cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Energie : une chercheuse marocaine remporte le prix ENI Award 2020 en Italie    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    IMME : les professionnels sont optimistes    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Y A-T-IL UNE OPPOSITION DANS L'HEMICYCLE ?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Joe Biden annonce de nouveaux dons de vaccins pour l'Afrique    Edito : Feu vert    Maroc: le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les lieux publics ?    Football / IRT : En attendant l'élection d'un nouveau président, une commission provisoire pour combler le vide    Football : Hors jeu automatisé au Mondial Qatar 2022    L'Agence marocaine antidopage tient son 3ème Conseil d'administration    Pseudo-révélations sur un projet d'attaques en Algérie : pour Anouar Malek, «les services de Tebboune ont sombré dans le ridicule»    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De l'idée de Platini à la pandémie, un tournoi pas comme les autres
Publié dans Albayane le 31 - 05 - 2021

L'Euro-2020 itinérant, disséminé dans 11 villes du continent, s'est avéré une usine à gaz en matière d'organisation, un problème aggravé par la pandémie de Covid-19 et le report d'un an de la compétition.
Retour sur la genèse de ce tournoi au format inédit, qui ne sera a priori pas reconduit à l'avenir:
Juillet 2012. L'Espagne vient tout juste de conquérir son troisième titre majeur consécutif en écrasant l'Italie (4-0) en finale de l'Euro, après le Mondial-2010 et l'Euro-2008. Michel Platini, président de l'UEFA, lance une idée folle: répartir l'édition 2020, celle des 60 ans de la compétition, entre « 12-13 villes dans toute l'Europe ».
L'objectif affiché est de rapprocher la compétition d'un maximum de supporters, et d'y associer toute l'Europe.
Mais la Fifa, par la voix de son N.2 de l'époque Jérôme Valcke, étrille un concept qui « détruit l'esprit de la compétition ». Du côté de certains supporters, notamment ceux qui souhaitent suivre leur équipe sur toute la compétition, les doutes subsistent.
Le projet est néanmoins validé fin 2012 par le comité exécutif de l'instance européenne, écartant trois candidatures « classiques » (Turquie, Azerbaïdjan-Géorgie, Irlande-Ecosse-Pays de Galles).
En 2014, les 13 villes-hôtes sont désignées. Londres obtient l'organisation de la finale dans sa mythique enceinte de Wembley.
Mais les critiques continuent de poindre, sur les distances faramineuses entre Saint-Pétersbourg (Russie), Bakou (Azerbaïdjan) ou Glasgow (Ecosse). Et les défenseurs des droits humains s'inquiètent que l'Azerbaïdjan, au bilan peu flatteur en la matière, soit récompensé en accueillant des matches.
L'avantage de la formule itinérante, pointe l'UEFA, est le peu de travaux à faire pour mettre les stades aux normes.
Pourtant, à Bruxelles, où le stade du Heysel devait être démoli et remplacé pour l'occasion par un ultramoderne « Eurostadium », le chantier ne cesse de prendre du retard. Tant et si bien que fin 2017, l'UEFA retire purement et simplement à la capitale belge ses quatre matches.
Les difficultés d'organisation, tout comme les critiques montantes sur l'impact environnemental de tant de trajets en avion, convainquent l'UEFA de ne pas réitérer l'expérience.
D'autant que Platini, qui avait porté l'Euro itinérant, est depuis tombé en disgrâce, emporté en 2015 dans sa chute par l'ex-patron de la Fifa Sepp Blatter.
En septembre 2018, c'est l'Allemagne qui est désignée pays-hôte de l'édition 2024.
La pandémie de Covid-19 va encore compliquer les choses. Les confinements pour endiguer la progression du coronavirus mettent à l'arrêt total le monde du sport.
Le 17 mars 2020, trois mois avant la date prévue du coup d'envoi, l'UEFA décide de reporter d'un an l'Euro… qui continuera officiellement de s'appeler « Euro-2020 ».
Mais le virus continue de déferler sur l'Europe, et à l'issue d'une saison 2020-2021 à huis clos presque partout, le rêve de voir des stades pleins s'éloigne.
Chaque Etat prenant ses propres dispositions sanitaires, l'imbroglio est démultiplié. L'UEFA souhaite absolument que chaque stade accueille du public, malgré les réticences de plusieurs villes hôtes.
Une rumeur enfle: et si la compétition avait finalement lieu uniquement à Londres, où les stades sont nombreux et la campagne de vaccination bien avancée?
Mais la formule itinérante tient bon.
Au prix de nouveaux sacrifices: Dublin et Bilbao se voient privées de leurs matches, l'UEFA jugeant trop drastiques leurs mesures sanitaires. L'instance européenne déplace en catastrophe vers Séville les rencontres prévues à Bilbao.
Avec 11 villes-hôtes, au lieu des 13 prévues, l'Euro à travers toute l'Europe aura bien lieu. Mais après combien de péripéties…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.