MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Dialogue inter-libyen: Les parties s'approchent d'un accord sur les postes de souveraineté    Bientôt des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Suspension des cours : le ministère de l'Education nationale dément les « Fake news »    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    Attijariwafa bank, premier contributeur aux dispositifs d' accompagnement et de soutien aux TPME    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Produits industriels : nouvelles normes d'application obligatoire pour le contrôle de conformité    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»
Publié dans Albayane le 01 - 12 - 2020


Mohamed Nait Youssef
«Mohamed Choukri...Tanger et les écrivains étrangers» est l'intitulé du nouveau livre signé par Yahya Ben El Oualid et édité par la jeune maison d'édition Dar Agora, basée sur Tanger.
Ce livre qui viendra en effet étouffer la scène culturelle et livresque nationale braque les lumières surtout, sur un personnage inédit, voire une plume inclassable et insaisissable, Mohamed Choukri. Très connu par son roman à succès «Le Pain nu», Choukri a débarqué ses valises à Tanger à un âge assez jeune. Il y fait une carrière romanesque remarquable qui dépasse les frontières marocaines.
En outre, cette nouvelle publication est aussi une analyse traitant les écrivains étrangers qui résidaient dans la ville du Détroit, ainsi que leur rapport avec Mohamed Choukri, considéré comme l'une des figures de proue de la littérature marocaine d'expression arabe contemporaine. Ainsi, et pour mettre un éclairage sur cet écrivain ayant marqué des générations, l'auteur de ce livre n'est pas recouru uniquement à l'étude et l'analyse mais il a également publié des bribes de sa biographie, ses rencontres inédites avec Mohamed Choukri qui seront publiées pour la premier fois dans ce nouveau né littéraire.
«Ce n'est pas étrange que la ville de Tanger accueille des écrivains étrangers de renommée internationale, des peintres, des musiciens, des journalistes, entre autres... Il serait difficile également de comptabiliser tous ceux qui sont venus à «Tanger la mythique» au cours des années 40, 50 et 60 du siècle dernier, et dans laquelle ils ont créé des œuvres», précise l'auteur du livre.
Ces écrivains, a-t-il ajouté, ont légué ce que nous pourrons appeler un «texte tangérois» qui a embrassé l'universalisme. Le grand nombre de ces plumes, précise-t-il, ont quitté la ville de Tanger qui s'est transformée par la suite à un «espace globalisé» et ayant perdu une partie de sa mémoire, son identité, son patrimoine et son architecture singulière.
Certes, la ville de Tanger est inspirante, une muse qui avait séduit, et encore, des voix romanesques et des plumes mondialement reconnues, telles que Marguerite Yourcenar, Truman Capote, Jack Kerouac, Antoine de Saint-Exupéry, Tennessee Williams, Paul Morand, Roland Barthes, Jean Genet ou encore Joseph Kessel. Certains ont décidé d'y rester comme Paul Bowles qui a vécu à Tanger de 1947 jusqu'à sa mort en 1999.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.