Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!
Publié dans Albayane le 11 - 08 - 2020


Le théâtre national en ballotage
Saoudi El Amalki
Molière, l'illustre dramaturge français du 17e siècle, disait un jour : «Si c'est votre façon d'aimer, je vous prie de me haïr !». Cette citation semble convenir aux détracteurs de Lahoucine Echaabi, à présent, qui viennent de fomenter l'un des plus abjects blasphèmes que le père des arts n'ait jamais connu.
On ne saura offenser le théâtre ni ses apôtres avérés et Echaabi en est un, aussi limpide que l'eau de roche. Lui qui, tout au long de quatre décennies sans relâche ni répit, fut un magnanime serviteur et un probe fantassin de tous les combats acariâtres du théâtre marocain.
Fin comédien sur scène, puis écrivain translucide du texte et enfin, farouche plaidoyer des métiers du théâtre, ce panthéon dithyrambe se démène comme le beau diable pour que l'art dramatique et ses mordus soient émergés des ténèbres. Il en fait, depuis des lustres, son cheval de bataille et sa raison d'être, sans jamais y renoncer ni s'y résigner. Il mène de main de maître, une infinité de sessions, de rencontres, de colloques..., pour mobiliser, orienter et encadrer les artistes, se concerter sur l'avenir et galvaniser la profession.
Son rêve de voir s'émanciper le théâtre tant au plan de la créativité qu'à celui de la structuration, ne cesse de le hanter à la moelle. Sa ténacité pour ce dessein où il met du cœur et du savoir, est tel qu'il en subit de l'ingratitude voire de la hargne haineuse de ses proches. Ceux-là même aujourd'hui, n'ont pas froid aux yeux de se couvrir de dédain envers tout ce qu'il leur a rendu comme service, alors qu'ils gisaient dans l'anonymat, il n'y a pas si longtemps.
Une fois qu'ils se mettent à voler de leurs propres ailes, ils ignorent de s'être bien rafraîchis les esprits dans l'abreuvoir inépuisable de leur maître. Il a beau leur élucider les voies du succès, ils ne veulent rien savoir, puisqu'ils ont la mémoire courte et refusent d'écouter quiconque. Le même Molière disait, en ce sens : «Il n'y a point de pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre !».
Durant tout ce bout de temps, Echaabi ne cessait de servir la cause théâtrale au Maroc, à travers ses réflexions souvent lumineuses. Son altruisme faisait le tour du royaume et s'adjugeait l'estime et la reconnaissance de tout son entourage. Il ne cherchait pas à s'en servir comme se plaisaient à le faire certains de ces renégats, tombés de la dernière pluie.
Aux côtés d'une pléiade d'icônes du théâtre de la nation, tel Taieb Seddiki ou encore Abdelkader Badaoui, il fut parmi les invités de marque de feu Hassan II, suite à la conférence qui avait séduit le défunt Monarque. Le souci d'asseoir des assises pérennes et le faire éclore dans le firmament de l'art national, tenaillait Echaabi, jusqu'aux entrailles. Il allait se focaliser sur l'instauration des piliers du théâtre, au profit de tous les artistes du pays dont la profession ne constituait guère une priorité des décideurs.
Mais, il y a toujours des troubles-fêtes, sans histoire militante ni continence morale, qui naviguent dans les eaux de la mare pour en tirer des aubaines personnelles. Au cours des 80, Echaabi avait le mérite de réussir, en compagnie d'un parterre de compagnons, le festival de théâtre de la ville d'Agadir qui éblouissait à l'époque, une flopée de sommités de cet art, tel que Hassan Lamnai, Mohamed Keghat, Meskini S'Ghir, Abdelkrim Berrechid, Mohamed Kaouti, Lahoucine Hourri...
Cette grosse prouesse dont l'artisan de choix n'était autre que Echaabi, faisait tâche d'huile, à travers le royaume et permettait alors, une nouvelle éclaircie, après le bout de chemin édifié par le théâtre amateur des années 70. On se demandait où étaient donc cachés ces rabat-joies qui sèment la discorde dans la famille des métiers de l'art. Pendant ce temps, Lahoucine Echaabi poursuit son bonhomme de parcours, en toute sérénité, car il est plus glorieux que ces petitesses!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.