Coupe du Trône: les FAR se qualifient pour les quarts et affronteront le Raja (VIDEO)    Le variant sud-africain du virus impacte les matchs organisés par la CAF    Soufiane Rahimi, son parcours et ses aspirations    Futsal : Les Lions de l'Atlas face à l'épreuve argentine les 6 et 8 mars    Vaccination: l'OMS félicite le Maroc (tweet)    Les marines marocaine et américaine mènent un exercice conjoint    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    A l'initiative du Maroc, l'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Programme Intelaka: La Banque Populaire sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projets    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Approbation de projets de loi    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Fès-Meknès : 4,4 milliards de dhs pour atténuer les disparités territoriales    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Plus de blanchiment d'argent ni de fuite de capitaux    Covid-19 : la stratégie de vaccination marocaine encensée par la BBC    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zhour Maamri passe l'arme à gauche
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2021


Une autre icône des Planches nous quitte
Mohamed Nait Youssef
Elle a trop souffert dans sa peau ces dernières années. Celle qui avait le sourire jovial et le regard lumineux a passé l'arme à gauche après avoir mené une guerre sans merci contre la maladie. Zhour Maamri, l'une des talentueuses comédiennes et actrices marocaines, a rendu l'âme mardi soir, à Rabat. Elle avait 78 ans. En effet, sa lutte contre la maladie remontait à l'année de 2011.
Native de la ville impériale de Meknès, en 1942, la regrettée a fait ses premières pas sur les planches en intrigant, en 1961, la troupe du dramaturge et comédien Mohamed Hassan Al Joundi à la ville de Rabat. Un an plus tard, elle rejoignait, à l'époque, la troupe nationale du ministère de la jeunesse et des sports où elle avait incarné plusieurs rôles dans les pièces de théâtre dont « Marid Al Wahm ».
A la ville blanche, Casablanca, la défunte avait entamé en 1963 une nouvelle expérience artistique aux côtés de Tayeb Saddiki où elle avait joué un rôle dans la pièce de théâtre « l'avare » adaptée de la pièce écrite par Molière.
La même année, c'est à dire en 1963, elle avait quitté le Maroc pour rejoindre la France pour un nouveau départ artistique. A cette époque, elle avait participé avec Ibrahim Saih au doublage des films surtout indiens. Cette expérience n'a duré qu'un an avant qu'elle ne retourne au bercail. En 1964, elle intègre la troupe Al Wafaa Marrakchia.
Un visage qui crevait l'écran ! En effet, sa carrière artistique et professionnelle étaient à la fois riche et diversifiée partagée entre le théâtre, la télévision et le cinéma.
Avec son charisme et son jeu jute, Zhour Maamri a brillé de mille feux depuis les années soixante sur la scène artistique nationale et même internationale en participant à des œuvres cinématographiques entre autres, le film américain « talon noir », le chef-d'œuvre du réalisateur syrien Moustapha Akkad « Arrissala » (Le Message) sorti en 1976 ou encore le film du réalisateur espagnol du Manuel Estudillo « Un burka por amor », sorti en 2009. Sans oublier les films marocains à savoir « Les Beaux jours de Charazade / Ayyâm chahrazad al-hilwâ » (1982) de Moustapha Darkaoui, le film « Bamou » de Driss Mrini et Mohamed Hassan Al Joundi, « Moi l'artiste » (1995) de Abdallah Zerouali.
Une voix, un parcours...
Son cœur l'a lâché certes, mais sa voix restera gravée dans les mémoires de ceux qui l'ont aimée, écoutée et appréciée ses travaux à la radio, à la télévision et au cinéma. Les personnages qu'elle avait incarnée dans les séries notamment « le train et les gens », « Tariq Almajhoul », « la terre », « Modawala », « men dar ldar », « lala fatima », « negafa » ou encore dans les films « Une femme dans le tourbillon de la vie » de Imane Mesbahi, « sabana » dans le film de Chakib Benamer sans oublier les pièces de théâtre dont « moi et chama » de Mohamed Hassan Al Joundi, « le jeu de l'amour et du hasard » de Chakib Benamer enrichiront la filmographie marocaine. Zhour Maamri à quitté le monde des vivants pour rejoindre d'autres cieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.