Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Covid m'a tuer ...»
Publié dans Albayane le 27 - 05 - 2021


Les sombres jours des salles obscures
Par : Nizar Lafraoui – MAP
* * *
Un grincement lourd accompagne l'entrebâillement de la porte. Un soupçon de lumière réussit à s'infiltrer dans le vaste espace de la salle de projection. Elle éclaire des sièges tristement vides. L'humidité s'est installée sur des murs suintant une obscurité silencieuse, sinistre. L'imagination arrive tout de même à se défaire du climat régnant, fait appel à des voix et des images qui ravivent les sens et invitent au rêve. Que le temps où les salles de cinéma étaient de service semble bien lointain !
L'expression ''Covid m'a tuer !'' décrit-elle réellement le présent des salles obscures ? La pandémie n'est, en fait, que l'assassin idéalement désigné pour porter le poids d'un péché qu'il a aggravé, sans en être l'auteur. Avant que ne soit déclenché le compteur des tragédies en mars 2020, les salles obscures étaient déjà un corps frêle, à l'immunité faiblissante. La fermeture préventive n'était que le coup qui a précipité le cours des événements.
Megarama Fès, un jour avant la pandémie. Le complexe, qui a supplanté en 2011 le fameux cinéma Empire, trône sur le principal boulevard de la ville nouvelle. L'affiche de la soirée était attendue par les cinéphiles du monde entier. Mais ''Joker'' du grand Joaquin Phoenix a à peine attiré une poignée de jeunes. Même les tentatives désespérées du personnel d'accueil de retarder l'ouverture des portes n'y ont rien changé. Les recettes du kiosque de Popcorn suffiront-elles à convaincre le propriétaire de poursuivre l'aventure ?
Faire référence à Fès pour rendre compte d'une hémorragie n'est pas fortuit. La Cité Idrisside n'est pas moins que le berceau du cinéma au Maroc. Le premier ''choc'' des Marocains avec l'invention des images animées avait eu lieu à Fès. Il remontait à 1897 dans l'enceinte du palais de Moulay Abdelaziz, sous la supervision d'un certain Gabriel Veyre, qui était l'assistant des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe. Des années plus tard, précisément en 1912, la première salle de cinéma au royaume va voir le jour, au quartier Nouaariyine, en plein centre de la médina, tout près de la mosquée Al Qaraouiyine, selon le documentaire ''les héritiers de Lumière'' de l'historien Bouchta Al Machrouh.
Il faut dire que bien que la fermeture de Megarama est provisoire, en l'attente de jours moins sombres, les salles de la ville ont presque toutes disparu, offrant aux cinéphiles un décor de désolation, les renvoyant à la nostalgie des traditions de spectacle collectives, de célébrations visuelles que se partageaient toutes les couches de la société et les tranches d'âge.
Et heureusement que tout n'est pas sombre. Dans la ville ''sœur'' de Meknès, une initiative courageuse a fédéré récemment les efforts d'acteurs locaux, soucieux de la culture dans la cité ismaélienne, pour empêcher la mise en vente judiciaire du cinéma ''Atlas'', qui a une place particulière chez des générations de grands noms de l'art et des médias au niveau national. Grâce à une pétition, lancée notamment par le dramaturge et metteur en scène, Bousselham Daif, les enchères ont été reportées par le tribunal de commerce de Meknès, faute de postulants.
Une petite victoire, certes, mais qui ne saurait cacher la situation tragique du secteur de l'exploitation cinématographique au Maroc. De plus de 300 dans tout le royaume, les salles de cinéma se sont réduites comme peau de chagrin. Elles ne dépassent guère aujourd'hui la trentaine, concentrée dans les principaux pôles urbains. Un constat amer qui en dit long sur l'histoire de mutations à la fois locales et universelles, sociologiques et économiques.
Les connaisseurs – responsables et intervenants- semblent convaincus que le système de soutien du septième art souffre d'un dysfonctionnement patent sur le plan de la production. Sans pour autant sous-estimer l'importance de la politique volontariste du soutien de la production, qui a fait du Maroc un leader sur le continent africain, avec tout le rayonnement du film marocain qui s'en est suivi et l'éclosion de talents dans les métiers du septième art, il convient de souligner que la symphonie restera incomplète en l'absence d'espaces de promotion de la récolte créative nationale.
Les quelques succès saisonniers de certaines œuvres dans les salles marocaines font l'exception.
Il s'agit souvent de comédies légères qui pourchassent encore davantage le film dit ''sérieux'', à tel point que la majorité des longs métrages primés au festival national du cinéma se transforment en invités indésirables dans les salles obscures. Les récompenses nationales et internationales et les bonnes notes des critiques ne semblent plus peser dans la balance.
La bouffée d'oxygène apporté par le projet de mise à niveau et de numérisation des salles de cinéma n'a pas résolu la problématique majeure de la désertion par le public des salles de cinéma et l'extinction des habitudes de spectacle collectives, que l'attrait des plateformes de consommation à la demande est venu aggraver.
D'aucuns redoutent que les propriétaires de salles de cinéma, qui ont résisté des années durant, seraient enclins à garder les portes fermées après la pandémie. En l'absence d'une véritable demande, le souci de la viabilité économique finit toujours par ressurgir aux devants de la scène. Une question ardue qui requiert évidemment une révolution éducative et culturelle remettant le cinéma au cœur de la société et renouant avec les expressions esthétiques dans les espaces d'éducation et d'enseignement.
Une évidence si l'on se met à l'esprit que les cinéphiles d'aujourd'hui, dont les fabricants de films, ont été éduqués par les clubs de cinéma dans les années 1970 et 1980. A ce propos, une lueur d'espoir a émergé récemment. Une initiative a été lancée par la fédération nationale des clubs cinématographiques, en partenariat avec l'académie régionale d'éducation et de formation de Fès-Meknès, en vue d'encourager les clubs de cinéma au sein des établissements scolaires dans la région, dans la perspective de la généraliser sur une large échelle.
Un chantier qui s'avère capitale dans la continuité d'une espèce de cinéphiles, en voie d'extinction. Au festival national du film de Tanger, qui met à l'honneur la production cinématographique nationale, l'œil ne trompe pas le profil de ce cinéphile biberonné à l'amour du septième art et au goût de sa langue et signes. Souvent les pas pressés pour s'assurer d'un fauteuil qui lui garantit l'angle de vue idéal pour disséquer les moindres détails de l'œuvre, il est toujours présent lors des séances de débats, buvant la parole des fabricants du cinéma, s'émerveillant devant une expression, une anecdote ou une explication.
La passion qui l'anime l'accompagne depuis l'enfance. Rien ne pourrait altérer chez lui un amour raisonné. Ni le temps ni le changement des habitudes de spectacle, ni même l'abondance des offres de spectacle personnalisées, synonymes d'isolement et d'individualisme. Le spectateur avisé et fidèle qu'il est ressent le besoin de nourrir son imaginaire, de provoquer des questionnements, d'aiguiser des réflexions. Une espèce qu'il faudra probablement réfléchir à cloner !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.