Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une édition professionnelle pour que la lumière revienne aux salles obscures !
Publié dans Albayane le 12 - 10 - 2021


FICAM 2021
DNES à Meknès Mohamed Nait Youssef
Une édition spéciale. Après deux années blanches, le Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès (FICAM) a renoué les liens avec son grand public. Et c'est dans les locaux de l'institut français que cet événement cinématographique se déroule jusqu'au 15 octobre. En effet, le bal a été lancé le lundi 11 octobre. La ville respire enfin un air artistique libre et créatif. «Nous avons l'idée avec l'équipe du FICAM qui se constitue de la fondation Aicha et de l'institut français de Meknès qui ont décidé de maintenir un lien avec le festival international de cinéma d'animation, avec le public des étudiants marocains, mais surtout avec le milieu professionnel international.», nous confie Mohamed Beyoud, directeur artistique du FICAM.
Et d'ajouter : «c'est une édition militante, c'est-à-dire qu'on ne veut pas céder à cette pandémie. Car il faut que la vie revienne. Il faut que la culture revienne et il faut que la lumière revienne dans les salles obscures.»
Les rencontres et les rendez-vous du FICAM sont un temps fort. Autour d'un thé à la menthe, le coup d'envoi de cette édition a été donné en se penchant sur une thématique importante « l'importance d'une résidence dans le développement de l'écriture du film, une leçon de cinéma est donnée par le réalisateur Shen Yi. Au théâtre, les amoureux du cinéma d'animation a été au rendez-vous avec la projection du long métrage « les mondes parallèles » de Yuhei Sakuragi. Sur un grand écran, au jardin de l'institut, le film de Satoshi Kon « Millenium actress » a été projeté sous les étoiles de Meknès.
« Après quasiment deux années blanches, on a décidé d'organiser des rencontres professionnelles autour du festival du film d'animation en invitant une dizaine de personnalités internationales, en invitant une cinquantaine d'étudiants qui viennent de tout le Maroc. Sans oublier également des intervenants marocains, puisque c'est un festival qui se passe au Maroc avec une ouverture sur le Maroc et sur l'Afrique. », explique Mohamed Beyoud.
Selon lui toujours, ce festival qui a été préparé dans l'urgence parce qu'il y avait tout ce contexte et toutes les consignes sanitaires à respecter. « Je pense qu'on s'en sort très bien. Nous sommes très fiers d'organiser cette édition professionnelle.», a-t-il fait savoir.
Depuis sa création, le festival est resté fidèle à sa ligne éditoriale et à ses choix à la fois artistiques et esthétiques. Or, l'organisation d'un tel événement dans les conditions actuelles est une vraie aventure, voire un pari à gagner. « L'idée, c'est d'organiser une édition du festival qui s'adapte au contexte actuel et qui respecte aussi les mesures sanitaires avec une étroite collaboration avec les autorités de la ville parce que nous sommes en perpétuelle discussion avec les autorités de la ville. », précise Mohamed Beyoud.
La nouveauté, dit-il, c'est que les organisateurs sont arrivés à faire un festival et dans un contexte difficile. «On a dans le lot des invités Mohamed Zouhir qui est un grand comédien et metteur en scène marocain et qui est membre du jury, Bruno Coulais qui est un compositeur et une figure de proue du cinéma d'animation et de film en prise de vue réelle. Nous avons aussi Jérémy Clapin qui a réalisé plusieurs films (j'ai perdu mon corps). On a aussi une cinquantaine d'étudiants qui viennent des quatre coins du pays. », a-t-il affirmé. A cela s'aoute deux résidences d'écriture dans le cadre de ce festival : la résidence francophone pour l'écriture d'animation et la résidence de développement.
Quid du FICAM à travers le Maroc ?
C'est désormais une tradition, un rite. Le FICAM Maroc sillonne les villes marocaines à la rencontre de son public (enfants, jeunes ou même adultes). Ce fut toujours un temps forts pour le public des 11 sites des instituts français pour découvrir les nouveautés des films d'animation. « Il y aura des projections à l'IF de Meknès, notamment dans le théâtre et le jardin de l'institut dans le strict respect des mesures sanitaires. On se conforme aussi aux consignes qui nous été transmises par les autorités locales. c'est-à-dire nous sommes à 50 % de capacité des lieux qui accueillent les projections. Or, le FICAM Maroc continue aussi dans tout le réseau à Agadir, El Jadida.... les séances marchent très bien grâce à l'envie des spectateurs de retrouver les salles obscures. », nous déclare Mohamed Beyoud, directeur artistique du festival.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.