Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'allient    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Service militaire 2022 : début de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'angoisse hydrique dans le Souss
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2022

On reviendra sur la situation inquiétante qui taraude la région du Souss, en matière de ressources hydrauliques. Les retenues en eau des principaux barrages du Grand Agadir ne dépassent guère un peu plus de 15% en cette fin de l'an 2021. Un piètre taux de remplissage qui augure d'une saison agricole désastreuse, dont les effets ne tardent nullement à révéler les prémices d'une crise hydrique gravissime.
Pis encore, la soif aiguë parmi les patelins les plus reculés de la région rôde dans les parages et menace de semer sans pitié les angoisses à grandes échelles. Dans nombre de zones de la région, l'indigence hallucinante de l'eau incite les Autorités à procéder à des coupures de la denrée vitale, du fait que les barrages à sec ne sont plus en mesure d'alimenter en suffisance les agglomérations urbaines et leurs environs.
La rareté de l'eau met donc en péril aussi bien les populations atrocement assoiffées que les cheptels et les terres agricoles. Et ce, en dépit des mesures palliatives, mises en place par le conseil régional notamment, depuis déjà des lustres, pour assurer l'approvisionnement en eau de manière régulière. Il est à noter qu'au titre de l'année 2020, les réserves d'eau dans ces barrages frôlaient un taux d'environs 33% soit un peu plus de la moitié par rapport à la période actuelle. La pénurie pluviométrique à priori, demeure la conséquence essentielle de l'état critique dont pâtit affreusement toute cette zone sinistrée.
A titre indicatif, on citera le volume de bourrage de principaux barrages de la région en particulier Abdelmoumen avec 3, 59% de sa capacité, Ibn Tachfine à 17,49, My Abdallah à 13, 95. L'ampleur de ce constat est alarmante qui, outre l'aspect climatique, révèle que les précédents gouvernements se sont désengagés par rapport aux dispositions prévues à l'accord-cadre « de préservation et développement des ressources hydriques », paraphé en 2007.
En effet, cette démarche à laquelle faisaient partie des intervenants dans le secteur de l'eau, tant du corps administratif que représentatif, se donnait comme objectif, la dotation en barrages, la mise place de lacs à même de mobiliser l'eau dans les vallées, la mise en œuvre de dispositif de transition vers une irrigation structurée dans les périmètres à grandes surfaces...
Où en est-on aujourd'hui, après 15 ans de cette entreprise partenariale entre particulièrement le conseil régional de Souss Massa et le ministère de tutelle ? Pas grand-chose, sachant que ce fut une première afférente à la problématique de l'eau. Il aurait fallu se focaliser sur les conclusions de ladite convention qui a nécessité un labeur colossal, au lieu de se lancer actuellement à mettre en avant un plan d'urgence, comme récemment déclaré lors d'une séance parlementaire.
Il est insensé d'ignorer tout cet effort déployé avec rigorisme et civisme, au terme duquel il s'est achevé sur des mesures concertées, adoptées par le conseil supérieur de l'eau et du climat, à la base du plan directeur de l'aménagement intégré des ressources hydriques, validées par le conseil de la région, le 31 janvier 2007. On mentionnera, à cet effet, à titre d'exemple, l'article 4 qui stipule « mobilisation des eaux de surface, à travers la mise en place de 22 petits barrages et de barrages collinaires d'un investissement global de 804 millions de dhs, étalés sur une décennie ainsi que cinq grands et moyens barrages dont le coût s'élève à 1,6 milliards de dirhams».
C'est là un décrochage ahurissant d'efforts et de fonds, dû souvent par cette habitude de tout changer dès qu'on change de responsables à la tête de tel ou tel département. L'eau est une matière vitale au dessus de tout clivage et d'état d'âme!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.