Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Haro sur les erreurs du passé !    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Mondial 2022: les Lions de l'Atlas s'offrent les Diables Rouges (2-0)    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Armement : Le Maroc négocie avec la Chine une commande de missiles    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ecrits marxistes sur le Maroc (1860-1925)» de Abdallah Saaf
Publié dans Albayane le 18 - 10 - 2020

Edité chez la Croisée des Chemins, «Ecrits marxistes sur le Maroc (1860-1925)» est l'intitulé du nouvel ouvrage du professeur de science politique à l'Université́ Mohamed V, directeur du Centre des Etudes et Recherches en Sciences Sociales et directeur de la revue marocaine des sciences sociales Abhath, Abdallah Saaf. Ce livre de 168 pages interroge la pensée de la gauche et sa projection sur notre pays.
Selon un communiqué de la maison d'édition, les textes de Marx et d'Engels, de Rosa Luxembourg et de la Troisième Internationale rassemblés dans le présent recueil recèlent un intérêt historique certain. Il s'agit de pages, puisées dans le récit national, rapportées à travers des regards autres que ceux émanant de documents et d'archives nationaux, mais aussi de représentations relativement expressives des écrits marxistes à propos des univers extra-européens, ajoute la meme source. Ces textes présentent aussi un intérêt en ce qu'ils informent sur les perceptions, de la gauche occidentale, projetées sur le Maroc de longue date.L'ouvrage reprend ces écrits des fondateurs du marxisme et de leurs successeurs, les situe, les contextualise, les explicite et les interroge.
«Ce n'est guère aisé de rechercher parmi les quatre cent quatre-vingt-sept articles de Marx et d'Engels, les études et polémiques de Rosa Luxemburg, les textes de la IIIe Internationale, ce qui concernait Maroc, de les présenter, de les restituer à leur époque. Il revient à A. Saaf d'avoir su montrer que si certains de ces textes «sont loin de représenter les moments forts de l'analyse marxiste du colonialisme» (p. 30), ils révèlent combien «les fondateurs du marxisme et leurs héritiers furent autant des hommes de leur temps que les porteurs d'un discours universel nouveau» (p. 31)», écrit Pierre Salama, professeur agrégé Paris-XIII et directeur du GREITD, dans la préface du livre.
Les textes d'Engels et de Marx, ajoute Pierre Salama, apparaissent comme limités (la capacité de l'Espagne à mener une guerre, ses capacités faibles à coloniser relativement à celles de la France et de l'Angleterre), n'étudient pas la formation sociale marocaine, son évolution avec la pénétration des rapports marchands, ne dégagent pas de prise de position principale sur les méfaits de la colonisation vue davantage sous l'angle de sa mission civilisatrice.
Pour autant, il s'agit de textes importants, non seulement parce qu'ils reflètent a contrario la façon dont pouvait être évaluée l'Espagne face à la France et à l'Angleterre, mais aussi parce que, malgré tout, apparaissent des signes de sympathie pour ces guerriers «guérilleros» dirait-on aujourd'hui) qui pratiquent la guerre de harcèlement, et surtout, comme le souligne A. Saaf, parce qu'il s'agit d'un moment capital dans l'histoire du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.