Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aujourd'hui, le Maroc est un pourvoyeur de paix à l'échelle régionale, continentale et internationale
Publié dans Albayane le 19 - 04 - 2022


Abdelkader Filali, PDG du Centre
Par Saad Abou Dihaj –MAP
Comment est née l'idée de créer ce centre international ? Pourquoi la ville de Dakhla ?
L'idée de créer un Centre de recherches sur la prévention des enfants soldats est née après une réflexion approfondie et une étude minutieuse des sujets traitant ce phénomène par les groupes de réflexion et les centres de recherche internationaux similaires. Il en ressort que les recherches sur le sujet souffrent d'un biais de sélection.
Le choix a été porté sur Dakhla pour mettre en place ce Centre de recherches, partant du fait que cette ville connait un rayonnement national, continental et international.
La perle du Sud est aujourd'hui un carrefour économique, diplomatique, touristique et culturel par excellence, et pourquoi pas ne deviendra pas un melting-pot des recherches académiques favorisant l'échange scientifique aux niveaux continental et international.
Le choix de Dakhla pour accueillir ce centre d'envergure reflète l'engagement du Royaume en faveur de la lutte contre le recrutement des enfants-soldats. L'implication du Maroc est motivée par l'adoption, en 2020, des Principes de Vancouver qui encadrent la protection des enfants en temps de conflits et met un terme à leur exploitation par les groupes et milices armées dans le monde.
Aujourd'hui, le Maroc est un pourvoyeur de paix à l'échelle régionale, continentale et internationale, à travers divers mécanismes et instruments, que ce soient en Afrique ou dans d'autres pays. Le Royaume est actuellement classé parmi les 11 premiers pays contributeurs en casques bleus dans le monde et deuxième dans le monde arabe après l'Egypte.
Quels sont les outils de travail mis à la disposition du Centre pour mieux mener sa mission ?
Le Centre dispose de mécanismes et d'outils de haut niveau, des équipements développés et certains logiciels de programmation portant sur l'intelligence artificielle et gérés par des experts et des ingénieurs, le but étant de contrôler et d'assurer le suivi de l'endoctrinement et l'enrôlement des enfants par les milices armées en Afrique ou certains pays d'Amérique latine, entre autres.
Cette structure de recherche comprend également un espace dédié à l'accueil des chercheurs internationaux, d'étudiants en master et doctorat de par le monde et des personnes intéressées par la question des enfants-soldats dans le monde, dans l'optique de leur octroyer des bourses de recherches.
A votre avis, quels sont les rôles du Centre pour lutter contre le recrutement des enfants-soldats?
Le Centre va se pencher de manière anticipative sur l'examen et le suivi du phénomène du recrutement des enfants-soldats dans le monde entier.
Dans ce cadre, le Centre de recherches dispose de cadres et d'académiciens issus de tous les continents qui seront dotés de mécanismes de contrôle et de suivi des diverses violations dans les zones de conflit à travers le monde.
Le but ultime est donc de fournir des données précises, qualitatives et quantitatives afin de formuler une action informée par la recherche académique, selon une approche basée sur l'exactitude, la crédibilité et le suivi.
Le Centre, qui considère le recrutement d'enfants un crime inhumain, ambitionne de déployer davantage d'efforts pour contrôler le recrutement d'enfants-soldats dans le monde sans exception aucune.
Il a aussi pour objectif de diffuser des recherches complètes avec des arguments probants dans le but de contribuer aux efforts de plaidoyer au profit des juristes en droit international humanitaire.
Il ambitionne également de se positionner comme un porte-voix au sein des multiples fora internationaux et un mécanisme de plaidoyer international, d'autant plus qu'il œuvrera en coordination avec les agences des Nations Unies œuvrant à la promotion du respect des droits de l'enfant, des réfugiés (UNHCR) et celles chargées de lutter contre le terrorisme.
Quelles sont les priorités du Centre pour la prochaine étape?
Cette structure de recherches à vocation internationale se focalisera également sur des recherches portant sur le continent africain, qui connaît un taux élevé de recrutement d'enfants dans les conflits armés, par des pays et des groupes armés qui exploitent les enfants à des fins militaires de manière systématique et dangereuse.
En menant des enquêtes sur les cas liés à ce fléau, il ne faut pas passer inaperçue sur le recrutement d'enfants dans les camps de Tindouf. En tant que chercheur et observateur de ce phénomène, il s'agit d'un déni des droits élémentaires des enfants embrigadés dans ces camps.
De même, le Centre concentre son action sur le suivi et contrôle du recrutement d'enfants dans les zones de conflits à travers le monde, en particulier les groupes armés dans les îles du Sud-Ouest des Philippines, de l'Indonésie et du Yémen, ainsi que les organisations qui adoptaient des idéologies meurtrières pendant la guerre froide dans certains pays d'Amérique latine.
Qu'en est-il des perspectives et de futurs projets ?
Le Centre focalisera son action sur trois projets importants, dont le premier est « l'Appel de Dakhla » visant à lutter contre le recrutement d'enfants soldats dans le monde, à l'instar de « l'Appel de Genève », « Appel de Paris » et les « Principes de Vancouver », servant de plaidoyer dans les foras et forums internationaux en faveur de cette catégorie.
Le deuxième projet, quant à lui, sera mené au cours des trois prochaines années. Il s'agit d'une initiative unique en son genre, visant à organiser un congrès international qui sera couronné par l'adoption d'un Pacte mondial ayant pour objectif de lutter contre le phénomène des enfants-soldats dans le monde.
Quant au troisième projet, il a pour but d'accompagner tous les projets et actions du Centre, à travers des recherches ciblées ayant un impact sur les politiques publiques et susceptibles d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la gravité de ce phénomène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.