Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Météo Maroc: faibles pluies dans certaines régions ce dimanche    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»
Publié dans Albayane le 13 - 10 - 2021

Entretien exclusif avec Bruno Coulais, compositeur de musique de film
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Bruno Coulais est une figure emblématique de la musique de film. Au début, il a eu une formation musicale classique, mais sa rencontre avec Françoise Reichenbach a tout changé. Il se dirige alors vers la composition. Il lui confie alors l'écriture de la musique originelle du documentaire « Mexico Magico ». «Ce n'est pas ce que je voulais faire au début. Mais, peu à peu j'ai pris du goût à la relation de la musique avec l'image. », a-t-il confié. Pour lui, la lumière des films est très importante parce qu'elle conditionne la tonalité et l'orchestration. «J'ai besoin de me sentir en confiance, sentir que le projet de film est passionnant pour la musique parce que parfois il y a de très beaux films qui n'ont pas besoin de musique. Là, il faut avoir l'honnêteté de les refuser parce que la musique abîmera le film. », a-t-il affirmé.
Dans sa musique, Bruno Coulais ne laisse rien au hasard, mais les rencontres avec les cinéastes demeurent importantes, voire indispensables.
«J'ai pas envie de considérer la musique de film comme une industrie, comme une relation étroite avec les studios. Pour moi, c'est la relation avec le cinéaste qui m'intéresse », a-t-il fait savoir. Les propos.
Al Bayane : une question très courte : pourquoi la musique de film sachant que vous avez fait une formation musicale classique (études du piano et du violon) ?
Bruno Coulais : C'est absolument un hasard parce que j'ai fait, certes, des études de la musique classique, mais pendant un stage dans un auditorium à Paris, j'ai rencontré François Reichenbach qui savait que je composais. Alors, il m'a demandé de lui créer de la musique pour un film puis un second, puis un troisième alors que j'avais 18 ans.
Parlez-nous justement de vos débuts ? Est-il le domaine que vous aimiez?
Ce n'est pas ce que je voulais faire au début. Mais, peut à peut j'ai pris du goût à la relation de la musique avec l'image. Et je ne me suis pas surtout passionné pour le cinéma.
À Paris, on avait la chance de pouvoir voir tous les films du passé, même les grands américains et les cinéastes italiens. J'ai erré dans les salles du quartier latin. Puis je suis devenu très cinéphile. Après, de films en films, j'ai eu la chance peut être de faire des rencontres fortes.
Pensez-vous que les réalisateurs accordent une place si importante à la musique dans leurs films sachant qu'une musique peut même être un personnage à part entière ?
J'ai commencé avec le cinéma d'auteur, et surtout avec beaucoup de cinéastes auteurs qui se méfiaient un peu de musique. C'est une bonne école parce qu'elle m'a appris de mettre de la musique, comment l'utiliser et quelle relation elle pouvait avoir avec le film ou pas.
Il n'y a pas certainement de hasard dans votre musique, faite pour des films et rimant avec les lumières et les images. A vrai dire, vos choix sont très minutieux. Peut-on dire alors que c'est un choix esthétique de votre part ?
Oui. D'abord, la lumière des films qui est très importante pour moi parce qu'elle conditionne la tonalité, l'orchestration. Et puis la curiosité qui est l'une des raisons de mon amour pour le cinéma d'animation parce que ce n'est pas à chaque fois dans le réalisme. Et la musique devient un personnage très fort. Or, chaque film d'animation est très différent de l'univers de l'autre et d'un film à l'autre. Puis, ce sont les rencontres avec les cinéastes avec lesquels ça va marcher ou pas.
C'est-à-dire ?
J'ai besoin de me sentir en confiance, sentir que le projet de film est passionnant pour la musique parce que parfois il y a de très beaux films qui n'ont pas besoin de musique. Là, il faut avoir l'honnêteté de les refuser parce que la musique abîmera le film. Autrement dit, la rencontre est importante.
Les finalités esthétiques avec les cinéastes sont-elles indispensables ?
Justement parce qu'il y a des rencontres esthétiques qui sont très fortes et qui auront une suite dans la collaboration.
Vous avez une carrière discrète. Pourquoi ?
Parce que je suis très artisanal et je fais tout. Je fais mes orchestrations, et je n'ai pas envie de considérer la musique de film comme une industrie, comme une relation étroite avec les studios. Pour moi, c'est la relation avec le cinéaste qui m'intéresse. J'ai fait plus de 200 films, mais l'avantage du musicien de film c'est qu'on est un peu dans l'ombre, et ça me va tout à fait.
Votre style musical est puisé dans plusieurs genres et écoles musicaux. Et pour être un bon musicien, il doit avoir peut être une oreille sensible et intelligente aux autres musiques du monde. Quelles sont en fait vos sources d'inspirations ?
Ce sont d'abord la lumière et les couleurs. Chez les compositeurs, ce sont les musiciens classiques qui m'ont inspiré, mais aussi les contemporains. Sans oublier le Jazz, la musique ethnique. J'ai beaucoup travaillé avec les gens qui venaient de cultures musicales très différentes. Toutes les musiques m'intéressent. Par ailleurs, le cinéma permet la collaboration avec les musiciens irlandais, égyptiens et autres. Et tout ça m'a énormément enrichi parce qu'on sort un peu du confort de son studio pour découvrir d'autres façons de faire de la musique et d'autres façons de l'envisager.
Que pensez-vous de la musique marocaine ?
La musique marocaine est très inspirante. C'est une musique d'une grande beauté qui est en fait difficile pour moi sur le plan de la collaboration parce qu'il y a des modes qui sont très particuliers et qui n'appartiennent, heureusement, qu'au Maroc. C'est très difficile pour moi d'écrire quelque chose que je ne connais pas assez. Mais, pour moi, c'est très fort et très bouleversant. Il y a une grande sensualité dans cette musique. Luth est un instrument que j'aime en particulier.
Y a-t-il une différence entre la musique de film d'animation et celle d'un simple film de fiction ?
La différence, c'est peut être le fait que le cinéma d'animation soit moins encré dans le réel, la musique compte plus de place. L'autre avantage, comme le processus est très long, on a du temps pour l'élaboration du film, de changer d'avis, d'expérimenter parce que j'adore expérimenter... donc le cinéma d'animation est une chose qui m'inspire énormément.
Le domaine du cinéma est confronté à la mondialisation, à un marché voire une industrie. Qu'en est-il de la créativité et de la liberté dans un domaine où l'argent et la consommation priment ?
Il faut essayer d'être sincère et de ne pas considère ça comme un marché mais plutôt comme une passion et une nécessité. Le jour où j'aurai plus faire de la musique de film, j'arrêterai. Il faut que ce soit une chose nécessaire et pas uniquement une affaire professionnelle ou commerciale. Il faut résister aussi à cette espèce de l'uniformisation de la musique de film.
Nietzsche disait la chose suivante: «la vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Qu'en dites-vous ?
Je me dis parfois qu'il faut faire autre chose, mais le problème c'est que je ne sais pas faire autre chose. C'est un rêve d'enfance ! Se réveiller chaque matin en se disant qu'on va faire de la musique est un bonheur quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.