Récit de vie : Gabriel BANON se raconte    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    Revue de presse quotidienne de ce lundi 15 août 2022    Carburants : Nouvelle baisse des prix à la pompe    TGR: Très bonne récolte fiscale en juillet    Chine : L'usine Tesla de Shanghai a produit un million de véhicules en trois ans    Convention de partenariat : La famille de l'enseignement bénéficie de plus de 140.000 voyages subventionnés par autocars    Afghanistan: les talibans célèbrent le premier anniversaire de leur retour au pouvoir    USA: Un mort et 4 blessés dans une fusillade en Arizona    USA: Un homme se tue après avoir percuté une barricade près du Capitole    CAN Maroc-2023 (U23): tirage au sort des éliminatoires le 18 août au Caire    Coupe Davis: Le Maroc s'offre l'Algérie et le billet du Groupe ll    Jeux de la solidarité islamique: Participation marocaine : Mi-figue, mi-raisin    Berkane : Célébration du sacre de la RSB en Coupe du Trône    Ceuta : 11 mineurs marocains tentant de traverser le Détroit de Gibraltar secourus    Vahid Halilhodzic a peine débarqué déjà sollicité    Des journées de sensibilisation à Dakhla sur la protection du littoral    Marrakech : Un adolescent abuse sexuellement de sa cousine de 5 ans    Casablanca : 8 ans de réclusion criminelle pour un repris de justice qui a tué son ami    Allemagne : Un Marocain poursuivi pour le meurtre de son ex-petite amie et son enfant    Saïdi Resorts : Nass El Ghiwane fait vibrer jeunes et adultes    23ème festival cèdre universel du court-métrage à Ifrane    Subvention : À la rescousse des salles de cinéma    Premier League : Chelsea - Tottenham (2-2) Un match spectaculaire, une fin de match musclée et inhabituelle    La météo pour ce lundi 15 août    Le vaccin contre la Covid-19 aurait moins d'effets secondaires chez les femmes enceintes    6 millions de jeunes de moins de 24 ans, un atout si nous le voulons !    Cours des devises du lundi 15 août 2022    Kitesurf : Le «Dakhla Downwind Challenge» de retour pour une 7e édition    Norvège: deux véhicules tombent à l'eau après l'effondrement d'un pont    Météo : les températures prévues pour ce lundi 15 août 2022    Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Les retenues des barrages en déficit de 306 millions de m3 par rapport à 2021    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    Égypte: 41 morts et 14 blessés dans l'incendie d'une église    Polisario : Bachir Mustapha Sayed tacle Brahim Ghali sur la «guerre contre le Maroc»    Céréales ukrainiennes: Un premier navire de l'ONU prêt à partir    Une délégation du Congrès américain arrive à Taïwan dans la foulée de la visite de Pelosi    Le Polisario : «Il est trop tôt pour parler de trêve» avec le Maroc    Oued Eddahab, le « Tanger du Sud Marocain »    Accords d'Abraham : Le sommet anniversaire annulé    Kénitra : Le soulèvement de 1954, une épopée héroïque    Egypte: L'incendie d'une église au Caire fait 41 morts    « Into The Wild » : électro et techno in the house    Art contemporain : Mustaqbal, les artistes de demain    Danse : Meknès déroule son freestyle    « Casa del Mar » repère architectural à valeur historique    Salman Rushdie sous ventilateur après avoir poignardé, pourrait perdre un œil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre nostalgie et spiritualité
Publié dans Albayane le 13 - 04 - 2022

Par Aimad Ouhakki Mexico – MAP
Depuis près de 10 ans, Rina, une mexicaine d'origine pakistanaise, fabrique et vend des sucreries et des décorations traditionnelles du Ramadan dans l'un des quartiers populaires de la banlieue de la capitale Mexico.
Pour cette quarantenaire, il ne s'agit pas simplement d'un gagne-pain saisonnier dans cette région qui compte une importante communauté musulmane, mais plutôt un engagement à célébrer les coutumes ramadanesques dans une ambiance de spiritualité teintée de nostalgie.
Rina fait partie des milliers de musulmans vivant au Mexique, qui veillent chaque année à célébrer le mois sacré de la même manière que dans leurs pays d'origine, dans le respect des valeurs musulmanes.
A la veille de chaque Ramadan, Rina s'empresse d'accrocher des décorations murales et d'aménager le coin prière, tout en préparant des mets traditionnels pour s'imprégner de l'atmosphère unique du mois sacré, confie-t-elle dans une déclaration à la MAP.
Les évènements religieux sont « une opportunité incontournable pour nous autres musulmans, en tant que minorité dans ce pays, d'accomplir nos rites religieux dans une ambiance de solidarité et de fraternité », affirme Rina qui est arrivée au Mexique avec ses parents lorsqu'elle était âgée de 15 ans.
Pour sa part, Ayoub, un Marocain qui réside au Mexique depuis trois ans, estime que le mois sacré est une occasion de renouer avec la culture et les traditions islamiques malgré l'éloignement de la mère patrie, soulignant que "la célébration de ce mois renforce notre lien en tant que musulmans avec notre religion et notre culture. »
Doctorant dans une université mexicaine, Ayoub évoque avec nostalgie les journées du Ramadan au Maroc, de l'ambiance des marchés, des tables de l'Iftar aux prières de Tarawih, avouant qu'il tente autant que possible de recréer cette atmosphère qui lui manque tant avec ses camarades musulmans à l'université.
Tout au long du Ramadan, il dit fréquenter assidûment le Centre de la communauté musulmane de Polanco à Mexico, où il retrouve un peu l'ambiance familiale autour de repas collectifs de ruptures du jeûne.
Les centres islamiques et les mosquées dans les pays non musulmans jouent un rôle important lors des fêtes religieuses et contribuent à maintenir le lien avec la culture et les traditions islamiques, assure Muhammad Mansour, imam du Centre culturel islamique de Mexico.
Dans une déclaration à la MAP, M. Mansour souligne qu'outre les prières, le Centre rassemble les membres de la communauté musulmane autour de tables de l'iftar et des veillées de récitation du Coran.
Cet imam égyptien, qui supervise la gestion de ce centre depuis près de cinq ans, s'est installé au Mexique depuis plus de dix ans. Pour lui, ces espaces jouent également un rôle à la fois éducatif et social important, car ils contribuent à la promotion du sentiment d'appartenance à la religion musulmane et l'éducation des jeunes aux valeurs et enseignements islamiques.
À cet égard, il évoque l'organisation de cours de récitation et déclamation du saint Coran pour les enfants, notant que ces rendez-vous connaissent un engouement particulier de la part de la communauté musulmane.
Le Ramadan revêt cette année une importance particulière pour la communauté musulmane du Mexique, après le retour progressif à la vie normale et la reprise des rassemblements dans les mosquées et les centres islamiques qui avaient été suspendus en raison des restrictions liées à la crise sanitaire, a-t-il relevé. On estime à environ 4.000 le nombre de musulmans établis au Mexique, la plupart étant installés dans la capitale, et certains à Cancún et au Yucatán.
La présence de la communauté musulmane dans le pays d'Amérique latine a été liée à l'immigration de Syriens, de Libanais et de Pakistanais au début des années 1990, et d'un nombre moins important de Turcs et de Maghrébins.
Outre la diaspora musulmane, le nombre de Mexicains se convertissant à l'islam augmente en particulier dans l'Etat méridional du Chiapas, devenu un centre pour les musulmans issus de la population indigène du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.