Message de condoléances du roi Mohammed VI à la famille Amsrouy Belhassane    Caricatures du prophète Sidna Mohamed : Jacques Chirac avait bien déclaré que « la liberté d'expression doit s'exercer dans un esprit de responsabilité »    Covid-19 / Maroc: Les nouveaux cas de contamination (par régions)    Attentat : un prêtre blessé à Lyon    Le Maroc est devenu un partenaire "indispensable" pour le Rwanda    Un prêtre grièvement blessé par balle à Lyon, l'auteur en fuite    Terrible accident sur l'autoroute Agadir-Marrakech    Canada: Les frontières fermées jusqu'à fin novembre    Décès de Sean Connery à l'âge de 90 ans    Béni Mellal-Khénifra : Première zone logistique pour le renforcement de l'attractivité économique de la région    Mobilisation de l'épargne: Voici ce que proposent les sociétés de Bourse    Ilham Kadri : cette franco-marocaine qui fait partie des femmes les plus puissantes du monde    Justice : 52 établissements pénitentiaires dotés d'un réseau internet à haut débit    Tourisme : Essaouira accueille un premier groupe de touristes en provenance de Belgique    Macron – Al Jazeera : une campagne de communication dans les médias arabes pour apaiser la tension ?    L'industrie parapharmaceutique : un nouveau filon de la politique marocaine d'import-substitution    Etude marocaine : La détection des anticorps dans les échantillons de sérum est plus importante que celle de l'ARN viral    Les Etats-Unis réaffirment que l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara est "sérieuse, crédible et réaliste"    Le premier interprète de James Bond, Sean Connery, est décédé    Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Grippe saisonnière: Vaccin, vers un remake de la « piraterie » dans les aéroports?    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rentrée demeure dans le virtuel
Publié dans Albayane le 21 - 09 - 2020


B. Amenzou
La rentrée scolaire 2020-2021 demeure très virtuelle. En effet, dans plusieurs contrées du royaume, y compris dans la préfecture de Casablanca, capitale économique du pays, cette rentrée n'a eu lieu, dans la plupart des cas, que sur les réseaux sociaux et dans les déclarations du ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, véhiculées par les médias.
Car, sur le terrain, on se rend compte facilement que des lycées, des collèges et des écoles publiques du primaire ne sont pas dotés d'infrastructures nécessaires pour lancer la formule de l'enseignement à distance.
Dans plusieurs établissements, la connexion internet, souvent lente, n'est disponible que dans l'administration, dédiée exclusivement à l'usage administratif. Du coup, les enseignants rencontrent d'innombrables problèmes pour joindre leurs élèves via des applications de messageries instantanées, leurs comptes sur les réseaux sociaux et par leurs propres moyens. Selon des informations recueillies, lundi, auprès de certaines écoles publiques dans la préfecture de Casablanca, la plupart des enseignants n'ont pas encore pu joindre l'ensemble des élèves.
C'est-à-dire que les cours n'ont pas encore démarré. Et rien ne présage leur démarrage effectif dans les prochains jours. C'est ce constat qui aurait poussé le ministre de tutelle à évoquer la formule d'auto-apprentissage. Dans ce cas, les lois devaient être revues pour recadrer les missions de son département.
Dans le privé, des formules d'enseignement à distance ont été effectivement mises en place par des établissements, alors que des problèmes autour des frais de scolarité du dernier trimestre de l'année précédente demeurent soulevés dans plusieurs cas. De même, plusieurs parents n'ont pas accepté de payer des frais de scolarité pour l'enseignement en présentiel pour voir enfin de compte leurs enfants devant les écrans à la maison où la présence d'un éducateur est indispensable pour leur encadrement dans les cas où les deux parents travaillent. Autant dire que les problèmes soulevés lors du dernier trimestre pour les frais de scolarité seront encore accentués cette année.
Des établissements facturent un service et offrent un autre. Dans les zones où la formule de l'enseignement en présentiel a été adoptée, des groupes restreints ont été formés pour s'aligner sur les règles de sécurité sanitaires, forçant ainsi un allègement du programme. Dans ce cas de figure également, l'école facture un service et offre un autre. Car, les écoles du privé n'ont pas revu à la baisse les frais de scolarité, même si les services ont été simplifiés. En plus de tous ces dysfonctionnements, la question de l'égalité des chances est bafouée sur toute la ligne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.