ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une perte cruelle
Publié dans Albayane le 30 - 05 - 2019

La douleur et l'affliction sont à la mesure du choc causé par l'atroce nouvelle : notre camarade Abdelaziz Belal n'est plus.
Cette disparition nous cause une perte incommensurable, qu'on a peine à exprimer. Quels mots trouver pour rappeler, évoquer le rôle et l'apport multiples et si enrichissants qui furent ceux d'Abdelaziz Belal?
Pour le parti d'avant-garde révolutionnaire ; notre camarade était un mentor en militantisme, un dirigeant précieux, qui faisait autorité par son expérience, ses analyses lucides et serrées, son sens de priorités, son patriotisme inébranlable doublé d'un solide internationalisme.
Mais il était ainsi la modestie même, qu'il alliait à une gentillesse à toute épreuve. Toujours disponible pour le parti et son combat quotidien, il mettait à son service une intelligence supérieure, particulièrement au fait des problèmes, mais ouverte sur toutes les manifestations de la vie.
Un penseur créatif
Le parti du progrès et du socialisme, avec la tragique disparition du camarade Abdelaziz Belal, perd un de ses dirigeants de premier plan, un de ceux dont on est fiers de dire qu'il était un de nos guides, depuis le jour, où, encore «étudiant, il avait choisi une fois pour toutes, de combattre au sein du Parti Communiste Marocain pour la cause de l'Indépendance nationale et de la libération sociale.
Mais Abdelaziz Belal, était, avant tout un militant de la science et de la connaissance. Si Aziz, comme l'appelaient avec respect et affection les milliers de jeunes étudiants qui suivirent son enseignement, ne faisait pas seulement autorité en matière d'économie politique, il était un penseur créatif, dont l'apport était reconnu unanimement au Maroc et apprécié fortement à l'étranger.
Professeur à Casablanca et à Rabat, notre camarade Abdelaziz Belal avait formé toutes les générations issues de l'indépendance. Parallèlement à son activité universitaire, il enrichissait de ses contributions novatrices colloques et séminaires, conférences et débats, où il savait apporter le point de vue d'un chercheur attaché aux théories du socialisme scientifique qu'il appliquait d'une façon vivante et fructueuse.
Présenté par le PPS aux élections municipales, notre camarade avait été choisi par les masses populaires pour siéger au conseil de la commune Casablancaise d'Ain Diab, qui l'avait élu vice-président. À ces postes de responsabilité, il restait le même homme profondément attaché à la démocratie, au bien public, à la cause populaire et la défense des citoyens.
Ceux qui le pleurent aujourd'hui avec nous sont innombrables. Car c'est le pays et le peuple, tous entiers, qui viennent de perdre, subitement et tragiquement, un des plus dignes fils du Maroc, une figure de proue de la cause patriotique et révolutionnaire, un scientifique de premier ordre, il n'y avait qu'un seul Aziz Belal, au Maroc.
Que sa femme, notre camarade Afifa, et ses deux enfants Abdelkrim et Youssef, sa mère et sa famille veuillent trouver, ici, l'expression de notre peine indicible et de notre sympathie profonde.
C'est l'éditorial paru dans Al Bayane du 25 mai 1981, écrit par feu Nadir Yata, ex-rédacteur en chef, comme les nombreux éditos de l'époque non signés…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.