Le FMI s'attend à ce que la reprise post-Covid au Maroc se renforce    Coupe de la CAF/2e tour préliminaire « retour » : La RSB pour confirmer, les FAR pour se surpasser !    Dimanche prochain à 19h45, l'autre classico, l'OM reçoit le PSG    Coupe du Monde Féminine U-20 : Le Maroc affronte la Gambie et non le Sénégal !    Compteur coronavirus : 499 nouveaux cas positifs, 5 décès enregistrés en 24H    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Kénitra : deux arrestations pour trafic illicite de substances psychotropes    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Bonnes feuilles : «France-Algérie les passions douloureuses» de Benjamin Stora    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    En Algérie, aveux téléguidés, faux coupables et machinations policières    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    PIB : le PLF 2022 prévoit une croissance de 3,2%    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2021

« La légitimité passe par le vote », environ 2.000 manifestants, selon des observateurs, ont dénoncé dimanche à Tunis « le pouvoir aux mains d'un seul homme », disant redouter « un retour à la dictature de Ben Ali », après l'adoption par le président Saied de mesures exceptionnelles, cette semaine.
Au milieu d'une foule massée devant le théâtre municipal de Tunis, deux femmes de haute taille se distinguent dans cette manifestation, la plus importante depuis le coup de force du président Kais Saied le 25 juillet.
Jeans et chapeau de paille, Nade, 27 ans, agent administratif, est venue avec sa maman Leila, les cheveux sous un foulard, pour manifester « contre les décisions du président qui bloquent la démocratie ».
« Il n'y a plus de Parlement, il a changé les lois, tout le pouvoir est aux mains d'un seul homme. Il veut tout faire tout seul », fustige la jeune femme.
Blindés, fourgons de police et barrières métalliques pour filtrer le passage d'une zone à l'autre, les forces de sécurité sont déployées en masse sur l'avenue Bourguiba, principale artère de la capitale.
Mercredi, le président Saied a fait publier un décret qui se substitue à divers chapitres de la Constitution, contenant « des mesures exceptionnelles ». Celles-ci pérennisent le gel du Parlement, lui permettent de légiférer par décret, de présider le conseil des ministres, et d'édicter des lois dans tous les domaines.
« On est en train de revenir à l'époque de Ben Ali (1987-2011), à une dictature », s'inquiète Nade, en se joignant à l'un des slogans les plus clamés dimanche: « Constitution, liberté et dignité nationale ».
La jeune fille se dit inquiète car « grâce à la révolution de 2011, la Tunisie avait enfin des droits » qu' »elle ne veut pas perdre ».
Tout près, un sexagénaire est venu aussi « défendre la Constitution ». « Ce n'est pas la Constitution des islamistes, de la gauche ou d'autres, c'est une réflexion qui a associé tout le monde », déplore ce cadre dans l'industrie.
« Pourquoi retirer la Constitution et la remplacer par autre chose. On pouvait l'améliorer mais de façon constitutionnelle, pas comme ça », lance-t-il.
Selon lui, la manifestation rassemble bien au-delà des partisans de l'ancien président Moncef Marzouki qui en était l'un des initiateurs. « Il y a des gens de Al Karama (parti islamo-conservateur, ndlr), beaucoup de gens de gauche, de simples citoyens », explique cet « indépendant ».
Pour lui, le président « a dépassé le cadre de l'article 80 » en invoquant un « péril imminent » pour la sécurité nationale pour justifier son coup de force. « J'ai peur pour mes enfants, la jeunesse, que la Tunisie ne retombe dans une dictature », dit-il.
Kais Saied, élu fin 2019, avait surpris le 25 juillet, en annonçant qu'il limogeait le Premier ministre, suspendait les activités du parlement et s'octroyait aussi le pouvoir judiciaire.
Après des mois de blocage politique et en pleine crise sanitaire du Covid-19 aggravant les difficultés économiques et sociales du pays, ce coup de force avait été accueilli par des scènes de liesse populaire.
Non loin du sexagénaire, une femme agite dans une main un drapeau tunisien et dans l'autre le livret de la Constitution. Pour cette cadre bancaire de 58 ans qui ne veut pas dire son prénom, désormais « le président détient tous les pouvoirs, c'est pire que Ben Ali ».
Quelques slogans fustigent un rôle supposé de la France et critiquent la tenue prochaine du sommet de la Francophonie en Tunisie qui avalise, selon eux, les actions de M. Saied: « França dégage », « Saied, serviteur des colons ».
Ibrahim, 59 ans, porte une pancarte montrant M. Saied qui embrasse l'épaule de son homologue français Emmanuel Macron: « Ce n'est pas contre Macron. J'ai voté pour Saied et ils nous a trahis ».
Samedi, une vingtaine d'organisations de défense des droits humains tunisiennes et internationales ont fustigé dans un communiqué « l'accaparement du pouvoir » par le président, qu'elles ont qualifié de « dérive sans précédent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.