Installation des membres de la Commission des droits de l'Homme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Le PLF 2021 donne un tout petit coup de pouce à l'emploi    COMMISSION SPECIALE POUR LE NOUVEAU MODÈLE DE DEVELOPPEMENT – GARE À LA DESILLUSION!    Le prodige du football marocain, Achraf Hakimi, testé positif au Covid-19    Les échanges interbancaires enregistrent une hausse de 7% en 2019    Colombie: Les indigènes se mobilisent contre le Président Ivan Duque    Vidéo – Aléas du direct : Un séisme fait trembler la Première ministre islandaise    Palestine : Poursuite du dialogue national Fatah - Hamas jusqu'à réconciliation globale    France: Gérald Darmanin accuse Edwy Plenel de Mediapart de « lâcheté intellectuelle »    Relance économique : le BTP retrouve sa dynamique    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 21 octobre    L'UNESCO révèle la face cachée du trafic de biens culturels    Samir Cherfan, vice-président PSA Moyen-Orient/Afrique : « Il y a un potentiel important au Maroc pour la voiture électrique Citroën Ami »    France: le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire    Tétouan : Couvre-feu nocturne réinstauré à partir de ce mercredi    Tanger : sept cas de contaminations au Covid-19 à la Faculté de Médecine    El Ahly-WAC: nouvelle décision de la CAF    Un mouvement de forte protestation    Non à l'indécision    Quand les zones Bour vont toute l'économie va!    Le Zamalek accepte de reporter la rencontre face au Raja    Pyramids FC rejoint la Renaissance de Berkane en finale    Adieu Mohamed Laftouhi    La nouvelle stratégie agricole au centre des préoccupations    Liquidation de la retraite. Les Parlementaires veulent leur pognon    Populisme ... non populaire    Communiqué du BP du mardi 20 octobre 2020    Fès: un individu impliqué dans un réseau de trafic de drogue et de psychotropes    Inédit : Une application anti-violence numérique    Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre    Liberté d'une image culturelle à une autre    Cheb Kader lance «Liyem»    Le musée Yves Saint Laurent à Marrakech rouvre ses portes dès ce 21 octobre    L'épopée d'Abdelkrim Khattabi utile à toute époque    Alerte météo: les villes où il va pleuvoir mercredi et jeudi au Maroc    Mitchell Prather : « L'accès au financement reste la priorité des innovateurs et entrepreneurs marocains »    Comment la Turquie dame le pion à la France en Afrique    Dounia Batma s'exprime après son accouchement (PHOTOS)    La CAF valide le report de la demi-finale « retour » Zamalek/Raja    Les Français ne décolèrent pas contre le New York Times    Finances publiques : Légère atténuation du déficit budgétaire en 2021    Le coronavirus s'invite chez Benkirane (PHOTO)    Sahara: le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan marocain d'autonomie    Champions League : tous les résultats (VIDEOS)    Ce que nous vivons: ouvrage collectif autour de la pandémie du Covid-19    Subvention des projets artistiques: Les précisions du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le camarade Abdelhak Khyari tire sa révérence
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2020

Il est parti, en corrigeant ses copies d'examen de ses étudiants de la Faculté des sciences économiques. En faisant son devoir professionnel, comme la gynécologue feue Dr Laila Yata, en donnant la vie à un bébé. Abdelhak Khyari, le professeur, l'ami, le camarade a tiré sa révérence sous le coup d'un AVC cruel et mortel, hier matin à son domicile casablancais.
Natif de Taza, en 1953, il avait poursuivi ses études secondaires aux lycées Ali Ben Barr à Taza puis à Moulay Slimane à Fès.
Il a obtenu, ensuite, une licence à la Faculté de droit de Rabat en 1974. Pr Belal, Abdelhak Khyari, Habriche, Il fera le voyage à Grenoble où il avait décroché, en 1976, son Diplôme des Etudes Supérieurs (Troisième cycle) sur l'artisanat marocain.
En 1977, le défunt sera recruté par la Faculté de sciences économiques de Fès pendant deux années, avant de s'installer à Casablanca où il gravira les échelons de la connaissance et du savoir. Il sera chargé, sous la direction de feu Aziz Belal, des TD et TP (travaux dirigés et pratiques) du module «Les problèmes structuraux du développement au Maroc».
Après le décès du Pr Belal, Abdelhak Khyari a été chargé de dispenser les cours du regretté professeur disparu dans un incendie d'hôtel à Chicago.
Le défunt Abdelhak poursuivra la préparation de son doctorat d'Etat en sciences économiques sur la désagrégation de l'artisanat marocain, initié sous la direction de feu Aziz Belal, après le décès du père de l'économie marxiste au Maroc, avec feu le professeur Driss Benali, en 1984.
Depuis, Abdelhak Khyari a occupé à plusieurs reprises le poste de chef du département des sciences économiques à la Faculté de droit de Casablanca où il jouissait d'une grande estime.
Au fil des ans, il s'est imposé comme un chercheur en finances internationales et en commerce international, à côté de ses anciennes spécialités. Il était très apprécié par ses les générations d'étudiants qu'il a formés et par ses nombreux collègues.
Tous gardent de ce professeur sa gentillesse et son sourire à toutes épreuves. Une douceur qui effaçait la timidité des étudiants face à un homme de science.
Un militant fidèle
Cette posture universitaire n'avait pas empêché Abdelhak de continuer ce qu'il était toujours : un militant au service de son parti auquel il est resté fidèle, malgré toutes les vicissitudes de la vie. C'est dans ce cadre que le défunt a longuement contribué, avec ses camarades de la commission économique du PPS fondée par feu Belal, à la réalisation d'une page économique hebdomadaire dans son journal Al Bayane. Il fera partie d'un trio de choc (avec feu Mimoune Habriche, paix à son âme, et Abdeslam Seddiki que dieu le garde) qui alimenta, quotidiennement, les colonnes de notre journal en actualités économiques et politiques, et ce pendant plusieurs années quand ils étaient, tous les trois, membres permanents de la Rédaction d'Al Bayane.
Depuis, le contenu de notre quotidien, sous la houlette de feus Ali et Nadir Yata, s'est grandement enrichi pour tenir les premiers rôles dans le Maroc de l'époque.
De plus, le trio et avec eux d'autres camarades économistes dont feu le professeur Abdelkbir Fikri, ont contribué à hausser la qualité des interventions de Ali Yata, lors de la discussion des budgets sectoriels de la Loi de finances au Parlement.
Aujourd'hui, un autre camarade d'une race rarissime nous quitte. Il laisse le souvenir d'une créature hautement humaine et solidaire, un être affable et modeste, un personnage discret et serviable. Il a vécu loin des phares de la mondanité. Un homme de grande camaraderie et d'amitié.
En cette douloureuse circonstance, nous nous inclinons devant sa mémoire et nous présentons nos sincères condoléances à toute sa famille, à ses proches, collègues, amis et étudiants.
Une affection particulière, en ces moments difficiles, vont à sa petite famille, à sa compagne de toujours Fatima Zahra Guemira, à ses enfants Aziz et Laila, à ses frères Si Taïeb et Mustapha, à ses sœurs Bouchra, Khadija et Rquia.
Qu'il repose en paix !
«Nous sommes à Dieu et à Lui nous revenons».
Mohamed Khalil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.