Covid-19 au Maroc : 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Compteur Coronavirus : les nouveaux cas continuent leur augmentation, 153 contaminations en 24h    Amélioration de l'école publique : le ministère de l'Education lance un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    La guerre en Ukraine sur fond de crise énergétique internationale, par Yassine Gamal    Températures prévues pour le dimanche 22 mai 2022    Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Les supporters de l'OCK interdits de déplacement à Casablanca    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Boxe: Khadija El Mardi sacrée à Istanbul vice-championne du monde des poids lourds    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane suite à sa consécration à la coupe de la CAF-2022    Bono vainqueur du trophé Zamora    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    ONU : engagement renouvelé aux objectifs du Pacte de Marrakech sur les migrations    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Maroc-Espagne: Plus de 2 600 véhicules ont déjà franchi les frontières    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    PSG où Real Madrid ? Mbappé se prononcera ce week-end    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le cinéma d'animation au Maroc a surtout besoin de formation»
Publié dans Les ECO le 21 - 03 - 2013

Mohamed Beyoud, Directeur artistique du Festival international du film d'animation de Meknès
Les ECO : Quelles sont les nouveautés de la 12e édition du Festival international du film d'animation de Meknès ?
Mohamed Beyoud : La première grande nouveauté est la thématique que nous consacrons au cinéma d'animation belge grâce à notre partenariat avec la délégation de la Wallonie-Bruxelles à Rabat. Nous accueillons ainsi de grandes personnalités de l'animation belge : Raoul Servais, réalisateur de renom, Vincent Patar et Stéphane Aubier, reconnus pour leur immense talent et leur humour décalé, Jung, auteur de BD et réalisateur du remarquable «Couleur de peau : miel» et enfin Vincent Gilot, responsable de l'option cinéma d'animation à la prestigieuse école d'art belge «la Cambre». Nous recevons également Peter Lord et pour nous c'est une fierté, lequel présentera les coulisses de la fabrication de son dernier long-métrage : «Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout» (nominé aux Oscars 2013). Peter Lord est le cofondateur des studios Aardman (Wallace et Gromit, Chicken run, Shaun the sheep). Ce dernier présentera à Meknès les marionnettes du son film, ce qui constitue un véritable évènement pour les amoureux du cinéma d'animation. Nous avons également et pour la première fois une librairie FICAM qui permet au public d'acquérir des DVD ainsi que des ouvrages en lien avec le cinéma d'animation et la possibilité de les faire dédicacer par les auteurs et réalisateurs invités. FICAM comporte aussi un volet formation. Nous comptons parmi nos partenaires Canal France international (CFI) et son projet Maarifa qui consiste à accompagner de jeunes réalisateurs arabes du pourtour méditerranéen, dont deux sont issus de nos ateliers de formation : Amine Beckoury et Aziz Oumoussa.
Comment sélectionnez-vous les films en lice ?
Personnellement, je me déplace dans les festivals internationaux et notamment celui d'Annecy qui est le plus grand festival de film d'animation au monde. Je m'y rends tous les ans. J'ai eu la chance de découvrir «Ernest et Célestine» (César 2013 du film d'animation) à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Pour ce qui est de la compétition internationale du court-métrage d'animation, nous avons reçu 200 films d'animation que nous avons soumis à un jury de présélection qui en a choisi une quarantaine, lesquels seront présentés pendant le festival. Nous nous appuyons également sur un réseau international de professionnels de l'animation qui nous permettent de coller à l'actualité de l'animation internationale.
Le cinéma d'animation a-t-il un public ? Une demande ?
Oui, bien sûr. Nous attendons plus de 7.000 enfants qui assisteront aux projections scolaires. Nous leur proposons des programmes de courts et de longs-métrages adaptés avec la possibilité d'une exploitation pédagogique en classe. Nous avons des séances familiales en soirée et pendant le week-end. Nous accueillons des étudiants de tout le Maroc qui se déplacent à Meknès. Des étudiants d'écoles d'art nous rendent visite en voyages organisés. Si nous avons une programmation pointue, comme la compétition internationale du court-métrage d'animation, les cartes blanches, les Masters Class, c'est que nous savons qu'il y a un public en face.
Comment se porte le cinéma d'animation au Maroc ?
Le cinéma d'animation au Maroc a besoin surtout de formation. Les jeunes artistes marocains, de notre point de vue, ont besoin de se former à l'écriture scénaristique et de s'ouvrir sur d'autres formes du cinéma d'animation universel en dehors des standards commerciaux. FICAM représente une belle occasion pour ces jeunes de se confronter à des artistes chevronnés mais aussi à des professionnels : producteurs, story-boarders, responsables de studios qui peuvent les aider en matière de montage de dossiers et demandes de financement auprès des chaînes de télévision par exemple.
Comment est né ce festival et pourquoi avoir choisi la ville de Meknès ?
C'est Meknès qui a choisi ce festival et l'a adopté. Nous aimons cette ville, ses remparts, ses greniers du Sultan Moulay Ismaïl, son patrimoine architectural moderne et son public. Vous savez, les plus grands festivals en France ne sont pas à Paris. Je peux vous citer des exemples comme le festival d'Avignon ou les Francofolies de la Rochelle. Le FICAM a de l'impact dans une ville comme Meknès. Nous programmons des projections et des rencontres dans plusieurs endroits entre la ville nouvelle et la médina, avec une grande facilité de déplacement. Nous sommes, de plus, très soutenus par les autorités et les institutions de la ville : La wilaya de la Région Meknès-Tafilalet, la Commune urbaine de Meknès, la direction régionale de la culture de la région Meknès-Tafilalet et la délégation de la jeunesse et des sports. Enfin, autre argument de taille parmi tant d'autres, Les conserves de Meknès-Aïcha, coorganisateur du FICAM avec l'Institut français de la ville, est à Meknès. Pourquoi donc aller ailleurs ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.