Tragédie de Mellilia : l'UE confirme le récit du Maroc et pointe le doigt vers l'Algérie    CAN féminine : Le Sénégal bat le Burkina Faso (1-0)    Phosphates et dérivés: les exportations marocaines ont doublé à fin mai    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    Le Parlement andin tient sa session ordinaire à Laâyoune    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Hausse de 173% par rapport à 2021    France : L'épreuve de feu pour Borne II    Rabat: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Fatima-Ezzahra Aboufaras et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent en Taekwondo    Covid. 11 nouveaux décès au Maroc ces dernières 24h    Covid: le ministère appelle les Marocains à effectuer « d'urgence » leur dose de rappel    Phosphates et dérivés: Les exportations ont doublé à fin mai    La Bourse de Casablanca termine en nette baisse    Sahara. Nasser Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    L'euro au plus bas depuis 2002, l'économie de l'UE à la merci des vicissitudes internationales    Campagne agricole 2021-2022 : baisse de 69% des trois principales céréales    Maroc/Covid-19: 3.849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Clap de fin pour le Trophée Hassan II Tbourida 2022    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Températures prévues pour le mercredi 06 juillet 2022    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Alerte Météo : Vague de chaleur du mercredi au samedi avec des températures allant jusqu'à 45°C    La Cedeao a un nouveau président    Météo au Maroc: les prévisions du mardi 5 juillet    Aïd al-Adha au Maroc: la demande estimée à environ 5,6 millions de têtes    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    Baccalauréat-2022 : Un taux de réussite de 97% chez les candidats non-voyants    France/Covid: la pression hospitalière augmente, le système de santé «à bout de souffle»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicaragua : Daniel Ortega « ferme » les Universités et dissout les ONG
Publié dans Albayane le 10 - 02 - 2022


Nabil EL BOUSAADI
La crise politique et sociale que traverse le Nicaragua depuis Avril 2018 s'est accentuée après les élections générales controversées du 7 novembre dernier qui avaient été qualifiées de farce par les Etats-Unis, l'Union européenne et une grande partie de la communauté internationale et à l'issue desquelles le président Daniel Ortega avait rempilé pour un cinquième mandat qui est aussi son quatrième mandat consécutif et le deuxième avec son épouse Rosario Murillo en tant que vice-présidente.
Aussi, après s'en être pris à tous ses opposants politiques et à toutes les ONG qui contestent sa gestion du pouvoir, le président Nicaraguayen Daniel Ortega avait fait adopter, le 7 janvier dernier, par les députés du Front Sandiniste de Libération du Nicaragua (FSLN), le parti au pouvoir, une loi créant trois nouvelles universités publiques en remplacement des six principales universités privées du pays, fermées 5 jours plus tôt et retiré les permis d'exploitation de 11 ONG nicaraguayennes outre les 80 organisations civiles à but non lucratifs frappées d'interdiction depuis décembre 2018.
Le décret en vertu duquel ces ONG ont été annulées qui concerne également trois ONG américaines et trois autres européennes, a été adopté lors d'une « procédure d'urgence » après l'approbation de 85 députés sur les 91 qui composent le Parlement puisque les 6 députés qui n'avaient pas voté étaient absents.
Le gouvernement de Managua a également procédé à l'annulation des permis d'exercer initialement accordés à 5 universités étrangères au Nicaragua en invoquant une « violation de la loi ».
Il est officiellement reproché aux associations concernées de n'avoir pas fourni leurs rapports financiers au Département de l'enregistrement et du contrôle des associations à but non lucratif du ministère de l'Intérieur et aux Universités visées non seulement de s'être abstenues de lui communiquer leur situation financière mais, également, d'être gérées par un « Conseil d'Administration sans tête » même si la réalité est autre.
Ainsi, UPOLI, l'Université polytechnique du Nicaragua, à but non lucratif qui fut l'une des plus réputées du pays et un bastion des manifestations antigouvernementales qui avaient eu lieu entre Avril et Juin 2018, lorsque des dizaines d'étudiants s'y étaient retranchés pour ne point être arrêtés par la police au plus fort d'une crise qui avait fait plusieurs centaines de morts, a été remplacée par l'Université Nationale Polytechnique (UNP).
Or, même si le Conseil National des Universités (CNU) de l'Etat a promis que les étudiants ne seraient pas affectés dans leur carrière ou dans leurs diplômes et qu'ils bénéficieront d'une réduction de leurs frais de scolarité dès lors qu'ils seront inclus dans le système d'éducation du gouvernement, il est clair que l'intention manifeste de l'Etat n'est pas, comme il s'acharne à vouloir le faire croire, de « nationaliser » l'enseignement supérieur mais plutôt de museler tout foyer potentiel d'opposition au régime.
Mais si toutes ces raisons ont poussé le Sous-secrétaire d'Etat américain, Brian Nichols, à affirmer que le Nicaragua serait sur le point d'être expulsé de l'Organisation des Etats Américains (OEA) après que la Chambre des représentants des Etats-Unis ait imposé des sanctions aux responsables nicaraguayens à l'issue des élections contestées de novembre dernier, il y a lieu de signaler que Denis Moncada, le chef de la diplomatie nicaraguayenne, lui avait rétorqué que le gouvernement de Managua avait entamé le processus de retrait de l'OEA au moment-même où, en faisant montre d'interventionnisme, cette organisation régionale « contrôlée par les Etats-Unis » avait dénoncé l'illégitimité des élections nicaraguayennes de Novembre dernier.
De quoi demain sera-t-il fait au Nicaragua après la fermeture de tous ces « foyers de tensions » que constituaient les Universités et la dissolution de toutes ces ONG ?
Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.