Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Karim Alaoui : géographies humaines
Publié dans Albayane le 06 - 12 - 2020

Karim Alaoui trace son cheminement avec une grande discrétion. Mais son travail atteste d'une exigence si profonde que l'on est saisi par l'acuité du rendu. Une sculpture à la fois complexe et actuelle, avec l'Afrique en filigrane, comme pièce d'identité.
Façonner une forme, modeler et remodeler une silhouette, donner corps à une présence, à la fois figée dans le temps et l'espace, mais libre aussi dans sa complexité et son expression, cela requiert une vision au plus près de soi et de la complexité du monde où l'on évolue. Chez Karim Alaoui, le regard est juste, l'approche limpide, le rendu sans fioriture. L'artiste va à l'essentiel, sans trop d'à côtés, pour rendre avec justesse un corps, une forme, une description à plusieurs variantes comme la série sur le continent africain, déclinée en plusieurs variations sur le même thème.
Karim Alaoui fait partie de ces sculpteurs qui réfléchissent l'humain dans sa complexité pour en rendre une signifiance à la fois juste et fuyante. Sans oublier la symbolique, très présente dans le travail du sculpteur. On peut le saisir dans sa profondeur avec l'objet téléphone : «En prenant cette photo je savais que ce serait la seule preuve à faire valoir pour prouver la véracité de mon histoire. Ce matin-là bien avant que le soleil ne se réveille, tandis que je rentrais de ma marche, j'ai entendu un son strident répétitif comme celui des anciens téléphones noirs en bakélite des années 50 que l'on retrouve toujours dans les films policiers en noir et blanc de cette époque.
Et plus je me rapprochais de ce qu'au début je voyais comme une algue luisante, ou un objet en plastique dont la mer ne voulait plus. Et plus je compris que l'objet en question était en fait un téléphone et, qui, apparemment, marche encore, vu que plus je me rapproche de lui et plus sa stridente sonnerie ne cesse de remplir l'atmosphère de mystère. De toutes les rencontres matinales que le bleu de mes yeux a rencontrées, elles étaient toutes inertes, et voici que celle-ci tout droit sortie d'un vieux polar sonne son appel, à décrocher cet appel qui en toute apparence m'était destiné. Et puis sans trop réfléchir j'ai décroché.
Zut la mine de mon crayon s'est cassée, aussitôt taillée la suite.». Tout un récit pour une photographie, qui est le pendant de l'objet sculpté. Et c'est cette capacité toute naturelle chez le sculpteur d'allier deux expressions (photographie et sculpture) qui nous montre à quel point, c'est la représentation qui prime ici. Le monde décliné comme volonté de surgir et comme multiple représentation octroie à ce travail unique en son genre une force qui va de la main du créateur à celui qui reçoit l'objet en partage. Karim Alaoui raconte la vie, le monde, les contingences d'être humain, avec un regard à la fois impliqué et détache. Et c'est dans cet intervalle que prend racine la puissance de cette œuvre.
Interview : Karim Alaoui, l'Africain
Question : Dans tes travaux l'humain est très présent, on sent chez vous une glorification de la beauté humaine ?
Glorification j'en doute, quoique la forme humaine est très présente dans mes travaux. Elle est cette source intarissable créative tant elle est simple et complexe à la fois. Prenons l'exemple d'un visage qui peut traduire tant d'émotions différentes. Le tout à l'instar du travail du photographe qui est de saisir cet instant qui nous parle le plus pour le figer dans le temps.
Vous êtes aussi pointilleux en travaillant sur les petits formats que les sculptures à échelle humaine, cela requiert-il la même exigence?
Tout ce qui est modelé, mis en forme, ajouté ou retiré de la matière, creusé, assemblé, collé ou soudé requiert une exigence. Avant et pendant sa réalisation afin de n'omettre aucun détail. Car, tout l'enjeu de la sculpture est dans le détail quelle que soit l'échelle de la sculpture.
L'Afrique et très présente dans vos travaux, quel en est la symbolique?
L'Afrique d'une manière générale a toujours été présente dans mon travail. Mais, je dirai beaucoup plus depuis l'apparition de la pandémie où les frontières aériennes et maritimes reliant l'Afrique à l'Europe ont été fermées. Je venais de réaliser pour la première fois que mes enfants et moi vivions sur deux continents différents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.