Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»
Publié dans Albayane le 14 - 10 - 2021

Entretien exclusif avec Bruno Coulais, compositeur de musique de film
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Bruno Coulais est une figure emblématique de la musique de film. Au début, il a eu une formation musicale classique, mais sa rencontre avec Françoise Reichenbach a tout changé. Il se dirige alors vers la composition. Il lui confie alors l'écriture de la musique originelle du documentaire « Mexico Magico ». «Ce n'est pas ce que je voulais faire au début. Mais, peu à peu j'ai pris du goût à la relation de la musique avec l'image. », a-t-il confié. Pour lui, la lumière des films est très importante parce qu'elle conditionne la tonalité et l'orchestration. «J'ai besoin de me sentir en confiance, sentir que le projet de film est passionnant pour la musique parce que parfois il y a de très beaux films qui n'ont pas besoin de musique. Là, il faut avoir l'honnêteté de les refuser parce que la musique abîmera le film. », a-t-il affirmé.
Dans sa musique, Bruno Coulais ne laisse rien au hasard, mais les rencontres avec les cinéastes demeurent importantes, voire indispensables.
«J'ai pas envie de considérer la musique de film comme une industrie, comme une relation étroite avec les studios. Pour moi, c'est la relation avec le cinéaste qui m'intéresse », a-t-il fait savoir. Les propos.
Al Bayane : une question très courte : pourquoi la musique de film sachant que vous avez fait une formation musicale classique (études du piano et du violon) ?
Bruno Coulais : C'est absolument un hasard parce que j'ai fait, certes, des études de la musique classique, mais pendant un stage dans un auditorium à Paris, j'ai rencontré François Reichenbach qui savait que je composais. Alors, il m'a demandé de lui créer de la musique pour un film puis un second, puis un troisième alors que j'avais 18 ans.
Parlez-nous justement de vos débuts ? Est-il le domaine que vous aimiez?
Ce n'est pas ce que je voulais faire au début. Mais, peut à peut j'ai pris du goût à la relation de la musique avec l'image. Et je ne me suis pas surtout passionné pour le cinéma.
À Paris, on avait la chance de pouvoir voir tous les films du passé, même les grands américains et les cinéastes italiens. J'ai erré dans les salles du quartier latin. Puis je suis devenu très cinéphile. Après, de films en films, j'ai eu la chance peut être de faire des rencontres fortes.
Pensez-vous que les réalisateurs accordent une place si importante à la musique dans leurs films sachant qu'une musique peut même être un personnage à part entière ?
J'ai commencé avec le cinéma d'auteur, et surtout avec beaucoup de cinéastes auteurs qui se méfiaient un peu de musique. C'est une bonne école parce qu'elle m'a appris de mettre de la musique, comment l'utiliser et quelle relation elle pouvait avoir avec le film ou pas.
Il n'y a pas certainement de hasard dans votre musique, faite pour des films et rimant avec les lumières et les images. A vrai dire, vos choix sont très minutieux. Peut-on dire alors que c'est un choix esthétique de votre part ?
Oui. D'abord, la lumière des films qui est très importante pour moi parce qu'elle conditionne la tonalité, l'orchestration. Et puis la curiosité qui est l'une des raisons de mon amour pour le cinéma d'animation parce que ce n'est pas à chaque fois dans le réalisme. Et la musique devient un personnage très fort. Or, chaque film d'animation est très différent de l'univers de l'autre et d'un film à l'autre. Puis, ce sont les rencontres avec les cinéastes avec lesquels ça va marcher ou pas.
C'est-à-dire ?
J'ai besoin de me sentir en confiance, sentir que le projet de film est passionnant pour la musique parce que parfois il y a de très beaux films qui n'ont pas besoin de musique. Là, il faut avoir l'honnêteté de les refuser parce que la musique abîmera le film. Autrement dit, la rencontre est importante.
Les finalités esthétiques avec les cinéastes sont-elles indispensables ?
Justement parce qu'il y a des rencontres esthétiques qui sont très fortes et qui auront une suite dans la collaboration.
Vous avez une carrière discrète. Pourquoi ?
Parce que je suis très artisanal et je fais tout. Je fais mes orchestrations, et je n'ai pas envie de considérer la musique de film comme une industrie, comme une relation étroite avec les studios. Pour moi, c'est la relation avec le cinéaste qui m'intéresse. J'ai fait plus de 200 films, mais l'avantage du musicien de film c'est qu'on est un peu dans l'ombre, et ça me va tout à fait.
Votre style musical est puisé dans plusieurs genres et écoles musicaux. Et pour être un bon musicien, il doit avoir peut être une oreille sensible et intelligente aux autres musiques du monde. Quelles sont en fait vos sources d'inspirations ?
Ce sont d'abord la lumière et les couleurs. Chez les compositeurs, ce sont les musiciens classiques qui m'ont inspiré, mais aussi les contemporains. Sans oublier le Jazz, la musique ethnique. J'ai beaucoup travaillé avec les gens qui venaient de cultures musicales très différentes. Toutes les musiques m'intéressent. Par ailleurs, le cinéma permet la collaboration avec les musiciens irlandais, égyptiens et autres. Et tout ça m'a énormément enrichi parce qu'on sort un peu du confort de son studio pour découvrir d'autres façons de faire de la musique et d'autres façons de l'envisager.
Que pensez-vous de la musique marocaine ?
La musique marocaine est très inspirante. C'est une musique d'une grande beauté qui est en fait difficile pour moi sur le plan de la collaboration parce qu'il y a des modes qui sont très particuliers et qui n'appartiennent, heureusement, qu'au Maroc. C'est très difficile pour moi d'écrire quelque chose que je ne connais pas assez. Mais, pour moi, c'est très fort et très bouleversant. Il y a une grande sensualité dans cette musique. Luth est un instrument que j'aime en particulier.
Y a-t-il une différence entre la musique de film d'animation et celle d'un simple film de fiction ?
La différence, c'est peut être le fait que le cinéma d'animation soit moins encré dans le réel, la musique compte plus de place. L'autre avantage, comme le processus est très long, on a du temps pour l'élaboration du film, de changer d'avis, d'expérimenter parce que j'adore expérimenter... donc le cinéma d'animation est une chose qui m'inspire énormément.
Le domaine du cinéma est confronté à la mondialisation, à un marché voire une industrie. Qu'en est-il de la créativité et de la liberté dans un domaine où l'argent et la consommation priment ?
Il faut essayer d'être sincère et de ne pas considère ça comme un marché mais plutôt comme une passion et une nécessité. Le jour où j'aurai plus faire de la musique de film, j'arrêterai. Il faut que ce soit une chose nécessaire et pas uniquement une affaire professionnelle ou commerciale. Il faut résister aussi à cette espèce de l'uniformisation de la musique de film.
Nietzsche disait la chose suivante: «la vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Qu'en dites-vous ?
Je me dis parfois qu'il faut faire autre chose, mais le problème c'est que je ne sais pas faire autre chose. C'est un rêve d'enfance ! Se réveiller chaque matin en se disant qu'on va faire de la musique est un bonheur quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.