Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Karim Alaoui : géographies humaines
Publié dans Albayane le 06 - 12 - 2020

Karim Alaoui trace son cheminement avec une grande discrétion. Mais son travail atteste d'une exigence si profonde que l'on est saisi par l'acuité du rendu. Une sculpture à la fois complexe et actuelle, avec l'Afrique en filigrane, comme pièce d'identité.
Façonner une forme, modeler et remodeler une silhouette, donner corps à une présence, à la fois figée dans le temps et l'espace, mais libre aussi dans sa complexité et son expression, cela requiert une vision au plus près de soi et de la complexité du monde où l'on évolue. Chez Karim Alaoui, le regard est juste, l'approche limpide, le rendu sans fioriture. L'artiste va à l'essentiel, sans trop d'à côtés, pour rendre avec justesse un corps, une forme, une description à plusieurs variantes comme la série sur le continent africain, déclinée en plusieurs variations sur le même thème.
Karim Alaoui fait partie de ces sculpteurs qui réfléchissent l'humain dans sa complexité pour en rendre une signifiance à la fois juste et fuyante. Sans oublier la symbolique, très présente dans le travail du sculpteur. On peut le saisir dans sa profondeur avec l'objet téléphone : «En prenant cette photo je savais que ce serait la seule preuve à faire valoir pour prouver la véracité de mon histoire. Ce matin-là bien avant que le soleil ne se réveille, tandis que je rentrais de ma marche, j'ai entendu un son strident répétitif comme celui des anciens téléphones noirs en bakélite des années 50 que l'on retrouve toujours dans les films policiers en noir et blanc de cette époque.
Et plus je me rapprochais de ce qu'au début je voyais comme une algue luisante, ou un objet en plastique dont la mer ne voulait plus. Et plus je compris que l'objet en question était en fait un téléphone et, qui, apparemment, marche encore, vu que plus je me rapproche de lui et plus sa stridente sonnerie ne cesse de remplir l'atmosphère de mystère. De toutes les rencontres matinales que le bleu de mes yeux a rencontrées, elles étaient toutes inertes, et voici que celle-ci tout droit sortie d'un vieux polar sonne son appel, à décrocher cet appel qui en toute apparence m'était destiné. Et puis sans trop réfléchir j'ai décroché.
Zut la mine de mon crayon s'est cassée, aussitôt taillée la suite.». Tout un récit pour une photographie, qui est le pendant de l'objet sculpté. Et c'est cette capacité toute naturelle chez le sculpteur d'allier deux expressions (photographie et sculpture) qui nous montre à quel point, c'est la représentation qui prime ici. Le monde décliné comme volonté de surgir et comme multiple représentation octroie à ce travail unique en son genre une force qui va de la main du créateur à celui qui reçoit l'objet en partage. Karim Alaoui raconte la vie, le monde, les contingences d'être humain, avec un regard à la fois impliqué et détache. Et c'est dans cet intervalle que prend racine la puissance de cette œuvre.
Interview : Karim Alaoui, l'Africain
Question : Dans tes travaux l'humain est très présent, on sent chez vous une glorification de la beauté humaine ?
Glorification j'en doute, quoique la forme humaine est très présente dans mes travaux. Elle est cette source intarissable créative tant elle est simple et complexe à la fois. Prenons l'exemple d'un visage qui peut traduire tant d'émotions différentes. Le tout à l'instar du travail du photographe qui est de saisir cet instant qui nous parle le plus pour le figer dans le temps.
Vous êtes aussi pointilleux en travaillant sur les petits formats que les sculptures à échelle humaine, cela requiert-il la même exigence?
Tout ce qui est modelé, mis en forme, ajouté ou retiré de la matière, creusé, assemblé, collé ou soudé requiert une exigence. Avant et pendant sa réalisation afin de n'omettre aucun détail. Car, tout l'enjeu de la sculpture est dans le détail quelle que soit l'échelle de la sculpture.
L'Afrique et très présente dans vos travaux, quel en est la symbolique?
L'Afrique d'une manière générale a toujours été présente dans mon travail. Mais, je dirai beaucoup plus depuis l'apparition de la pandémie où les frontières aériennes et maritimes reliant l'Afrique à l'Europe ont été fermées. Je venais de réaliser pour la première fois que mes enfants et moi vivions sur deux continents différents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.