projets en vue d'apporter son apport aussi bien en Afrique qu'ailleurs. Comme celui dit «Lighting Africa», une initiative d'envergure aux résultats avérés en termes de bien-être. « Le but de lighting africa est de fournir de l'électricité dans les régions rurales, les endroits qui sont coupés des villes, les localités oubliées. Le projet a eu beaucoup de succès. Il a commencé comme un projet philanthropique, mais c'est une entreprise qui fait du profit. On a aussi lancé Akon Lighting ici en Amérique. On fournit 2GW d'énergie solaire. On a développé des réelles solutions et nous voulons appliquer ces mécanismes afin de fournir de l'énergie partout où nous opérons en Afrique», dit-il.
Concernant la carrière musique d'Akon, outre ses nombreux projets, il continue à faire valoir son art aux travers de différents projets et collaborations avec plusieurs artistes. «On va sortir un album afro-pop, afro-beat. Je travaille étroitement avec des producteurs de renom sur le continent. J'ai travaillé un projet avec Spens. On a réalisé tout un album ensemble, ça sortira dans les prochains mois (...). Je vais sortir un nouvel album qui s'appelle «Ain't No Peace». Ce dernier parle de l'environnement social aux Etats-Unis et les récents évènements où l'on a vu les Afro-américains traités de manière injuste par la police et par une partie de la population, d'un point de vue raciste.
Il est à souligner que le nouvel album d' Akon «Ain't No Peace» est sorti le 31 juillet dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.